mon autre groupe

  • Mon Autre Groupe - Décadence

    Décadence est la 3ème sortie des Parisiens de Mon Autre Groupe. Si, je ne me trompe, c'est la première sortie avec Fanny au chant. Mon Autre groupe est un quatuor trash punk de Paris avec des membres de Maladroit, Guerilla Poubelle, M-Sixteen et encore d'autres. Une sorte d'exutoire trash pour quelques musiciens parisiens tournant autour du label Guerilla Asso. Il y a eu d'ailleurs pas mal de changement de line up depuis les débuts du groupe; Fanny étant la 3ème personne qui tient le micro.

    Un ep contenant 8 titres ultra rapide (des titres entre 47secondes et 2 minutes). Ça tape vite et fort, ça beugle, ça pilonne sur sa guitare ou sa basse. Ça chante sur l'ennui, sur la mort, la vie en ville, ... ça brille par son côté ultra noir des textes. C'est une couche en plus de noirceur dans ce monde de brute.

    Mon Autre Groupe, c'est toujours aussi court, rapide et intense ... mais cette noirceur fait parfois du bien !

  • Interview FX (Justin(e) - Poésie Zéro - 29/09 - MAG - Un hiver à Paris)

     

    64212_10200421916255667_1593759053_n.jpgHello FX, on s’est déjà croisé un paquet de fois avec tes orchestres: Mon Autre Groupe, Justin(e) et Poésie Zero. Alors, on va commencer par la musique. Peux-tu me faire un petit topo des différents groupes dans lesquels tu as joué (si je ne m’abuse, il manque 29/09 à ma liste) et dans ceux où tu joues encore. Quel instru joues/jouais-tu ?

    Salut Pierre ! J'ai commencé à jouer de la batterie en groupe vers 17 ans avec un groupe de néo/rock-metal qui s'appelait La Ligne et quelques années plus tard, j'ai monté 29/09, un projet grind/violence dans lequel je jouais de la batterie et criais en même temps. En parallèle, j'ai eu un petit truc de hip-hop acoustique, toujours à la batterie. Ensuite, après avoir déménagé à Paris, j'ai rencontré Baptiste, l'actuel guitariste de Poésie Zéro, avec lequel j'ai monté mon premier groupe de punk rock « Vendredi », puis, vu qu'ils avaient besoin d'un batteur et que je les connaissais depuis plusieurs années, j'ai intégré Justin(e). Enfin, et puisque je m'emmerdais à Paris, j'ai joué dans Maladroit, chanté dans Mon Autre Groupe et monté Poésie Zéro, au chant toujours.  

     

    Pourquoi as-tu quitté ces groupes ? Ou pourquoi ont-ils arrêtés ? Est-ce parce que vous/tu estimais avoir fait le tour de la question ?

    A chaque fois que j'ai quitté un groupe, c'était parce que je me sentais en décalage avec ce que je jouais ou chantais. J'adore jouer avec des potes, mais si à un moment donné j'écoute ce que je fais et que je ne me sens pas concerné par ce que j'entends, ça devient difficile pour moi d'y trouver du sens, ou même du fun. Jouer dans un groupe demande beaucoup de temps et pas mal d'implication émotionnelle, alors si on n'est même pas touché par ce qu'on produit, je trouve que ça n'est plus nécessaire de continuer.

     

    Dans les groupes où tu chantais, le groupe est chaque fois un truc bien énervé, je pense entre autre à Mon Autre Groupe et Poésie Zéro. Est-ce nécessaire pour toi d’avoir ce côté « pas content/énervé » lorsque tu chantes ? Tu ne penses pas que le message (si message il y a), passerait mieux d’une autre manière ?

    Ça n'est pas forcément ça, dans 29/09 et Mon Autre Groupe, crier était simplement nécessaire.  29/09 a été créé pour être le plus violent possible, autant dans le fond que dans la forme. Je criais parce que je ne pouvais pas trouver de plus grande violence à infliger aux autres et à moi même. De même pour MAG, le projet se voulait sale et rapide, pas fun. Je m'y suis senti à l'aise parce qu'avais vraiment envie de crier ce que je disais dans les paroles.

    Pour Poésie Zéro c'est différent. Je ne crie pas forcément, j'ai simplement une voix dégueulasse tout en ayant des choses extrêmement faibles à dire. Chanter dans Poésie Zéro, c'est rentrer dans le rôle du meilleur chanteur de punk rock de merde du monde.

    J'aimerais beaucoup avoir un projet dans lequel je chanterais en voix claire, comme Eels, ou JP Nataf, mais pour ça il faut avoir des jolies choses à dire, et surtout, en être convaincu.

     

    Est-ce toi qui écrivais les paroles quand tu chantais des les groupes ? Est-ce nécessaire pour toi de chanter tes paroles ?

    Mis à part Mon Autre Groupe, où Till écrivait certains textes, oui j'ai toujours écrit les chansons que je devais chanter. Je ne sais pas si c'est nécessaire pour moi de chanter mes propres paroles, mais puisque je ne me considère pas du tout comme un chanteur, il me serait très difficile de prendre place derrière un micro pour chanter les textes d'un autre. Et puis, les groupes que j'ai monté spécialement pour y chanter avaient des concepts très cadrés, que ce soit l'ultra-violence de 29/09 ou la nullité de Poésie Zéro, c'était beaucoup plus facile pour moi d'assumer la place de chanteur en étant aux origines de ces concepts plutôt que de « chanter » n'importe quoi d'autre plus simplement.

     

    Tu écris aussi pas mal pour d’autres groupes. Peux-tu lister ceux-ci ? De mon côté, je retrouve un de tes textes sur le dernier Guerilla Poubelle, sur quelques titres de Diego Pallavas et de Justin(e) ? Comment ça se passe lorsque tu écris pour d’autres ; est-ce eux qui viennent vers toi pour ta plume ou est-ce la démarche inverse où c’est toi qui leur propose un titre ?

    Tu as cité tous les groupes. Pour la liste des titres, j'ai écrit « Une ode à la mort » (http://www.youtube.com/watch?v=wF6PObm2pzs ) et les 3 titres du CD bonus (« Un samedi soir sur la terre », « De l'hygiène des ongles » et « Les briques molles ») de Treillières Über Alles de Justin(e) , « Colomba » et « Saint-Nazaire » (http://www.youtube.com/watch?v=zjww7IQSETs ) pour Diego Pallavas et plus récemment « Prevert, Kosma, Paris » pour Guerilla Poubelle... finalement ça fait pas tant de titres que ça.

    Pour le modus operandi, ça change en fonction des chansons. « Saint-Nazaire » a été écrite pendant une tournée d'été de Justin(e) où BatBat de Diego Pallavas remplaçait Alex. On est passé à Saint-Nazaire, c'était triste, j'ai lancé la première phrase de la chanson dans le camion, BatBat a aimé et le reste du texte a suivi dans les deux jours. Puisque j'avais adoré faire ça avec BatBat, et que je crois me souvenir qu'il galérait à écrire pendant la composition d'Expédition Punitive, je lui ai envoyé « Colomba ».

    Pour Justin(e), j'étais censé n'écrire que les textes du CD Bonus de TÜA car Alex n'aurait pas eu le temps de les faire, mais puisque tout le monde a aimé le texte d'  « Une ode à la mort » on a décidé de la mettre sur l'album.

    Enfin, pour Guerilla, c'est Till qui m'a demandé un texte sur Paris, j'ai été très touché par cette demande alors que je venais de terminer l'écriture d' « Un hiver à Paris » , je lui ai envoyé ce texte que j'aurais aimé chanter si j'avais eu la voix pour.  

     

    Peux-tu nous en dire plus sur le prochain Justin(e) ? As-tu aussi d’autres projets musicaux en cours ?

    Je ne sais pas quoi te dire sur le prochain Justin(e). J'aimerais te dire qu'il défonce, mais on va encore dire qu'on est trop sûrs de nous.

    Il me semble plus profond que les autres, peut-être plus sincère, il est sans doute plus « tout » que les albums précédents. Ceux qui n'aimeront pas le trouverons d'ailleurs plus nul que les autres.

    Plus sérieusement, c'est sans doute la première fois que Justin(e) va sortir un disque aussi assumé par la totalité du groupe.

    Les autres projets du moment c'est la composition d'un nouveau Poésie Zéro maintenant que Baptiste et moi habitons à Nantes. Évidemment ce nouvel album de PZ va être une révolution.

    Et puis il va falloir que je réapprenne à jouer les nouveaux titres de Justin(e), ce qui est un projet musical en soi.   

    Teaser du 4ème album de Justin(e) : http://www.youtube.com/watch?v=jxun92MDLZI&feature=youtu.be

     

    Peux-tu aussi lister quelques groupes qui t’influencent ? Qui t’ont influencé avec tes différents projets ?

    Oula c'est pas évident ça, j'écoute très peu de musique en fait. Je vais balancer quelques noms des trucs que je trouve intéressant mais que j'ai pas assez écouté : Sex Pistols, Radiohead, Public Enemy, les Sheriff, Noir Désir, Cocoon, NoFX, Cerebral Ballzy, Bashung, Gainsbourg.

    Les trucs pas forcément très intéressants mais que j'ai beaucoup écouté : Limp Bizkit, NTM, IAM, Slipknot, Eels, At The Drive In, Meshuggah, Rancid, Mindless Self Indulgence, Blink 182, Dillinger Escape Plan...

    Et sinon en ce moment, j'écoute pas mal Toy Dolls et Skyrock dans ma voiture pour me tenir informé de ce qu'écoute les gens. 

     

    Avec Justin(e), vous avez dernièrement participé à la tournée des 10 ans de Guerilla Asso, peux-tu m’en dire un peu plus ? C’était genre colonie de vacances ? Comment se sont passés les concerts ?

    Effectivement, ça ressemblait bien à une petite colonie de vacances de trentenaires. C'était vraiment cool comme tournée, et pourtant, j'appréhendais pas mal la quinzaine de dates d'affilé.

    Je ne suis pas fan des grandes tournées, la vie sur la route c'est pas pour moi, mais j'avoue que ces deux semaines ont été particulièrement agréables. Je pense que tout le monde était assez vieux et expérimenté pour prendre soin des autres.

    Concernant les concerts, mis à part le fait qu'Alex n'ait pas pu venir sur 4 dates dans la première semaine, et que les autres chanteurs ont tous eu l'amabilité de se ruiner la voix pour le remplacer, il n'y a pas eu grand chose à dire, sauf que je ne pensais pas être aussi impressionné par Intenable et le nouveau line-up de Guerilla Poubelle. J'avoue avoir pris quelques gentilles claques en regardant ces deux là.

     

    Tu as fait aussi pas mal d’autres dates et tournées avec Justin(e), mais toujours dans des pays francophones ? Quels sont les meilleurs moments, les pires ? Pourquoi ne pas partir plus loin ?

    On ne part pas plus loin car lorsqu'on essaye, je casse le camion : l'année dernière, dans notre seule tentative de tournée dans les pays de l'Est avec Nichiel's, on a eu un accident sur une autoroute en République Tchèque, et c'est sans doute mon pire souvenir de tournée. Du coup le seul concert en terre non-francophone s'est produit à Prague. On a pas réessayé depuis car c'est difficile pour nous de quitter nos jobs ou nos familles pendant plus de 10 jours plusieurs fois par an. On essaye d'avoir des projets pour 2014/2015 en visant le Québec ou les pays de l'Est encore une fois, mais on n'a rien de défini pour l instant.

     

    1385273_241033549383318_833335879_n.jpgTon actualité en 2013 était aussi lié à ton premier livre, Un hiver à Paris ? Peux-tu nous expliquer comment on fait pour sortir un livre en 2013 ? C’est comme pour sortir un cd ? As-tu de bon retour sur le livre ?

    Effectivement je viens de sortir « Un hiver à Paris », un roman sur lequel je travaillais depuis quelques années sur le thème du déracinement d'un personnage quittant sa ville natale pour Paris. Pour le sortir, j'ai été aidé par Guillaume et Lylian du label CanISay?Records. Ça faisait un moment que le label voulait tenter l'expérience de la production de livre, on a donc monté la maison d'édition IreadBooks en tant que filiale du label. Ensuite c'est pas très compliqué, et pas si différent d'un CD en effet, une fois que tu as ton livre mis en page et l'argent pour le faire imprimer, tu fais une déclaration ISBN et c'est  parti. Du coup on a déjà réussi à en  vendre environ 250 en 3 mois, via le site de CanISay?Records (http://canisayrecords.com/shop/fr/248-fran%C3%A7ois-xavier-josset-un-hiver-%C3%A0-paris.html ) et sur les concerts de Justin(e).

    Maintenant, la difficulté pour nous, c'est de trouver des manières d'élargir la distribution et de faire la promotion du bouquin hors réseau punk-rock. Nous avons finalement encore très peu de contacts, mais ça viendra.

    Concernant les retours de lecteurs, les gens qui l'ont lu semblent l'avoir apprécié, du moins personne n'a encore eu envie de me dire qu'il était nul, mais ça viendra peut-être !

     

    Je vois que tu as d’autres projets d’écriture en cours avec un projet d’un livre de fables. Ce livre n’était donc pas un one-shot ? Et peux-tu m’en dire plus sur tes nouveaux projets en écriture ?

    Oui je travaille depuis quelques temps avec un ami illustrateur Hyde Omega (https://www.facebook.com/omegahyde?fref=ts)  sur la production d'un livre de fables. On a ce projet en route depuis un an je crois. L'idée est de sortir, en 2014, un bouquin contenant une trentaine ou une quarantaine de fables illustrées. Je prends ce projet comme un exercice de style plutôt amusant, en travaillant autour d'un thème avec des contraintes bien définies : rimes et alexandrins.

    Concernant le caractère unique du roman, je ne sais pas, l'exercice d'écriture d'une oeuvre de 200 pages été intéressant mais j'ai trouvé ça vraiment difficile. J'aimerais me lancer dans la rédaction d'un autre livre, mais je ne me suis pas encore décidé sur le fond, ni sur la forme. J'ai quelques idées en tête, mais rien de concret pour l'instant.

     

    Est-ce un besoin pour toi d’écrire (et de jouer de la musique et de s’exprimer via l’art)? Est-ce un exutoire ? Y a-t-il un côté autobiographique dans ce que tu écris (je pense entre autres à Un hiver à Paris qui semble retracer une partie de ta vie) ?

    Je ne sais pas si c'est un besoin à proprement parler, mais j'aime créer, et encore plus quand je crée avec des amis. Du coup jouer de la musique et écrire sont les deux domaines dans lesquels je me sens le plus à l'aise, même si je sais que j'ai d'énormes progrès à faire.

    Toutes les créations ne sont pas des exutoires, mais effectivement, certaines d'entre-elles m'ont permis d'exprimer des choses que je n'aurais pas pu sortir autrement. Et puis pour les autres projets, faire des choses, se réunir avec des potes sur un objectif commun, ce sont de belles façons de faire passer le temps en ayant l'impression de ne pas être passif.

    Concernant la part autobiographique de ce que j'écris, évidemment je m'inspire beaucoup de ce que je vis, j'ai toujours trouvé difficile de parler de sujets qui ne me concernent pas. « Un hiver à Paris » parle d'un personnage que j'aurai pu être si je n'avais pas rencontré ceux qui m'ont fait oublié que je détestais Paris, donc forcément on retrouve beaucoup de moi dans ce qui est écrit dans ce livre.

     

    Est-ce si horrible que ça de vivre à Paris ? C’est pas censé être une des plus belles villes au monde ? Que penses-tu de la maxime « métro-boulot-dodo » ?

    Tout dépend de ce qu'on vient chercher à Paris, et je pense que beaucoup y trouvent leur compte. Mais pour ma part j'y ai déménagé pour un job, en n'y connaissant personne et avec la conviction que j'allais changer de vie, et pourtant je m'y suis embourbé pendant un an ou deux, comme mon personnage dans le livre. Il y a une certaine violence de l'anonymat à Paris qui n'existe pas dans les villes de provinces. C'est le seul endroit au monde ou je me suis senti aussi inutile, invisible et agressé par la routine. Effectivement la maxime « metro-boulot-dodo » illustre parfaitement ce que l'on peut vivre en débarquant seul à Paris, mais je pense aussi qu'il est possible de l'oublier, une fois entouré des bonnes personnes.

     

    De mon côté, je pense avoir fait le tour de ce que j’avais à te demander ... je te laisse donc le mot de la fin.

    Et bien merci à toi pour m'avoir accordé ce temps de parole. Continue à faire tout ce que tu fais c'est important. Par contre je veux bien que tu achètes des sodas la prochaine fois que tu nous fais jouer :) .

     

    Merci. Mr Pierre

     

     

    Pages Facebook :

    Justin(e) : https://www.facebook.com/justinepunkrock

    Poésie Zero : https://www.facebook.com/poesiezero

    Un hiver à Paris : https://www.facebook.com/UnHiverAParis

  • Leftover Crack @ Batofar - 06/08/13 - Paris

    leftover crack, anti vigilante, mon autre groupeDeuxième soirée à Paris avec Leftover Crack, vu deux jours plus tôt. Le concert a lieu au Batofar (le nom décrit clairement l'endroit) et on est toujours avec des prix parisiens.

    Mon Autre Groupe ouvre la soirée. On commence donc avec 20 minutes de trashcore. Ca va toujours aussi vite, on ne comprend toujours rien aux paroles et Fanny la chanteuse se dépense toujours autant. Bonne mise en jambe. Les Anglais d'Anti Vigilante suivent. Comme Lefto, je les ai déjà vu deux jours plus tôt. Ils font donc toujours du skacore avec un chanteur qui parfois sort le sax. On est toujours dans la veine de Random Hand sans en avoir la qualité. Je quitte le concert après une demi heure de set trouvant celui-ci trop redondant. Leftover Crack clôture la soirée avec un excellent concert. Un niveau encore au dessus par rapport à celui d'Anvers. A nouveau, on a droit à quelques reprises de Chocking Victim. Le public est aux anges et se donne à fond ! Le groupe, le lui rend bien.

  • Black Sheep @ The straight line will take you only the death France Summe Tour

     

     

     

    black sheep, pogo assaut, bien à toi, mon autre groupe, stygmate, rené binamé, 70's Pornographik Men, Flagship, Rien à foutre, the ba froggies, intenable, sock-7;, I.M.O.D.I.u.M, fortune cookie club, Damages & ParanoÏa08 août 2012.

     

     

     

    J’accompagne Black Sheep pour une douzaine de jours en tournée en tant que roadie. Le départ m’est donnée début d’après-midi à Bruxelles pour rejoindre le groupe sur ses terres, à Mouscron. Pendant que les gars font une dernière répetition, je tchecke le stand merch.

     

     

     

    La première date a lieu à Lille, salle l’Imposture ... à quelques kilomètres de la Belgique. L’Imposture est un petit café concert bien accueillant. Cette date fait un peu office de release party. Effectivement, c’est la première date où Black Sheep a son nouvel album sous le bras: The Straight Line Will Take You Only To Death. Les locaux de Flagship ouvrent la soirée. Les gars sont assez jeunes et cela se ressent dans leur musique. On navigue entre des influences métal et des trucs plus punks. Black Sheep attaque vers 21h30. Les gars sont motivés et le public pas énormément nombreux semble content du concert. Pas mal de nouveaux titres sont joués pour la première fois (ou presque) et ceux-ci semblent bien fonctionner en concert. Voici d’ailleurs, la set list de base de la tournée (de manière générale) : Ten Years, Bored to seems, All you need is love, Tattoos and changes, Friendship, Wrong Escape, This is not a Michael Jackson gig, We try, Those ghosts, Wheels of Hell, Dead End, Sabotage et Don’t give up.

     

     

     

    Après le concert, retour à Mouscron pour une dernière nuit en Belgique avant le vrai depart en tournée.

     

     

     

    09 août 2012

     

     

     

    Le van ayant déjà été chargé la veille, on récupère tous les zikos sur Mouscron et on attend Alex, à la gare. Ce dernier remplacera Jérem à la gratte sur la tournée. A 11h30, après une petit Jupiler en terrasse, on prend la route pour Tours ultra motivé par ces 10 jours de tournée qui nous attendent.

     

     

     

    On arrive à Tours vers 16h30 après un trajet sans fioritures. On joue dans un lieu qui s’appelle l’Académie de la bière ... ça s’annonce donc pas trop mal. D’ailleurs le bar a une belle carte de bières belges. On ne sera pas trop dépaysé. On arrive sur Tours en même temps que Fortune Cookie Club et I.M.O.D.I.U.M, deux des autres groupes de la soirée. Après avoir retrouvé l’organisateur, Brice. On va un peu glander tous ensemble le long de la Loire.

     

     

     

    A 18h, on retourne au bar pour s’installer. Vers 20h alors que la Kwak (au fût) coule à flot, Sick-7, groupe local démarre. J’accroche pas trop à leur truc. Les I.M.O.D.I.U.M suivent. Je les avais vu pour la dernière fois il y a deux ans, je trouve que leur truc a vraiment bien évolué. Les Monégasques assurent leur set sans trop de difficulté devant une salle bien remplie. Je découvre ensuite les Québequois de Fortune Cookie Club. On retrouve dans ce groupe un ancien Old School Politics. J’aime assez bien leur musique qui me fait penser à des trucs plus « Fat Wreck » comme Flatliners. Les Black Sheep terminent la soirée avec un très bon concert. Alex à la guitare, pour son premier concert avec eux s’en sort avec les honneurs.

     

    On ne s’éternisera pas trop au bar après les concerts, surtout que les groupes ont fait place à un DJ « hors pair ». On boit encore quelques coups avec les autres groupes tout en remballant le matos. Avec Black Sheep, on loge chez Mélanie (qu fait partie de l’orga de ce soir) où on s’endormira assez vite ... devant quelques coquillettes.

     

     

     

    10/08/2012

     

     

     

    Après plusieurs déboires pour se trouver une date et malgré une proposition de dernière minute, ce vendredi sera un day off. On a prévu de faire étape pour la soirée chez Louis de l’orga « Des ciseaux et une photocopieuse » où l’on retrouvera quelques Wank For Peace. Mais, on passe d’abord l’après-midi à Tours pour se restaurer et glander le long de la Loire. Avant de décoller, on recroise I.M.O.D.I.U.M et Fortune Cookie Club pour un dernier aurevoir. Après deux heures de route, on arrive à Angers où on est super bien accueilli chez Louis. La soirée bien bibitive (trop pour certains) se passe dans la bonne humeur et dans la déconnade. On découvre le Beer Pong, sorte de Ping Pong sans raquette et agrémenté de pas mal de boissons alcoolisées.

     

     

     

    11/08/2012

     

     

     

    Après un réveil tardif et un plan tatouage avorté (ce ne sera pas le seul de la tournée), on se met en route pour le PMU de Treillières. La date est organisée par Fab des Justin(e). On arrive vers 17h30 sur place, on discute avec Fab et les quelques personnes déjà présentes. Ce bar semble être le seul de Treillières (petite ville typique de banlieue française). Damages et Paranoïa sera le premier groupe de la soirée. J’accroche pas du tout à leur post/punk avec des claviers. Je préfrerai le groupe suivant : 70's Pornographik Men. Ces derniers jouent du punk influencé par des trucs comme les Bérus et cette scène française. Sur le coup de 23h, Black Sheep attaque. Ce concert avec un son nikel, sera pour moi, le meilleur concert de la tournée. Le public est bien attentif au set des BxS et ces derniers envoient la purée. On a droit à Saborage avec Fab et Olar des Justin(e) comme guests. Une fois le concert fini, la soirée n’a fait que commencer. Meilleur concert et meilleur after de la tournée : du sucre, du Jean-Jacques Perret, des farandoles, du rhum, ...

     

     

     

    12/08/2012

     

     

     

    Deuxième day off de la tournée. On arrive d’abord à faire ouvrir la pizzeria de Treillières censée être fermée le dimanche (on a bien sympathisé avec Pierrot, le patron, la veille). On se farcit donc d’énormes pizzas à la crème de Whisky pour le dîner. Ensuite, les Black Sheep délirent en enregistrent un titre chez Fab. Vers 18h, on redescend vers Nantes où l’on passe la soirée dans un très chouette bar (La Maison) ; où l’on sympatisera avec presque tout le monde.

     

     

     

    13/08/2012

     

     

     

    Vers 13h, départ pour Bordeaux. La route se passe sans soucis et on arrive devant le Chabi, bar de ce soir. En descendant du van, on tombe nez à nez avec Vincent McDoom qui boit des coups en terrasse. Avant de s’installer, on retrouve quelques potes bordelais ; on fait une visite express du quartier. Puis, on descend le matériel et on s’installe pour le concert de ce soir. The Bad Froggies, jeune groupe ouvre la soirée devant une salle assez peu remplie. Intenable, nouveau projet du guitariste et du chanteur de Nina School suit. Le batteur de Helltons est derrière les fûts. Musicalement, on est dans un style punk assez mélo. J’ai bien aimé leur truc. Black Sheep suit ensuite avec un concert gâché par des problèmes techniques. Le groupe a des problèmes avec un ampli, pête des cordes de guitare, une corde de basse et même la peau de la grosse caisse. Je trouve que malgré cela les gars s’en sont bien sortis. On aura à nouveau droit à une très chouette after avec pas mal de potes dans un bar pirate.

     

     

     

    14/08/2012

     

     

     

    On se lève super tôt (moins de deux heures après avoir été dormir pour certains) pour aller se faire tatouer. On a enfin un plan qui se concrétise. On va très vite déchanter, on est tombé dans le meilleur salon de chat et de dauphin de France, mais pour le reste ... on oublie !

     

     

     

    On part dès lors en direction d’Albi pour le concert de la soirée. Il commence à faire une chaleur bien torride et on ne rêve que de plan d’eau ou de piscine. On arrive au Gambrinus, bar de ce soir vers 16h. Dès le départ, les gars de l’asso organisant le concert nous mettent l’eau à la bouche : ce soir, ce sera open bar et possibilité d’aller au plan sleeping de ce soir avant le concert .... l’endroit a une piscine extérieure ! Le bonheur.

     

     

     

    Le concert a lieu durant un tournoi de beer-pong. Ca boit et ça joue dans tous les coins du bar ! Mais les gens sont réceptifs au concert des Black Sheep qui à mon goût manque de pêche. La sono n’est pas super cool et je n’arrive pas « à rentrer » dans le concert. Ce sera pour moi, le pire concert de la tournée. On recroise aussi quelques potes des Charly Fiasco. L’after sera aussi pas mal ... avec piscine et drame conjugual !

     

     

     

    15/08/2012

     

     

     

    On est reparti pour un day off ... on passe la matinée et la moitié de l’aprèm dans la piscine avant de décoller pour Clermont-Ferrand où Yohan de Tony Wanks nous accuielle pour la nuit. On arrive vers 20h30 à Clermont et la ville semble morte. Il fait mauvais, les jeunes n’ont pas l’air de s’amuser. On craint la soirée pourrie. Heureusement Yohan nous fera changer d’avis en nous montrant de très chouettes bars.

     

     

     

    16/08/2012

     

     

     

    Après une dernière vaine recherche pour un plan tattoo, on visite la ville de Clermont avant le départ pour Paris. Après 4h30 de route, on arrive au Rigoletto à Paris. On joue dans la cave d’un bar/restaurant. Malgré la sono pourrie et le manque de lumière, le lieu est bien cool. Bien à toi ouvre la soirée. C’est de nouveau un truc qui ne sera pas trop dans mes goûts. Les gars jouent un genre de post rock ... c’est bien en place, mais c’est vraiment pas ma came. Je revois par contre Mon Autre Groupe avec plaisir. C’est à nouveau une nouvelle formule avec Fanny au chant. C’est toujours aussi violent, ça tabasse toujours tout en un minimum de temps. Parfait ! Black Sheep suit avec un excellent concert. La soirée se termine pénard chez Till.

     

     

     

    17/08/2012

     

     

     

    Alors qu’un day-off est à nouveau censé être prévu, on arrive à s’incruster en dernière minute, sur un plan à Montreuil où les René Binamé jouent. On rejoint le bar dans l’après-midi après être passé par chez Big Fernand, probablement le meilleur resto à hambuger de Paris. On joue dans un bar en tout premier. La salle est encore un peu vide, mais les personnes présentes semblent apprecié le concert des Black Sheep. Je découvre ensuite Stygmate. Ce quatuor joue du punk influencé par les grands frères français comme les Bérus et OTH (dont ils feront une reprise). Je trouve le concert un peu long, mais ça me fait pas mal penser aux Diego Pallavas. On regardera la début du concert de Binam’ qui jouera devant une salle bondée. On s’écoute un petite « La vie s’écoule » avent de rejoindre Noyon (endroit du concert du lendemain et plan de logement de la soirée).

     

     

     

    18/08/2012

     

     

     

    On passe l’aprés-midi devant un énorme barbecue et ensuite à la recherche d’un plan d’eau. A la cool ! On rejoint la Paillotte vers 19h. Le patron du bar est bien craignos ! Il ne semble pas content, fait tout le temps tout changer ... un vrai patron de bar du fin fond de la France !

     

     

     

    Rien à Foutre débute la soirée. Les gars font quelques reprises (Tim Vantol, Dolores Riposte), mais ce n’est pas encore trop au point. Pogo Assaut s’en sortira mieux même vu leur jeune âge. Black Sheep fait ensuite un excellent concert devant un public surchauffé qui pogote et stage dans tous les sens. Excellent pour clôturer cette tournée !

     

  • Wank For Peace/Mon Autre Groupe - Split 7"

    wank for peace, mon autre groupeLes Parisiens de Mon Autre Groupe ont sorti un split 4 titres (deux chacun) avec les Angevins de Wank For Peace. L'objet est d'une superbe qualité graphique avec des dessins réalisés par un des musiciens de The Arteries. Belle rencontre que celle de ces deux groupes hardcore du label Guerilla Asso.

    Mon Autre Groupe et son hardcore tendance trashcore balance pour démarrer une reprise méconnaissable de All The Small Things des Blink 182, Wank For Peace reprend aussi un titre de Blink avec Dammit. La version des Wank For Peace est vraiment terrible meilleur que l'originale je trouve. Les deux groupes placent aussi une composition personnelle. MAG reste dans son style hyper rapide avec Déjeuner Dehors et W4P reste dans le style hardcore mélo avec Let's Be Honest.

    J'aime bien aussi le délire culinaire que l'on retrouve sur le papier reprenant les paroles; les Wank For Peace nous explique comment faire du Chili végétarien au cafe ! tandis que Mon Autre Groupe nous explique comment faire des Millionnaires. Excellent ! Encore bravo pour ce vinyl 7" !

  • Mon Autre Groupe - Le déclin

    LE-DECLIN-100.jpgDepuis les débuts du groupe et le précédent effort, Mon Autre Groupe a changé de chanteur. Exit Fred de Dolores Riposte et place à Fikce, batteur dans Justin(e) et chanteur dans Poésie Zero. Le reste de l'équipe n'a pas changé et compte toujours des gens de Guerilla, Maladroit, M-Sixteen. Personnellement, je préfère la voix de Fikce et à celle de Fred, je la trouve mieux adapté à ce style de musique. Et puis, c'est dû aussi au fait que je n'ai jamais écouté un autre groupe où Fikce est au chaud (donc pas de comparaison avec un autre projet).

    En voyant ce disque sous son plastique sale, je trouvais la pochette vraiment bizarre. En enlevant le film protecteur qui a été peint, on se rend compte de la vrai pochette. Je la trouve pas mal ... même si elle est assez noire: des pandas entouré de cadavres !

    Sur cet ep, on retrouve uniquement un titre ... mais celui-ci dure près de 10 minutes. On comprend maintenant le titre qui doit être une référence à The Decline de NoFX. Musicalement, malgré le changement de chanteur, on reste dans la même veine musicale que pour l'opus précédent. Du punk/hardcore hyper rapide avec un chant tout aussi rapide et très criard ! Il y a juste un break avec une voix féminine vers la moitié du titre.

    Un très chouette titre/disque ... mais qui je pense ravira surtout les fans et les amateurs de choses sortant de la norme ! Il reste à voir si ce titre sera aussi rare en concert que The Decline de NoFX.

  • Mon Autre Groupe change de line up

    Fred, le chnateur quitte le groupe pour se consacrer à 100% à Dolores Riposte. C'est Fix, le batteur de Justin(e) qui arrive en remplacement au chant.

  • Mon Autre Groupe - Mon Autre Groupe

    MAGMon autre groupe est comme son nom l'indique un projet parrallèle. Il contient un membre de Guerilla Poubelle, un de Dolores Riposte, un de M-Sixteen et un de For a second. La plus grosse ressemblance est due à la voie de Till et donc par moment on a l'impression que Mon autre groupe est du Guerilla Poubelle en plus rapide. Quand je dis plus rapide, c'est clairement plus rapide. L'album contient 8 titres mais dépasse à peine le 10 minutes. Les 8 titres s'enchaînent à une vitesse folle (seul un titre dépasse les 2 minutes et deux la minute).

    Mon Autre Groupe doit tant aux groupes de ses membres (principalement M-Sixteen et Guerilla) qu'à d'autres influences comme le hardcore et le punk ricain à la Black Flag. Ce disque transpire l'énergie et le bruit. C'est une très chouette découverte qui donne envie de découvrir le groupe sur scène (même si on se demande ce que ça va donner avec des titres d'une moyenne d'une minute).

  • Reformation, nouvelles galettes et nouveaux groupes

    Après un petit moment d'absence, voici quelques niews fraiches et moins fraiches.

    Les Jesus Lizard se reforment !!!!! Ils avaient mis un arret à leur activité en 1999. Ils reprendront la route en 2009.

    The Rebel Assholes sort un nouveau skeud pour fin janvier, tournée belge et française prévue.

    Bad Chickens et Dirty Fonzy sortent un split album en janvier, ils seront aussi en tournée commune belge et française en mars.

    Condkoï prévoit de sortir un live en avril 2009.

    Mon autre groupe est un nouveau projet réunissant des Guerilla Poubelle, des Dolores Riposte, M-Sixteen et For a second.

    Annita Babyface (chanteuse sur quelques titres d'ISP et Bad Chickens entre autres) lance un nouveau projet: Annita Babyface and The Tasty Poneys.