the gaslight anthem

  • The Gaslight Anthem - Handwritten

    the gaslight anthemHandwritten est le premier album de The Gaslight Anthem pour le label Mercury et le cinquième du groupe. Le groupe a bien grossi depuis ses débuts en 2007 et est devenu une assez grosse machine. Le groupe était catalogué au début dans la scène punk. Il est en actuellement loin, même si les sonorités de cet album ont quelques bases punks. Mais on est plutôt dans du gros rock à l'américaine. Le groupe navigue entre punk/garage et folk mainstream. On est quelque part entre un truc à la Bruce Springsteen et des trucs plus folk à la Frank Turner.

    On retrouve sur cet album 14 titres dont 2 reprises; Sliver de Nirvana qui n'a rien à envier à la version du groupe de Cobain et You Got Lucky de Tom Petty & The Heartbreakers. Ces deux reprises montrent d'ailleurs bien l'écart entre les influences du groupe avec d'un côté un truc plus folk ricain et de l'autre du bon gros punk qui envoie du son bien lourd. Les 12 autres titres de l'album sont tout aussi bons et rien n'est à jeter dans ce Handwritten.

  • Frequency Festival @ St Polten (Autriche) - 15-17/08/13

    Première fois que je mettais les pieds en Autriche depuis près de 20 ans. J'ai opté pour le Frequency pour la présence de System Of A Down et de quelques groupes punks bien cools présents à l'affiche.

    J'arrive sur place le jeudi vers midi et le camping, le long d'une grosse rivière est déjà bien rempli (la rivière est aussi remplie de festivaliers). Le festival a la particularité d'être divisé en 2 sites; un site de jour avec deux grosses scènes, une plus petite et une minuscule et un site de nuit consacré aux musiques électroniques.

    Je suis arrivé sur le site pendant le concert de Tom Odell sur la deuxième scène. Ça navigue entre pop et folk intimiste. La scène est un peu grande pour que le côté gentil de la musique puisse vraiment faire passer son charme, mais ça sonne pas trop mal. Par la suite, j'ai navigué entre les 4 scènes du festival en attendant un groupe vraiment bon: Killerpilze, rock FM Allemand; Archive, chiant à souhait; Of Monsters and Men, belle découverte, un truc un peu déjanté; The Fratellis, rock sans prétention bien foutu; 3 Feet Smaller, belle découverte punk/rock tendance hip/hop; Josy and The Joggers, du pur r'n'r/blues bien trippant et bien foutu; ainsi que Skaters, Little Green Cars, Velojet ... groupe dont j'aurais oublié l'existence dès la fin de ce récit. A 21h45, place à la première tête d'affiche du festival avec Franz Ferdinand. Les gars ont un nouvel album bien trippant. Le groupe est en pleine forme et la set list se partage entre tubes et nouveaux titres (No You Girls, Right Action, The Dark of the matinée, Evil eye, Do you want to, Walk away, Stand on the Horizon, Can't Stop Feeling, Outsiders, Bullet, Michael,
    This Fire, Take me out, Love Illuminatio et Ulysses). Un premier gros concert pour le Frequençy grâce à la prestation des 4 Ecossais. La suite sera tout aussi exceptionnelle avec le concert de Tenacious D et Jack Black. C'est la première fois que j'avais l'occasion de voir les 2 Ricains et j'ai pris une belle grosse claque. Ça navigue entre opéra rock, rock, humour; le tout sans prise de tête. Je vais clairement me pencher plus sur ce groupe, suite à cette découverte (je ne connaissais le truc que de nom, honte à moi). Le seul regret de ce concert, est que j'ai raté Flogging Molly qui jouait en même temps sur l'autre scène.

    La deuxième journée du festival démarre avec Pennywise sous un soleil de plomb. Le groupe californien balance un très bon concert tout en intensité en ce début d'après-midi. On retrouve pelle mele une excellente cover des Beastie Boys: Fight For Your Rights, Society, Bro Hymns, Fuck authority, Same Old Story, ... Excellent pour se réveiller en début daprès-midi. Le reste de l'après-midi, je ne verrai pas grand chose de marquant (Junip, Imagine Dragons, Kensignton) hormis les Slovènes de Elvis Jackson. Avec Tenacious D, ce groupe est la vraie découverte du festival. Les gars balancent de l'excellent punk rock teinté d'humour et rempli d'énergie. Ils jouaient sur le camion Red Bull (en gros, toute petite scène perdue entre les stands de sponsors et leur DJ plus mauvais et bruyants les uns que les autres). La fin de soirée comme la veille, elle s'annonce de toute beauté avec Bad Religion et System Of A Down. J'ai été très déçu par le concert de Bad Religion. Je les ai trouvé très mous et ils m'ont habitué à beaucoup mieux ! Voici la set list: True North, You, Along the way, Fuck you, Fuck Armageddon, No Direcyion, 21 Century, Infected, Generator, Punk Rock Song, Recipe for hate, American Jesus, Robin Hood in reverse, Do what you want, Sinister Rouge, Dharma and The Bomb et Come Join Us.

    C'est tout le contraire de System Of A Down. Ce concert rentre clairement dans la liste des meilleurs concerts vus (à l'instar des Rage, des Beastie Boys et de quelques autres). Le groupe est arrivé sur scène avec quelques minutes de retard, mais les 4 Américains ont fait un concert sans concessions, avec une set list impressionnante et une intensité hors norme. Le groupe ne perd pas son temps à parler avec le public (pas plus de dix mots échangés), mais enchaine les titres d'une manière impressionnante: Aerials, Suite-Pee, Prison Song, I E A I A I O, Soldier Side, BYOB, Deer Dance, Radio/Video, Hypnotize, Needles, DDevil, Lost in Hollywood,
     X, Suggestions, Psycho, Chop Suey!, Lonely Day, Question!, ADD, Spiders, Cigaro, Toxicity et Sugar. Les trois derniers titres sont époustouflants et quand le groupe commence Sugar, tu sais qu'il n'y aura pas de rappel ... mais il n'y en a même pas besoin tant la set list était parfaite ! Une put*** de claque !

    Le samedi, je démarre le festival par le concert de Brendan Benson. J'ai découvert le groupe à ses débuts et je pensais que ce groupe n'existait plus; c'est donc une bonne surprise de les retrouver ici. Malgré que la scène est trop grande, que le public est peu nombreux et que leur musique est plutôt intimiste, le concert ne me déçoit pas navigant entre balade pop et titre plus joyeux. The Gaslight Anthem suit devant une scène qui s'est bien garnie et un public qui semble apprécié le groupe. Pour moi, c'est à nouveau les mêmes critiques, la scène est bien trop grande pour le groupe et son punk rock teinté de folk et de r'n'r. Je ne garderai pas un grand souvenir du concert tant je trouve le set mou. Tout le contraire de Skunk Anansie. Je les avais vus il y a 3 ans au Pukkelpop où le groupe m'avait fortement déçu. Ici, je me retrouve plongé dans la fin des années 90 pour mon plus grand bonheur. L'énergie est là, les titres suivent et le public est ravi ! Skin passe d'ailleurs son temps à l'haranguer ou à se promener en stage sur lui. Je vais ensuite voir Alkaline Trio dans la seule salle du festival. Le trio fait un très bon concert qui me ravit. Du tout bon punk rock. C'est une des seules fois où la troisième scène est un peu remplie et ce malgré la concurrence de Billy talent sur la grande scène. Dès que Alkaline Trio finit, je file voir la fin du concert de Tricky ... mais très vite, ça me saoule. Je reste cependant jusqu'au bout afin de voir Nick cave and The Bad Seeds qui suit. C'est à nouveau une première pour moi et c'est à nouveau une très belle claque en live. Le groupe et son leader sont assez impressionnant et je suis conquis par leur prestation qui clôturera mon festival.

    En quelques mots, le Freqency est un gros festival, rempli d'Allemand et d'Autrichien (souvent pas très propres) qui m'aura valu quelques belles découvertes sur scène: System Of A Down, Elvis Jackson, Nick Cave and The Bad Seeds, Tenacious D, ...

  • Main Square @ Arras - 01/07/11

    the chemical brothers, limp bizkit, shaka ponk, the gaslight anthem, welling walrus, jenny & johnny, eels, beady eye, linkin park, queens of the stone ageLe premier jour du Main Square à Arras me plaisait bien, les autres jours, il y avait trop peu de groupes vraiment tentant (PJ Harvey, Kaiser Chiefs, Triggerfinger). Arras est un jeune festival (à l'échelle européenne) et est un peu le Rock Werchter des Français. C'est Live Nation, la même boîte qui est derrière les deux festivals et l'affiche est très similaire (d'ailleurs les deux festivals ont lieu en même temps). Je suis arrivé sur le très beau site du festival (au centre de la citadelle d'Arras) vers 15h. Le temps d'attendre (longtemps) une navette , nous voilà sur place . Le premier groupe que je vois est Welling Walrus, un trio français qui fait du rock bien foutu, de manière assez burlesque et avec humour. Pas trop mal. A la fin de leur concert, direction la grande scène pour attendre The Gaslight Anthem. Première déception: le son de la grande scène n'est vraiment pas top (et ce sera le cas toute la journée). Je ne connaissais pas le quatuor américain, mais on m'en avait dit pas mal de bien. J'ai trouvé le punk rock teinté de passages rock'n'roll et de passages plus émo, un peu mou. Avant de me refaire une idée, j'irai les revoir dans une salle pour juger tant cette scène semblait grande pour eux. A la fin de leur concert, petite pause, le temps d'attendre Shaka Ponk. Avec les Shaka Ponk on est assez proche de X-Makeena et d'autres trucs plus electro/rock avec des touches hip hop. Le groupe et son couple de chanteur/euse envoient vraiment un truc très énergique, mais c'est pas la genre de musique qui me fait réagir. Je pars, donc jeter un coup d'oeil sur l'autre scène. J'y retrouve Jenny & Johnny, un trio qui jouent du pop rock bien foutu. C'est frais, c'est bien joué mais ça ne sort pas du lot. 

    A 19h10, c'est au tour de Limp Bizkit de monter sur la grande scène. Le groupe est en forme et le concert est dans la même trempe que celui du Pukkelpop de l'année dernière. Le tout se passe dans une bonne ambiance avec des interludes entre les chansons assez drôle: Fred Durst qui fait chanter l'hymne national français ... La set list est clairement composée des titres les plus connus: Shotgun, My Generation, Living it up, Hot Dog, My Way, Break Stuff, Take A look Around, Faith (George Michaël), Behind Blues Eyes (The Who), Rollin'. Mais, il y a de nouveau une petite déception due à l'organisation ... pendant les mini blancs entre les titres, on entend le concert de la deuxième scène. Je reste ensuite sur la grande scène pour le concert que j'attendais le plus, celui des Queens of The Stone Age. J'ai raté pour cause de sold out leurs deux concerts en salle du mois de mai et leur concert de l'année dernière au Pukkelpop m'avait mis une belle petite claque. Les gars arrivent sur scène, dix minutes avant l'horaire prévu et c'est parti: Nicotine, Valium, Vicodin, Marijuana, Ecstasy and Alcohol. Bam direct dans la tronche avec le titre: Feel Good Hit of The summer. La set list sera vraiment du même accabit: The Lost Art of Keepin a secret, You think I ain't worth a dollar, Burn the witch, Do it again, Better living through chemistry, Make it wit chu, Little sister, The fun machine took a shit and died, 3's & 7's, Go with the flow et pour finir No One Knows suivi de Song for the dead ... le seul regret est qu'il manque Sick pour le reste rien à redire surtout que le groupe est très bien en place et que cela envoie du très lourd. A la fin de leur concert, je quitte ette scène ... et vu le monde qui fait le chemin inverse pour aller voir Linkin Park, ça devient bien dangereux de sortir, mais je persévère et je vais attendre sur la petite scène pour le concert de Eels. E est accompagné d'un batteur, d'une basse, de deux guitaristes et d'une section de cuivres: trompette et trombonne ou flûte. Particularité, tous les musiciens sont barbus (et pas un peu !). Le concert fait la part belle aux nouveaux morceaux sans cependant oublier les anciens qui sont revisités (surtout avec la présence des cuivres). Ca donne vraiment bien sur des titres comme Novocaïne for the soul ou Beloved Monster. Le concert de Eels sera pour moi le meilleur concert de la soirée. L'ambiance et l'athmosphère instaurée par le groupe donnent une impression de magie. A la fin de leur set, je vais voir la fin du concert des Linkin Park. Cela semble un concert best of qui ne laisse pas le public indifférent. Par la suite, retour sur la petite scène pour y découvrir, Beady Eye, le nouveau projet des anciens Oasis sans Noël Gallagher. En résumé, ça sonne comme du Oasis sauf qu'il y a moins de public et que celui-ci ne semble pas encore connaître les chansons. Sur scène, c'est assez mou.

    The Chemical Brothers clôturait la grande scène du festival. Comme à chaque fois, le duo Anglais qui utilise à merveille les écrans géants a fait danser la plaine du festival sous leur son électro: Hey Boy, Hey Girl, Galvanize, Block Rockin Beats entre autres ... parfait pour terminer le festival.

    Je retiendrai de ce Arras Main Square en positif: la prestation de Eels, The Chemical Brothers et celle des QOTSA ainsi que les parkings et navettes gratuites. Par contre, en négatif, je retiendrai pas mal de points: les problèmes de sons, le goulot entre les deux scènes, le manque de papier dans les Cathy cabine, les prix (3€ pour une Heineken plate, ça fait mal au fion) et le manque de rapidité aux différents stands.