nofx

  • Bilan de l'année 2016

    Hop hop, traditionnel petit bilan de début d'année sur l'année musicale écoulée. Malgré toutes les super stars de l'industrie du disque mortes en 2016, j'ai eu quelques bons trucs à me mettre sous la dent pour cette année 2016. Mais, il y a aussi eu quelques cessations d'activités qui m'ont plus marquées que d'autres comme la fin de Wank For Peace, de Flying Donuts, Silly Snails. Cependant si certains cessent d'autres naissent et 2016 a été riche en découvert avec entre autres Heavy Heart (album prévu pour ce début 2017).

     

    Les disques

    J'ai eu l'occasion de chroniquer 36 disques sortis cette année, j'en ai zappé quelques uns et d'autres sont toujours emballés (Against Me !, The Interrupters, ...). Il me faudrait une année sabbatique pour récupérer le retard de toute façon. Je retiendrai pour cette année les disques suivants:

    Dans la catégorie EP/7":

    - 13 Crowes - The dividing Line

    - Struggling For Reason - Last time for second chance

    Dans la catégorie album:

    - Charly Fiasco - Chroniques d'un temps détourné

    - Pears - Green star

    - Lost Love - Comfortable Scars

    - The Inspector Cluzo - Rockfarmes (+ DVD !)

    - Antillectual - Engage

    - Descendents - Hypercaffium Spazzinate

    - Demain, Encore - Nouveaux souvenirs

    - Nofx - First Ditch Effect

    - PUP - The Dream is over

    - Atlas - Blush

     

    Les concerts

    Cette année, ce fut 146 soirées concert (ça diminue d'année en année) et plus 350 groupes différents vus. Les salles où j'ai pointé le plus souvent le bout de mon nez ont été le Magasin 4 à Bruxelles ainsi que Le Temple et Le Bitu à Namur (c'est une habitude).
    J'ai aussi été aux festivals suivants: Groezrock (Be), Brackrock EcoFest (Be), Arc-en-Musique (Be), Rock Werchter (Be), Jera On Air (NL), Bear Rock (Be, première fois) et les deux meilleurs festivals de l'année: This Is My Fest (Fr) et le Punk Rock Holiday (SL). C'est aussi beaucoup moins que les années précédentes.
    Les groupes que j'ai vu le plus durant cette année sont les suivants: Corbillard (19x - suivi en tournée), Struggling For Reason (17x), Radio 911 (10x), Fire Me ! (8x), Black Sheep (7x), Charly Fiasco (5x), Gipsy Rufina (5x), Hello My Name Is (5x), Wolves Scream (5x), Muncie Girls (4x), Antillectual (4x), Silly Snails (4x dont la fin), The Poneymen (4x), Year Zero (4x).

     

    Niveau top concert, je retiendrai:

    - Charly Fiasco @ This Is My Fest <3

    - Heavy Heart + Justin(e) @ This Is My Fest

    - PJ Harvey @ Forest National - une énorme de concert de la dame avec un son hors norme pour FN.

    - le concert d'Against Me ! à Brugge ! De vrais patrons !

    - Lord James @ Le Petit Bitu - Namur

    - The Interrupters @ Cinema - Aalst

    - Descendents @ Punk Rock Holiday <3 No Fun At All, Such Gold et Authority Zero au même endroit.

    - Dog Eat Dog @ Le Reflecktor à Liège. Le concert de l'année !!!

    - The Movement @ Skate and Rock à Tournai - conditions épouvantables, groupe hors norme ... la magie !

    - Mad Caddies & Pears au Groezrock.

    Et niveau concerts organisés, je retiendrai:

    - Jonah Matranga + Gipsy Rufina @ Atelier 210

    - The Real McKenzies + Topsy Turvy's + Brewed in Belgium @ Le Temple - Namur

     

    Les groupes

    En 2016, j'ai suivi les groupes suivants: Corbillard, Black Sheep, Fire Me!, Struggling For Reason, Radio 911 et Gipsy Rufina. Pas mal de dates et de kilomètres au compteur.

    Mon année aura surtout été marquée par la fin des groupes suivants: Silly Snails qui ont terminé par une belle fête au Belvédère à Namur. Flying Donuts que j'ai suivi pendant quelques temps.

    Heureusement quelques nouveaux groupes comme Chump qui revient au turbin après 11 ans de pause ainsi que les découvertes Heavy Heart, Youth Avoiders, Brutal Youth, Pears. Le retour réussi de At The Drive In et dans une moindre mesure de Dog Eat Dog qui fête les 25 ans de ses albums phares.

     

    Les dix disques les plus écoutés en 2016

    Noir Desir - Des visages, des figures / Lord James - Don't hope, walk hard and meanwhile fuck you ! / The Interrupters - The Interrupters / Descendents - Hypercaffium Spazzinate / Poesie Zero - L'album bleu / Oasis - (What's the story ?) Morning glory / Les Snuls - Best Of / Demain Encore - Nouveaux souvenirs / Antillectaul - Engage / Seasick Steve - Keepin the horse between me and the ground

     

    Les dix disques à retenir

    Voici une liste des 10 disques que je garderai en cette fin année ... si je devais garder que ceux là (genre t'es sur une île déserte et tu as droit à 10 disques):

    The Clash - London Calling / Blur - 13 / Nirvana - Live at Reading / Justin(e) - Treillières Uber Alles / Looking Up - Got another answer? / The Pookies - Stunts fights and mariaches / Descendents - Milo goes to college / Brel - L’œuvre intégrale / Noir Desir - Des visages, des figures / Weezer - Blue album

  • Nofx - Fisrt Ditch Effort

    13ème album pour les vétérans de la scène punk rock californienne. Les Nofx sont de retour en 2016 avec First Ditch Effort et ce 4 ans après leur dernier album. C'est assez rare de devoir attendre autant entre deux albums des patrons. Les gars nous avaient habitués à un album tous les 3 ans max. Il faut dire que Fat Mike, le chanteur a été en cure de désintox durant cette période et que le groupe a néanmoins sorti un livre et une comédie musicale.

    Musicalement, les Nofx nous offre un excellent album. Pour moi, le meilleur depuis Wolves in Wloves Clothing. Le quatuor balance 13 titres de punk rock à la "Nofx" bien comme il faut. Ça sonne exactement comme on l'attend ! Le groupe invite pas mal de connaissances pour un paquet de chœur sur Generation Z, Sid and Nancy, I'm so sorry Tony, ...

    Fat Mike, qui est le compositeur principal et presque unique, nous livre une facette différente et beaucoup plus personnelle via ses textes. On est beaucoup moins dans la fête et dans la critique de la société que d'habitude. On est plutôt face à un introspection personnelle: Six Year On Dope, Happy Father's Day, I'm so sorry Tony (en hommage à Tony Sly), Generation Z, ...

    En résumé, un excellent cru de la part des Nofx et un album où Fat Mike se livre à des textes beaucoup plus personnels. A ranger, dans les réussites de 2016 !

  • Punk Rock Holiday 1.6 - Tolmin (Slovénie)

    Retour au Punk Rock Holiday en Slovénie en compagnie d'une paire de copains pour cette édition 1.6. Le Punk Rock Holiday offrait cette année une affiche plus qu’alléchante surtout pour les amateurs de punk rock aimant les années nonante.

    Le Punk Rock Holiday est un peu le camp scout (à la belge) du punk rock. Le festival a lieu sur une semaine dans le plus beau cadre qui soit, au confluent entre les rivières Soca et Tolminska niché dans les Alpes slovènes. Le site est paradisiaque. Le Punk Rock Holiday c'est une semaine de vacances pour tous les amateurs de punk venus de toute l'Europe (la proportion de locaux est assez faible par rapport à pas mal de festival). Ça parle anglais, français, allemand et autres un peu partout ! Les prix sont d'ailleurs prévus pour un public d'étrangers (ça coûte 2x moins cher de manger un bout hors du festival).

    Je suis cette année arrivé sur place le dimanche afin d'avoir un belle place dans le camping et de profiter un max du cadre et de la fête. Les premiers concerts ont lieu le lundi avec l'ouverture de la grande scène pour le Warm Up. J'y pousse une tête pour le concert de Useless ID. Le son n'est pas exceptionnel et je trouve le concerts des Israéliens assez fade. Suit Lagwagon, et là je préfère passer mon tour car leurs concerts sont toujours fades. Retour sur le devant de la scène pour Sick Of It All qui traverse une fois de plus l'Europe. Le son n'est toujours pas top, mais le groupe arrivera à foutre un gros bordel. Au programme: Built To Last (en final), Scratch the surface, Uprising Nation et j'en passe !

    Mardi, deuxième jour du festival, je bouge mes fesses afin d'aller voir les copains d'Antillectual pour le xième fois et comme à chaque fois, c'est parfait ! Grosse claque de la part des 3 Néerlandais avec un super concert qui laisse la part belle à leur nouvel album sans oublier les titres phares. 40 minutes de bonheur ! Je zappe ensuite le concert de Flag pour revenir devant la scène pour Iron Reagan et son hardcore proche du trash. J'ai découvert le groupe en janvier et ça m'avait bien impressionné sur scène. Rebelotte ce coup-ci ! Je fais l'impasse sur The Toasters qui suit (pas fan pour un sou du groupe). Place ensuite à Bouncing Souls, le groupe est égal à lui-même. Bons titres, mais présence scénique proche du zéro. True Believer en clôture ! Après 30 minutes, Descendents arrive sur scène. 1h15 d'un concert parfait; Milo et sa bande sont en forme. On a droit entre autres à Hope, Pervert, Everything Sux, Coffee Mug, Bikeage, I'm the one, Descendents, Thank You. Le groupe est en complète harmonie avec le public ... le concert aurait pu continuer de la sorte pendant toute la nuit et ce malgré la pluie qui pointe le bout de son nez.

    Mercredi matin, réveil sous la pluie; on aura droit à 18h de pluie sans interruption et par la même occasion la perte de 10°. Pas top, comme journée ... humidité, fête à son minima ... mais on fait avec ! Heureusement cela cesse vers 19h ! Direction la grande scène pour les Anglais de Apologies, I Have None. Je ne suis pas un grand fana du groupe, mais il n'y a rien à dire de leur concert, les gars assurent et offrent un tout bon concert. A Wilhelm Scream suit avec un set de malade. 1h de punk rock hypertechnique. Une grosse claque comme à chaque fois ! S'ensuit un petit changement de programme avec NOFX qui était censé être la tête d'affiche du jour, mais qui a un avion à prendre pour son concert du lendemain. Ils jouent donc 1h30 en avance sur le programme. Le concert démarre par une intro bien reggae et puis s'ensuit: Kill Alle the White Man, The Moron Brothers, Murder The Government, The Brews, 72 hookers, Quart in session, Fuch The Kids, Six Years on Dope, Radio, Idiots are taking over, Stickin'in my eye, The Man I Killed, Mattersville, I'm Telling Tim, Instant Crassic, Can't get the stink Out, I Believe in Goddess, Seeing Double at the Triple Rock, Eat The Meek, Herojuana, Linoleum, Champs Elysées, Frano Un-American et Theme from a NOFX album. Il y a pas mal de titres que le groupe joue rarement, ça fait plaisir. Fat Mike est en forme et ne semble pas trop éméché. En plus des titres, on a droit aux blagues potaches et pseudo raciste habituelles. Le quatuor est venu rappeler une fois de plus qui étaient les patrons ! Changement radical de style ensuite avec Agnostic Front et son NY hardcore. Très bon concert de la part des New Yorkais, j'ai souvent du mal avec le groupe en concert, mais ici je suis agréablement surpris. Strung Out termine ensuite la soirée avec un concert assez sobre (contrairement à moi).

    Jeudi, il est temps de pointer son nez sur le beach stage et de voir aussi des "plus petits" groupes. La journée démarre par les Belges de For I AM à 13h45. Pop punk avec chant féminin, sans plus ... Fat Randall suit. Punk rock from Germany. Rien de particulier. Noopinion vient ensuite mettre la barre bien plus haut. Grosse claque de la part des Allemands qui balancent un excellent punk rock. On est passé à un niveau (voir plus) au dessus par rapport aux deux groupes précédents. Les Australiens de The Decline (à ne pas confondre avec les Français) viennent ensuite remettre une couche de punk rock. Le groupe est déjà passé à la même heure et au même endroit l'année précédente. Ça tient toujours autant la route. Such Gold termine la journée sur le Beach Stage avec un concert tout aussi excellent que les deux groupes jouant juste avant eux.

    Il est ensuite temps de remonter sur la main stage pour le celtic punk de Rumjacks. Le groupe était en tournée européenne pendant plus d'un mois et a partagé pas mal de dates avec The Real McKenzies. Très bonne découverte Celtic Punk avec un côté folk. On est dans la même veine qu'un Flogging Molly. Changement de style radical ensuite avec Deez Nuts et son gros hardcore des familles. Pas trop ma tasse de thé (mais c'est l'occasion de démarrer la soirée Gin Tonic). Les Canadiens de The Flatliners suivent avec un concert bien classieux, tous leurs tubes y passent: Liver Alone, Birds Of England, July!August!Reno!, Eulogy, ... Les vétérans de Authority Zero suivent avec une excellente prestation. Plus de 20 ans de scène et cela se sent. Les gars viennent foutre la claque à tous les groupes vus dans la journée. 1h de set à tomber par terre ! The Donots suit, le groupe allemand est là pour faire le quota. Chaque année, un "gros" groupe allemand (qui ne cartonne qu'en Allemagne et Autriche est présent à l'affiche) rameute les troupes teutonnes devant la scène. Bien, mais sans plus sauf pour les 500 Allemands aux premiers rangs. La journée se termine par le concert de Jello Biafra. Le concert est super cool, la set list est top ... mais le personnage est à chier. Je peux comprendre le côté revendicatif et politique du discours, par contre j'ai plus de mal avec le côté égocentrique. Il faut savoir qu'au PRH, il n'y a pas de barrière et que les gens montent allègrement sur scène pour faire des stages, mais dans 98% des cas cela se fait très respectueusement. Jello Biafra a lui interdit la pratique lors de son concert. Il ne veut personne d'autres que lui et son groupe sur scène, le nettoyage sera parfois musclé (un peu comme les violences policières qu'il dénonce).

    Vendredi, dernier jour ... et ça devient dur ... surtout que le Gin Tonic de la veille passait bien. Glandage, dodo, mal toute la journée ... Arrivée sur le site à 20h pour le concert de Muncie Girls. J'adore le trio anglais, mais j'ai la même impression que lors du Groezrock. Le groupe n'est pas encore fait pour des grandes scènes. Ils semblent perdus au milieu de cette grande scène et cela se ressent sur tout leur concert. En plus, pas de bol pour eux, au son on a à nouveau droit au stagiaire branquignol qui avait fait le son le lundi et ça n'aide pas. Alors que les 3 jours précédents, le son était top, cette fois-ci c'est catastrophique. Les punks de Total Chaos suivent, trop punk à mon goût. Cela fait passer le temps, mais ça s'arrête là ! Vient ensuite No Fun At All qui à l'inverse deux précédents arrive à avoir un son correct et qui font un concert à tomber par terre tant c'est classe. Une set list de malade: Master Celebrator, I've seen, Beachparty, Mine My Mind, Perfection, Alcohol, Believers et j'en passe. Une grosse baffe dans la tronche ! Malheureusement la baffe est si parfaite que Millencolin parait très fade juste après, d'ailleurs après 20 minutes, j'ai fait le tour de la question ...

    Si il fallait en retenir que quelques uns de ce Punk Rock Holiday 1.6.: No Fun At All, Authority Zero, Noopinion, Antillectual, A Wilhelm Scream, NoFX et Descendents ! 

     

     

  • NoFX - Stoke Extinguisher

    nofxPetit ep deux titres sorti en 45 tour par Nofx en novembre 2013. Il existe aussi une version CD avec 5 titres en plus.

    On retrouve sur la face A, le titre qui donne son nom au ep et qui est un nouveau titre du quatuor californien. C'est du NOFX pur jus ! Sur la face B, on retrouve un titre de Tony Sly déjà paru sur le tribute to Tony Sly. Au total, 4 minutes 30 de pur punk rock à la sauce californienne ... parfait !

  • Nofx - Self/entitled

    SelfEntitled_300dpi_1500_rgb__22043_zoom.jpgSelf Entitled est le dernier album des papys du punk rock que sont NOFX. Il est sorti l'année dernière (2012) sur le label du gros Mike, leur chanteur.

    Bon, si le punk rcok à roulettes est pas ton truc, cesse de lire cette chronique. Si c'est ton truc, on a droit à un nouvel album de NOFX. Les gars, après 30 ans de carrière, arrivent toujours à sortir de l'excellent punk rock. C'est toujours autant rempli d'humour, ça ne se prend pas le chou et ça fait ce que le groupe sait faire de mieux: des pop/punk songs d'une moyenne de deux minutes. Il n'y a pas sur cet album un véritable single comme sur certains (Linoleum, Don't call me white, ...) mais juste 12 titres de NOFX et c'est déjà bien suffisant !

  • Groezrock @ Meerhout - 22+23/04/11

    187804_115063418545787_5899532_s.jpgCette année le Groezrock fetait ses 20 ans. Depuis un peu moins de 10 ans ce festival s'est exclusivement tourné vers une affiche aux sonorités punks et est devenu un évènement incontournable depuis 5 ans (et les 15 ans du festival).
    La particularité de cette édidtion était que le festival durait 2 jours complet sur 3 scènes. D'ailleurs les prix des billets d'entrées avaient pas mal augmentés pour l'occasion. Heureusement la bouffe et les boissons sur place affichaient des prix corrects pour un festival de ceet envergure (3 bières pour 5€ ... et idem pour la Leffe !)
    Je suis arrivé cet année au Groezrock, le jeudi soir, en faisant un petit passage à la pré party organisé par RDR booking à Leuven. Malheureusement je suis arrivé assez trad et l'horaire de la soirée avait été inversé, j'ai donc raté Astpai et One Win Choice, je n'ai vu que les dernièers minutes du set de Fights and Fires.
    La journée du vendredi était, à mon gout, un peu plus pauvre en bon groupe. J'ai démarré celle-ci par Army of Freshmen qui ouvraient la Main Stage. Je ne suis pas resté longtemps et je n'en garderai pas un souveenir impérissable. Les gars font du pop-punk vraiment sans plus. Ce fut l'occasion d'aller faire les recharges tickets boissons et boustiffalle en espérant tenir deux jours avec ça (espoir vite déçu). Suite à cela, un petit passage au merch des groupes et des distros s'imposait. Le portefeuille se videra là aussi sur les deux jours ...
    J'ai ensuite été voir les français de Vera Cruz (pendant ce temps là) sur la scène MacBeth qui est une mini scène d'un sponsors et qui organise un concours entre pas mal de bons groupes. Les Nantais m'ont bien plu avec un set très puissant et énergique entre 25Talife et More than a thousand. Vivement leur prochain passage en Belgique (prévu pour octobre). A la fin de leur concert, direction la Main stage pour y découvrir Rufio. Chouette groupe de punk rock qui a fait un bon concert mais sans rien de très original. Ce fut ensuite l'attente jusqu'au concert de The Black Pacific. Ce groupe est le nouveau projet de l'ancien batteur de Pennywise et vu qu'il est toujours au chant, on est vraiment pas loin des sonorités de Pennywise. J'ai vraiment bien aimé leur concert qu'ils ont terminé par Blitzkrieg Bop des Ramones. Le temps d'aller rechercher quelques raffraichissments et c'était déjà au tour de Danko Jones. Ce n'est clairement pas le meilleur concert que j'ai vu du Canadien, mais avec lui, on est de toute façon jamais déçu. Pendant 45 minutes, il a joué des titres du dernier album et quelques uns de ses tubes avec toujours le même côté rock'n'roll ! C'est toujours un plaisir ! J'ai par contre été déçu par Sick Of It All. J'avais vu de leur part une véritable boucherie en live avec un public omniprésent lors de leur dernier passage au GRoez. Ici sur la main stage, j'ai trouvé cela beaucoup plus mou et j'ai trouvé le public bien moins au taquet. Malgré tout la bande à Lou Koller assure toujours autant sur scène. Dès qu'ils ont eu fini leur set, direction la Etnies Stage (la plus petite des scènes qui n'a pas de barrière (ce qui amène une meilleure ambiance bine souvent). Cancer Bats y jouaient, je les avais déjà vu au VK* et j'avais vraiment adoré leur concert, ce fut aussi le cas ici. Le groupe envoie du punk hardcore avec pas mal d'influences de groupes comme Fugazi, Refused et d'autres tueries de ce genre. A revoir absolument, leur concert fut clairement le meilleur concert de la journée. Dès qu'ils ont eu finis, je filais voir la fin du concert de Millencolin qui jouait uniquement les titres de Pennybridge Pionner (un de leurs meilleurs albums). Leur concert fut comme à leur habitude, très propre mais très mou. J'ai ensuite regardé Hatebreed et son hardcore bien bourrin qui tabasse d'assez loin, leur musique n'étant pas ma tasse de thé. La journée s'est clôturée pour ma part par Flogging Molly et son folk/celtic punk. Les gars ont mis une scaré ambiance sous le chapiteau avec des gens qui dansaient et pogottaient dans tous les coins du chapiteau. Comme à chaque fois, j'ai trouvé leur concert meilleur que la dernière fois que je les avais vu. Un concert parfait pour clôturer une journée assez chaude et bien bibitive !

    Samedi, la journée s'annonçait beaucoup plus chargée en concert avec quelques choix tendus à faire entre différents concerts. J'ai démarré la journée par le streetpunk de Dead To Me. Les gars jouaient assez tôt (11h) mais le public répondit déjà présent. Leur concert fut suivi de celui des excellents Teenage Bottle Rocket. Cela faisait un petit temps que je voulais les voir et je ne fus pas déçu. Leur musique est très proche de celle des Ramones et leur set m'a bien plu. J'ai ensuite été voir Old Man Markley sous la Eastpack Tent. Très belle découverte avec ce groupe folk/country. Ca a bien mis l'ambiance en ce début de journée ... Malgré que j'aimais vraiment bien leur concert, je suis parti avant la fin pour celui de Streetlight Manifesto. Les gars sont toujours aussi bon sur scène. Avec des cuivres et un chanteur vraiment très bons, ils ont envoyé un max de titres bien ska punk. Terrible ! Après, les Autrichiens de Astpai jouaient sur la MacBeth et y ont mis le feu malgré les, seulement, 25 minutes de concert. Mais celui-ci fut beaucoup plus intense que celui de Mons (le lundi de la même semaine) surtout parce que le public a répondu présent ! Suite à leur concert, petite pause manger en croisant pas mal de potes (belges, anglais et français).  Je suis passé voir le concert de Sugarcult ... pop punk très mou qui m'a très vite lassé. J'ai alors préféré aller attendre le concert de Streetdogs. Les gars de Boston malgré un chapiteau loin d'être plein et après un morceau des Clash en intro, ont vraiment fait un excellent concert. En tout cas, il est retenir dans les meilleurs concerts du festival. Les titres étaient principalement tirés des deux derniers albums et le chanteur était vraiment en grand forme avec entre autres un stage aller/retour jusqu'à la tour son. Dès que le concert a été fini, direction la main stage à toute vitesse pour prendre en cours le concert de Goldfinger et son très bon ska punk. Comme à chaque fois, leur concert fut très bon avec entre autres Wake Up, leur reprise de 99luftballons et pas mal d'autres. Retour à la Eastpack Stage archi remplie (certainement le concert avec le plus de monde sur cette scène) avec le concert de Comeback Kid. Les gars envoie un excellent hardcore punk ... mais il faisait bien trop étouffant sous le chapiteau pour y rester, j'ai donc regardé leur concert d'assez loin. Suivait, sur la même scène, la légende: Snapcase. Les gars auraient dû venir au Groezrock de l'année dernière, mais un volcan islandais au nom imprononçable en avait décidé autrement. Ils sont donc de passage pour les 20 ans du Groez. Il y a malheureusement bien peu de monde par rapport à Comeback Kid et le groupe doit déplorer des problèmes de guitare au début du concert. Mais cela ne les pas empêcher de faire un excellent concert avec du tout bon son dans la veine: Refused, ATDI. Merci le Groez pour m'avoir enfin permis de les voir. Il en sera de même pour d'autres légendes punk-rock qui ont suivi: Descendents, mais avant ceux-ci je suis passé voir un bout de Dashboard Confessional (un gars seul à la guitare un peu seul sur la grande seule avec de la musique dans le genre de Frank Turner) et Madball (du bon vieux New-York hardcore). Le combo californien étaient une des têtes d'affiche de cette édition 2011. Leur concert fut vraiment très bon avec des titres tirés de toute leur discographie sans omettre Hope et I'm the one. Un bonheur.
    Après les Descendents, petit amusement avec un concours Guiness Book et le concert d'Air Guitar avec le plus de monde présent ... juste drôle mais sans intérêt.


    Il y avait encore pas mal de groupes à voir, mais je n'ai été en voir que deux, fatigue et bières aidant. J'ai donc comme chaque année râté de très bons groupes comme CIV, Saves The Day, The Used et H2O. Je suis resté sur la Main Stage pour le concert des Bostonniens de Dropkick Murphys. Je n'ai raté aucun de leur passage en Belgique depuis 1999 et hormis les trois concerts à l'AB celui-ci fut leur meilleur. Le seul regret de ce concert a été le peu de place dans la set list pour les nouveaux titres, le concert étant plutôt un concert best of. Les gars ont joué des titres phares comme Do or Die, I'm Shipping Up to Boston (en final), The State of Massachussets, Tessie, Citizen CIA, ... dommage que le groupe n'avait droit qu'à unee heure de concert ... j'ai d'ailleurs eu l'impression que cela n'a duré que 20 minutes tellement c'était bon. Nofx qui suivait a fait tout aussi bien. Le groupe ne semblait pas trop bourré sur scène et ont sorti une set list presque parfaite: Dinosaurs will die, don't call me white, franco un-american, stickin in my eye, the brews, we called it america, linoleum, the separation of church and skate, aux champs Elysées , murder the government, the longest line, fuck the kids, theme from a nofx album et encore d'autres. Seul regret: The Decline (mais avec un concert d'1h, c'est un peu normal de virer un titre de 20 minutes). C'était clairement le meilleur concert que je voyais de la bande à Fat Mike depuis la première fois que je les ai vu en 1996.


    En résumé, ce Groez version 20 ans fut un très bon cru avec Dropkick Murphys et NoFX suivi de Cancer Bats, Flogging Molly, Snapcase, Streetdogs et des belles découvertes comme Vera Cruz et Old Man Markley.

  • NoFX - Wolves in wolves clothing

    nofx-wolves-in-wolves-clothing-11.jpgWolves in Wolves Clothing est actuellement l'avant dernier album des Californiens de Nofx. Il date de 2006 et est sorti sur Fat Wrech Records, le label de Fat Mike, leur chanteur.

    Le titre et pas mal de titres de l'album parle de la religion (Living in Jesusland entre autres). Comme souvent d'ailleurs, les textes écrits par Fat Mike sont assez engagé. L'album est bien fourni avec 19 titres mais j'ai l'impression qu'il est un peu trop rempli et que quelques titres sont en dessous de ce que NoFx est capable de faire. Malgré que pas mal de titres sont vraiment bien foutu comme USA-holes, We March to The beat of Indifferent Drum (avec des choeurs très Bad Religion), The Man I Killed; je trouve que cet album n'est pas aussi bon que certaines galettes du groupe comme Heaving petty Zoo, Punk Up The Valium, War on Errorism et Punk in Drublic.

    En résumé, cet album est un bon album de NoFX mais certainement pas le meilleur. On y retrouve tout ce qui y fait le groupe et il plaira aux amateurs du genre.

  • Nofx - "They've actually gotten worse live !"

    worselive_coverEn cette fin d'année 2007, NoFx nous sort un petit album live sur son propre labal Fat Wreck. Au programme 3 jours de concerts enregistrés à San Fransisco et pas moins de 24 titres.

    Je suis cependant déçu par ce cd. Beaucoup de titres sont expédiés à toute vitesse et il y a beaucoup de bla bla et de privates jokes entre les morceaux.

    Enfin, cela reste quand même du Nofx avec quelques bons titres surtout l'enchainement Murder the governement, Monosyllabic girl, I'm telling Tim, Instant crassic, Can't get the stink out, See Her Pee, I wanna be an alchoolic, Fuck the kids et JUice Head.

  • Nofx - Live

    Le groupe de Fat Mike sort un album live intitulé: They've Actually Gotten Worse Live . Il faut juste patienter jusqu'au 20 novembre !