union jack

  • Union Jack - Supersonic

    Nouvel album pour le trio parisien, Union Jack. Ce Supersonic est sorti en 2017 chez Guerilla Asso et Beer Records. On y retrouve 14 titres. Le trio nous balance à nouveau sa musique bad ska. Le groupe a 20 ans et ce Supersonic est donc leur troisième album. On sait prendre le temps chez les larrons de Union Jack.

    Comme à leur habitude, les gars restent dans la veine Bad Ska, mais comme ils sont un des seuls groupes dans ce style, ça fait du bien d'écouter un truc un peu différent de ce qui sort niveau punk. La Bad Ska/Union Jack, c'est des titres assez courts (moyenne de 2'30), une gratte omniprésente, des passages ska parsemés tout au long de l'album, deux voix qui se répondent (une plutôt posé/d'amateur de Whisky et l'autre plus proche du petit roquet), un paquet de chœurs et une session rythmique qui tient le tout ensemble. Niveau des textes on est face à des trucs assez engagé mais sans prise de tête.

    Ce Supersonic est une vraie réussite et je conseille à tous les fans de Interrupters, Rancid, The Mighty Mighty Bosstones d'y jeter une oreille très attentive.

     

  • Union Jack - Deadpan

    union jackLes Parisiens d'Union Jack nous sortent à nouveau un ep en vinyl. C'est déjà le deuxième pour cette année et cela suit un mini album sorti en 2012. Les gars qui ont mis près de 12 ans avant de sortir leur premier album (en 2009) semblent bien prolifiques en ce moment. Et c'est tant mieux ! Le trio m'enchante toujours autant avec son bad ska comme il l'appelle. Leur son est tellement particulier naviguant entre du ska et du hardcore mélodique ... à mi chemin entre Transplants et Leftover Crack. Les 4 nouveaux titres ne font que confirmer la qualité du groupe. C'est toujours aussi bon.

    Comme d'hab, le tout est sorti sur leur label Beer Records (avec l'aide de Guerilla Asso, Riot Ska Records et Old Town Bicyclette).

  • Power Festival @ Place communale - La Louvière - 20-21/07/12

    dead elvis, the damned, klingonz, the mahones, king kurt, guerilla poubelle, koffin kats, union jack, kabul golf club, 7weeks, The K., corbillard, the last row, hell-o-tiki, drums are for parade, eths, the ocean, resistance, komah, deville, deepshow, sons of disaster, vandal x, wolves scream, arkham disease, for 24lives, kaptain oatsPour sa huitième édition, le Power Festival revenait sur la place communale de La Louvière avec deux scènes en extérieur. Le festival démarre le vendredi avec une programmation plus métal et aussi régionale. J'arrive pour la fin du concert de Kaptain Oats, vainqueur du concours. For 24 lives, autre groupe régional, joue sur la grande scène. Les gars font du rock psyché sans chant quelque part entre Mars Volta et des trucs plus consensuels. Le manque de chant me pousse à dire que leur concert est un peu trop long. Avec Arkham Disease on change complétement de style, les gars jouent du death metal (ou un truc du genre) ... pas mon truc. Retour sur la grande scène pour le harcore moderne des Wolves Scream. Les Namurois font un bon concert et font bien bouger le plublic présent. Changement radical ensuite avec le duo noise de Vandal X. J'adore toujours autant la musique des gars d'Hasselt. Mais la scène est un peu grande pour eux et le public assez clairsemé. Dommage. Sons Of Disaster envoie ensuite du tout bon rock'n'roll sur la grande scène. Le public semble aussi conquis par la prestation haute en couleurs des Bruxellois. Ensuite, on a droit à 3 groupes qui font du metalcore, Deepshow, Komah et Resistance ... c'est toujours pas mon truc. Au milieu de ce trio, chouette découverte que le rock des Suédois de Deville. Ca me fait penser à des trucs comme Stone Temple Pilots ou autre Soundgarden ... en plus rentre dedans. The Ocean, les Allemands, jouent ensuite sur la petite scène. J'avais un meilleur souvenir de la musique des Allemands. Leur concert m'a déçu. Place ensuite à la tête d'affiche de ce premier jour avec ETHS. C'est juste drôle ! La soirée se termine avec le rock stoner des Gantois de Drums are For Parade sur la petite scène. J'ai hâte de les voir en salle. Place ensuite à une after qui ne finit pas dans la Taverne.

    Retour sur le site du Power le samedi pour l'ouverture du festival. Hell-O-Tiki est le premier groupe à jouer et ce devant peu de monde. J'ai cependant plus qu'apprécié leur musique surf. A revoir ! On reste dans la même veine avec The Last Row et ses reprises rock'n'roll. Parfait pour démarrer la journée. Corbillard monte ensuite sur la grane scène pour défendre son punk-rock en français. Les gars malgré l'heure presque matinale joue devant pas mal de monde. On a droit à une set list classique de leur part (L'alternative, A voix cassé, ...). Changement radical de style avec le rock/grunge de The K.. Ces gars sont clairement pour moi, un des groupes belges qui aura marqué cette année 2012. Leur rock n'a rien à envier à des trucs comme At-The Drive In et Refused. Malgré quelques problèmes de sons, les gars assurent le show. Je zappe un peu le concert de 7Weeks et je regarde brièvement celui de Kabul Golf Club qui balance aussi de l'excellent rock teinté de gros rock et de noise. Union Jack me fout ensuite une belle claque. Les Parisiens font le meilleur, pour moi, concert du festival. Leur bad ska chanté à 2 voix fonctionne à merveille. J'adore ! Dès qu'ils finissent, je vais voir le psycho/rokab des ricains de Koffin Kats. Très bon concert du trio, même si j'avais préféré leur concert vu ce début d'année au DNA. Leur set se compose principalement des morceaux du dernier album sorti début 2012. Guerilla Poubelle, dont c'est le retour en Belgique, monte ensuite sur la grande scène devant un public plus que conquis. Les gars ne se prennent pas la tête et passe autant de temps à parler et à vanner le public que de jouer des morceaux. Pour une fois, il n'oublie pas de jouer Demain il pleut (avec aussi Tapis Roulant et une tripotée d'autres morceaux). J'écoute de loin le psycho des Anglais de King Kurt qui suivent. J'en fais de même pour le celtic punk des Mahones. Même si ces derniers me font une excellente impression. Klingonz et son psycho teinté d'humeur déboule ensuite sur la petite scène. Les gars sont déguisés en clown et assurent le show. Très belle découverte ! Les légendes de The Damned clôture le programme de la grande scène avec une collection de tubes. Voici d'ailleurs la set list: Wait for the blackout, Lively arts, Silly Kids Games, Stretcher case, I just can't be happy today, New Rose, Disco Man, Eloise, Love Song, Neat neat neat, History of the world, Fan Club, Ignite, Jet boy jet girl, Anti pope et Smash It Up. Dead Elvis clôture lui le festival avec ses reprises en solo et teinté de psycho et de rockab d'Elvis.

    Comme depuis, quelques années, le Power Festival propose une des meilleures programmations belges de l'été à un prix attractifs. J'attends l'année prochaine avec impatience !

  • Un clip pour le plus anglais des groupes de Paris

    Union Jack nous sort un petit clip pour cette fin d'année. Visible ici.

  • Union Jack - Tales of Urban Freedom

    5Le précédent effort de Union Jack est un spilt avec The Gerbs et date de 2007. Mais les Parisiens en dix ans d'existence sortent seulement leur premier disque avec ce Tales of Urban Freedom. C'est dire si chez certains (dont moi), l'attente était grande. Les inventeurs du bad ska (qu'ils sont les seuls à pratiquer) s'en sortent heureusement avec les honneurs pour ce premier album complet. Le packaging est déjà hyper bien foutu.

    L'album débute avec une intro qui présente le bad ska des Union Jack, ensuite c'est parti pour Some Hope. Un morceau énorme où les deux chanteurs se répondent en permanence sur un titre avec des moments hyper rapides et d'autres beaucoup plus calme où l'on retrouve du scratch. C'est clairement pour moi le meilleur titre de l'album, même si il n'y a rien à jeter. D'ailleurs beaucoup de titres fonctionnent de cette manière, mais sans pour autant tomber dans la redondance. Les Union Jack sortent ici un excellent album qui n'a rien à envier à Leftover Crack, Transplants voire même au Clash. On retrouve de tout sur ce disque: des passages ska, des passages punk hyper rapide, du scratch, du chant rappé, ... ... et des paroles qui critiquent notre société actuelle.

    A mettre entre les mains de tous les amateurs des groupes précités: Transplants, The Clash, Leftover Crack, ...

  • Union Jack/ The Gerbs - Songs from the grave

    br015Ce split de 7 titres est sorti en 2007 et propose 4 chansons des Parisiens d'Union Jack et 3 titres de The Gerbs. Union Jack ouvre avec un mélange de hip/hop et de punk. Cette première chanson, Swing this, me fait penser à du Cypress Hill avec un scratcheur. Les trois chansons suivantes sont nettement différentes et sont dans la veine skacore. The Gerbs lui présente 3 chansons bien punk rock à la française. Je ne suis pas fan de la première "un jour" dont je trouve les paroles un peu simpliste ... mais les deux autres chansons sont bien mieux.

  • Le punk rock français

    J'ai déjà parlé du Ska Jazz, le punk rock français est un deuxième style musical auquel j'adhère et j'accroche assez bien.

    Fin 70, lors de la naissance du punk en Angleterre, une scène plus minime a aussi vu le jour en France (avec notamment Metal Urbain), le punk pouvait donc aussi avoir une place ne fut-ce que minime au pays de la variété.

    Une nouvelle scène a vu le jour fin des années 90. Elle est influencé par les premiers groupes punks français mais surtout par les groupes de punks américains (californien et new-yorkais: Minor Threat, Bad Religion, NoFX, Pennywise, ...). La plupart de cette veine française laisse aussi une place dans sa musique pour le rock un peu plus classique. Les précursseurs les plus connus du mouvement sont clairement les Burning Heads d'Orléans. Au début des années 2000, une nouvelle série de groupes va voir le jour et va profiter à fond d'Internet pour se faire connaître.

    En voici quelques uns:

    Uncommommenfrommars (Valence/Vienne), c'est le groupe le plus dans la vague californienne (Pennywise, NoFX);

    Guerilla Poubelle (Paris), c'est le groupe avec la musique la plus proche du punk même si ils se font fait "jeter" de la scène punk qui les considère comme trop commercial. Un des groupes les plus connus auprès du jeune public. Originalités: la présence d'un dessinateur sur scène, la création d'une asso qui soutient la scène à 100% (Guerilla Asso);

    The Pookies (Valence), pour moi un des groupes les plus originaux de la bande. A la croisée des chemins entre le punk et les Foo Fighters;

    Flying Donuts (Nancy), ma dernière découverte/coup de coeur. Une bonne tuerie avec une touche émo;

    Deap Pop Club, Second Rate, Seven Hate, Gravity Slave, ISP, Union Jack, ...