pears

  • Pears - Go To Prison

    Pears nous vient de la Nouvelle-Orléans et existe depuis 2014. Le groupe a réellement explosé en 2015 suite à la signature de Go To Prison, leur premier album chez Fat Wreck. L'album était sorti précédemment via d'autres labels. Depuis 2015, le groupe tourne inlassablement pour défendre son premier disque.

    Go To Prison contient 10 titres de punk/hardcore tendance fastcore. Les titres font une moyenne d'une minute trente, hormis la dernière plage qui dure près de 5 minutes. Ça joue fort, vite, ça gueule et sa tabasse tout sur son passage !

    Pour les amateurs de punk/hardcore, Pears est la nouvelle sensation. C'est ultra efficace et sans concession ! Fonce te prendre une baffe de riff dans la tronche !

  • Bilan de l'année 2016

    Hop hop, traditionnel petit bilan de début d'année sur l'année musicale écoulée. Malgré toutes les super stars de l'industrie du disque mortes en 2016, j'ai eu quelques bons trucs à me mettre sous la dent pour cette année 2016. Mais, il y a aussi eu quelques cessations d'activités qui m'ont plus marquées que d'autres comme la fin de Wank For Peace, de Flying Donuts, Silly Snails. Cependant si certains cessent d'autres naissent et 2016 a été riche en découvert avec entre autres Heavy Heart (album prévu pour ce début 2017).

     

    Les disques

    J'ai eu l'occasion de chroniquer 36 disques sortis cette année, j'en ai zappé quelques uns et d'autres sont toujours emballés (Against Me !, The Interrupters, ...). Il me faudrait une année sabbatique pour récupérer le retard de toute façon. Je retiendrai pour cette année les disques suivants:

    Dans la catégorie EP/7":

    - 13 Crowes - The dividing Line

    - Struggling For Reason - Last time for second chance

    Dans la catégorie album:

    - Charly Fiasco - Chroniques d'un temps détourné

    - Pears - Green star

    - Lost Love - Comfortable Scars

    - The Inspector Cluzo - Rockfarmes (+ DVD !)

    - Antillectual - Engage

    - Descendents - Hypercaffium Spazzinate

    - Demain, Encore - Nouveaux souvenirs

    - Nofx - First Ditch Effect

    - PUP - The Dream is over

    - Atlas - Blush

     

    Les concerts

    Cette année, ce fut 146 soirées concert (ça diminue d'année en année) et plus 350 groupes différents vus. Les salles où j'ai pointé le plus souvent le bout de mon nez ont été le Magasin 4 à Bruxelles ainsi que Le Temple et Le Bitu à Namur (c'est une habitude).
    J'ai aussi été aux festivals suivants: Groezrock (Be), Brackrock EcoFest (Be), Arc-en-Musique (Be), Rock Werchter (Be), Jera On Air (NL), Bear Rock (Be, première fois) et les deux meilleurs festivals de l'année: This Is My Fest (Fr) et le Punk Rock Holiday (SL). C'est aussi beaucoup moins que les années précédentes.
    Les groupes que j'ai vu le plus durant cette année sont les suivants: Corbillard (19x - suivi en tournée), Struggling For Reason (17x), Radio 911 (10x), Fire Me ! (8x), Black Sheep (7x), Charly Fiasco (5x), Gipsy Rufina (5x), Hello My Name Is (5x), Wolves Scream (5x), Muncie Girls (4x), Antillectual (4x), Silly Snails (4x dont la fin), The Poneymen (4x), Year Zero (4x).

     

    Niveau top concert, je retiendrai:

    - Charly Fiasco @ This Is My Fest <3

    - Heavy Heart + Justin(e) @ This Is My Fest

    - PJ Harvey @ Forest National - une énorme de concert de la dame avec un son hors norme pour FN.

    - le concert d'Against Me ! à Brugge ! De vrais patrons !

    - Lord James @ Le Petit Bitu - Namur

    - The Interrupters @ Cinema - Aalst

    - Descendents @ Punk Rock Holiday <3 No Fun At All, Such Gold et Authority Zero au même endroit.

    - Dog Eat Dog @ Le Reflecktor à Liège. Le concert de l'année !!!

    - The Movement @ Skate and Rock à Tournai - conditions épouvantables, groupe hors norme ... la magie !

    - Mad Caddies & Pears au Groezrock.

    Et niveau concerts organisés, je retiendrai:

    - Jonah Matranga + Gipsy Rufina @ Atelier 210

    - The Real McKenzies + Topsy Turvy's + Brewed in Belgium @ Le Temple - Namur

     

    Les groupes

    En 2016, j'ai suivi les groupes suivants: Corbillard, Black Sheep, Fire Me!, Struggling For Reason, Radio 911 et Gipsy Rufina. Pas mal de dates et de kilomètres au compteur.

    Mon année aura surtout été marquée par la fin des groupes suivants: Silly Snails qui ont terminé par une belle fête au Belvédère à Namur. Flying Donuts que j'ai suivi pendant quelques temps.

    Heureusement quelques nouveaux groupes comme Chump qui revient au turbin après 11 ans de pause ainsi que les découvertes Heavy Heart, Youth Avoiders, Brutal Youth, Pears. Le retour réussi de At The Drive In et dans une moindre mesure de Dog Eat Dog qui fête les 25 ans de ses albums phares.

     

    Les dix disques les plus écoutés en 2016

    Noir Desir - Des visages, des figures / Lord James - Don't hope, walk hard and meanwhile fuck you ! / The Interrupters - The Interrupters / Descendents - Hypercaffium Spazzinate / Poesie Zero - L'album bleu / Oasis - (What's the story ?) Morning glory / Les Snuls - Best Of / Demain Encore - Nouveaux souvenirs / Antillectaul - Engage / Seasick Steve - Keepin the horse between me and the ground

     

    Les dix disques à retenir

    Voici une liste des 10 disques que je garderai en cette fin année ... si je devais garder que ceux là (genre t'es sur une île déserte et tu as droit à 10 disques):

    The Clash - London Calling / Blur - 13 / Nirvana - Live at Reading / Justin(e) - Treillières Uber Alles / Looking Up - Got another answer? / The Pookies - Stunts fights and mariaches / Descendents - Milo goes to college / Brel - L’œuvre intégrale / Noir Desir - Des visages, des figures / Weezer - Blue album

  • Groezrock - Meerhout - 29-30/04/16

    Cette année, ce qui est devenu le plus gros festival européen punk, punk rock et hardcore fêtait ses 25 ans. Pour l'occasion, le festival se payait une date exclusive sur le continent de Rancid en tête d'affiche.

    A côté de cela, il y avait pas mal de changements par rapport aux autres années. Le festival qui ne faisait que grossir depuis ses débuts en 1992 semble avoir pris un coup d'arrêt dans son ascension. Pour la première fois, le Groez proposait moins de groupes que l'année précédente. Une scène passait aussi à la trappe. L'année dernière, le festival proposait 5 scènes. Cette année-ci retour à 4 scènes ... et ce n'est pas la mini scène crée par un sponsor qui allait faire illusion. Car si c'est cool d'annoncer en dernière minute des concerts acoustiques de Mad Caddies, Not on Tour, Frank Turner ... c'est indécent de les proposer sous une simple tonnelle avec un son tout pourri et uniquement accessible à 20 chanceux au premier rang. Le festival commençait aussi plus tard le premier jour (pas plus mal pour ceux qui bossent). Le site a été réaménagé et semble avoir réduit !

    On démarre donc le vendredi, sous la pluie et dans la boue avec The Aggrolites qui ouvre sur la Monster Energy Stage. Agréable surprise de retrouver Nicolas Léonard, ex-Moon Invaders et local de l'étape, à la batterie du groupe californien. Cela ne semble pas les rebuter d'ouvrir et les Californiens proposent un excellent skinhead reggae pour ouvrir le festival avec des classiques comme "Funky Fire" et "Dirty Reggae". Ensuite, direcion Muncie Girls. Le trio anglais se produit sur la Back To Basics stage. Pas mal de monde, le chapiteau est même plein à craquer (ce sera souvent le cas). Par contre, je n'accroche pas trop au concert du trio. Je les ai déjà vu quelques fois dans des lieux plus petits et j'avais bien plus accroché. Je pars d'ailleurs avant la fin afin de profiter à fond du concert des Ricains de Less Than Jake. Le groupe ska/skate punk est revenu au devant de la scène l'année dernière avec un nouvel album et une paire de dates. Cette date est un peu l’apothéose de leur tournée. Avec un set de 50 minutes rempli d'humour, les 5 lascars arrivent à faire sauter le chapiteau dans tous les sens. On retrouve entre autres "Happy man", "9th at pine" et "Look what happened". Parfait pour se défouler les jambes surtout que la pluie a cessé.

    Petit passage ensuite, du côté des Russes de Siberian Meat Grinder. Nouvelle sensation grind/punk. Je les avais déjà vu cet été. C'est loufoque et bien grind ... mais très vite redondant ! La suite, ce sera mister Frank Turner and his sleeping souls. Le bonhomme est en forme et nous offre un excellent concert devant un public conquis. On a droit aux classiques: "Photosynthesis", "Recovery", "I Still believe". Frank est en forme pour le plus grand bonheur du chapiteau. Je passe ensuite m'arrêter devant We"Re Wolves. Un des groupes locaux du festival. Il est vrai que cet année, le Groez a fait l'effort de proposer autre chose qu'un concours international et à la place a été à la recherche de 5 ou 6 groupes belges. Je passe ensuite une partie du temps à trainer du côté des deux chapiteaux de merchandising ... car Terror & Hatebreed, ça ne m'emballe pas des masses.

    Je vais ensuite terminer la soirée par un trio d’ancêtres qui vont assurer ! Ça démarre par le set de Youth Of Today. New York hardcore en plein, set ultra bouillant et public survolté ! Je continue avec No Fun At All qui semble en super forme (bien mieux qu'à son dernier passage ici). Le skate punk des Suédois ne semble n'avoir rien perdu de sa jeunesse. J'ai l'impression de regarder des vielles vidéos de skate des années nonante. La fin de la soirée sera encore mieux avec Rancid.

    Pour les 25 ans du festival, les organisateurs ont convaincu Rancid de venir jouer dans son intégralité l'album "... and out came the wolves". Cela s'annonçait quitte ou double. Lors du passage du groupe en 2012, le concert avait été un vrai massacre avec un Tim Armstrong présent uniquement physiquement sur scène, mais complètement absent. Quel différence avec ce concert. Rancid avec Armstrong en véritable frontman nous a balancé un excellent concert. Le meilleur du groupe qu'il m'a été donné de voir. On a donc eu droit à "...and out came the wolves" avec quelques perles en rappel ("Fall Back down", "I wanna riot", "Honor is all we know", "Tenderloin" et "Radio"). Je suis complètement réconcilié avec Rancid suite à ce concert magistral ... il est temps d'aller greloter une nuit en tente !

    Samedi, après l'apéro au camping ... sous un ciel gris mais sans pluie, direction le site pour les Not On Tour. L'année dernière, le groupe de Tel Aviv avait participé au concours, cette année, il reçoit carrément la chance d'ouvrir la main stage. Un excellent set de 35 minutes. Punk rock avec chant féminin ! Parfait pour continuer l'apéro avec du bon son dans les écoutilles. La suite, ce sera Teen Agers sur la Watch Out Stage, la seule scène en extérieur. Cela ne m'emballe pas des masses. Dès qu'ils finissent retour sous la main stage pour les Suédois de Venerea. Le groupe que m'avait bien bluffé cet été, semble un peu avoir dur avec l'aspect matinal du show. Le monde est là, mais ça ne bouge pas des masses devant le skate punk de Venerea. Je pars avant la fin afin de voir Pears. C'est la dernière sensation de chez Fat Wreck Records. Le groupe malgré le froid et l'heure (13h45) arrive torse nu et remonté comme une pendule. 35 minutes de punk/hardcore ultra efficace dans la tronche ! En sortant du chapiteau, je suis certain d'avoir assisté au meilleur concert du festival ! La suite, ce sera Frank Carter & The Rattlesnakes. L'ex Gallows revient avec un projet toujours aussi violent et punk/hardcore. Super concert, mais cela semble un poil mou suite à la claque Pears.

    Je me dirige ensuite vers Bad Cop/Bad Cop, autre nouvelle sensation de chez Fat Mike. Par contre, ici, c'est la déception. J'ai trouvé leur concert super mou et cela ne m'a pas emballé du tout. Ensuite, petit passage devant Modern Baseball ... dont je ne retiens pas grand chose (l'effet post apéro). Juliette and The Licks, groupe de l'actrice Juliette Lewis fait un peu tâche entre cet enchainement de punk et de hardcore. La chanteuse a beau mettre tout de son côté avec une tenue de scène extravagante et bien américaine, j'ai l'impression que le public applaudit poliment sans plus.

    Par contre, juste après Mad Caddies met tout le monde d'accord avec son ska punk ultra efficace. Le public est surchauffé et connait toutes les chansons par cœur. Ultra efficace comme à son habitude. La suite sera plus dur pour moi ... entre passages au bar et groupes qui s'enchaine. Ce sera SNFU, Iron Chic, Face To Face et ensuite No Use and Friends. Projet avec les musiciens de No Use For A Name et une ribambelle de copains qui vient tenir le micro en lieu et place de feu Tony Sly. On retrouve en vrac les chanteurs de Lagwagon, Venerea, Not On Tour, Face To Face, ... par contre, en fonction du chanteur/de la chanteuse et malgré la set list ultra top, c'est un peu décousu. L'idée est bonne, mais ça manque de liant. Ce concert m'achèvera ... tampis pour les revenants de Sum 41.

    En résumé, les moins ce sera:

    - le réaménagement du site, la météo, Bad Cop/Bad Cop, Teen Agers

    Les plus:

    - Pears, Rancid, Mad Caddies, No Fun At All, Youth of Today, Frank Turner, Less Than Jake.

  • Pears - Green star

    Pears est une des dernières signatures de Fat Wreck Records, le label de Fat Mike. Ce Green Star, deuxième album du groupe est sorti début avril (et n'a qu'un an de plus que le précédent sorti en 2015.

    Pears, c'est la nouvelle sensation punk/hardcore. Les gars de la Nouvelle-Orléans balancent une plaque parfaite dans le style. On a droit à 16 titres ultra rapide avec quelques petits (voir très petits passages plus punk rock) en 28 minutes. Le groupe va vite et déboule tout sur son passage. Des titres de deux minutes de moyenne, une chanteur qui beugle comme il faut et 3 autres zikos super appliqués qui maltraitent leur punk/hardcore afin de pas traîner dehors ! La pochette nous montre les rois mages qui suivent l'étoile ... dans le même ordre Pears nous montre le meilleur chemin pour faire du punk rock sans se prendre la tête avec les fioritures !

    Un excellent album de nerveux/costaud ! Parfait pour moshpitter dans son salon !