jet 8

  • Jet 8 - Music Industry Sucks

    10 ans après sa formation, les Tchèques de Jet 8 nous sortent sur le label belge 2k10, un album nommé Music Industry Sucks. On y retrouve 11 titres.

    Les 6 Tchèques nous offrent un excellent skacore. Avec une moyenne de 3min20 les titres sont d'une grande efficacité. Jet 8 nous propose un mix parfait entre punk/hardcore et ska punk. On est sur la route à côté de groupes comme Random Hand ou Faintest Idea. Les refrains sont faits pour être chantés en chœurs et la présence du ska et de la trompette donne une chouette coloration au côté punk du groupe. Le groupe s'offre aussi le luxe d'un featuring avec le chanteur de Dog Eat Dog sur un titre. Après quelques écoutes, on a déjà l'impression de connaître le disque par cœur !

    Un très belle plaque de la part de Jet 8, à ranger entre Faintest Idea, Dirty Bees et The Filaments !

  • Dirty Bees - Ghost Town Tour @ CZ, SK, B - 24-31/08/13

    J'ai la chance d'accompagner les potes de Dirty Bees sur leur tournée d'une semaine qui a eu lieu fin août. Le départ est donné à Ecaussinnes le samedi 24 au matin pour tracer jusque Prague et y profiter de la soirée vu que le premier concert n'aura lieu que le 25.

    J'arrive déjà le vendredi 23 au soir à Ecaussinnes ... et vu la belle petite soirée picole, le départ du samedi se passera entre retard et précipitation. Ça commence bien ! En prend la route vers 8h et on traverse l'Allemagne avec ses arrêts au Burger King et aux pompes essence pour se faxer. Ce qui est presque obligatoire ! On arrive à Prague en fin d'après-midi. On se pose à l'hôtel (tournée des grands ducs) avant d'aller manger un bout et de boire quelques pintes dans cette très belle ville qu'est Prague. On reviendra d'ailleurs à pied du centre ville. Le dimanche matin, on a bien le temps vu que l'on joue au Cross Club à Prague le soir-même. On va y déposer le van avant d'aller faire une visite plus touristique de la ville avec une repas au milieu des vignes bordant le château. Pendant que la moitié du groupe retourne faire la sieste dans le van, je continue la promenade en centre ville avec deux autres guerriers à l'affut de bars cools.

    Retour au Cross Club vers 17h. Le lieu est splendide et comprend plusieurs salles et bars ainsi qu'un resto avec une décoration en fer forgé de malade ! On croise les Jet 8 qui partageront l'affiche avec les Dirty Bees ce soir. On bouffe un bout avec eux, on discute punk rock et on redescend dans le clubs pour installer le brol. Les Jet 8 envoie le pâté avec un excellent ska punk qui n'a rien à envier aux stars du genre. C'est super carré, ça bouge dans tous les sens et il y a une belle présence des cuivres ... parfait ! Les Dirty Bees suivent avec un excellent set. Super carré et avec une excellente set list. La reprise de Dog eat Dog fait déjà des aficionados dans le public. Concert énergique à souhait pour ce début de tournée. On croise quelques belges (minga, j'viens de Binche moi!) et connaissances dans la salle. On termine la soirée dans un autre bar du Cross Club à descendre des grosses chopes avec les quelques Jet 8 ne travaillant pas le lendemain. On rentre à l'hôtel aux petites heures et en ayant encore soif au grand dam de la réceptionniste.

    On part assez tôt de Prague car on doit traverser toute la Tchéquie pour rejoindre Banska Bystrica dans le centre de la Slovaquie. La route démarre pas trop mal, avant d'être dévié à cause d'un accident à la frontière slovaque et de se rendre compte que notre GPS s'arrête à la Tchèquie. Retour à la bonne vieille carte routière pour la suite de la tournée (et au print screen des rues d'arrivée). On entre en Slovaquie par des petites routes et de très beaux paysages. On arrive sous la drache à Banska Bystrica et on galère à trouver le lieu du concert. Le club est un grand bar qui est assez cool avec une très chouette déco. On joue seul ce soir et le tenancier du bar qui a calé la date ne pointe pas le bout de son nez. On verra juste l'ingé son et le barman qui aura bien pitié de nous et nous offrira quelques boissons et des pizzas. La salle est asse vide ... moins d'une dizaine de personnes dont deux ultra motivées. On passera quand même une bonne partie de la soirée à boire des pintes au bar jusqu'au moment où j'ai le bonheur de mettre la main sur le juke box et de bien pourrir la soirée avec des belles merdes françaises ! On dort dans la cave du bar (qui est un autre bar plus petit). C'est assez rude surtout après 2 jours à l'hôtel, mais on s'en accommode très vite. Le lendemain matin, on se fait littéralement chasser du bar par le patron sans avoir un sou pour le concert de la veille. On a la journée pour traverser la Slovaquie et rejoindre Kosice tout à l'est du pays. On se fait chopper sur l'autoroute sans vignette (bim 50€ dans la tronche). On va visiter un énorme château sur un pic rocheux. On arrive pénard au Collosseum, un énorme club à Kosice qui a entre autres accueilli durant l'été Defaeter, Gogol Bordello et plein d'autres. Nous on joue dans la salle annexe qui a tout autant de gueule. On est arrivé tôt et la bonne nouvelle, c'est qu'il y a une douche et un vrai sleeping; mais surtout que les pintes sont gratuites pour les musiciens avant le concert (3h d'open bar pour démarrer ... perfect !). Pour le concert, il y a un peu plus de monde que la veille. Le concert est loin d'être mauvais, mais est pour moi le moins bon de la tournée. Au merch, ça achète la Dirty Beer sans compter et ça boit jusqu'aux petites heures.

    Le lendemain matin (mercredi), on a le bonheur d'avoir un sabot au van ! On prend la route vers 10h pour Hlohovec. On s'arrête à un restoroute local ... à oublier au plus vite. Le repas ressemble à un repas de cantine scolaire dont on aurait oublié une partie des ingrédients. On arrive vers 16h à Hlohovec, horrible cité post industrielle. Le bar est assez neuf et le patron très jeune semble bien cool. Le salle sera comble ce soir et le public surchaud. Un des meilleurs concerts de la tournée. Un deuxième set sera d'ailleurs improvisé par Hadri en acoustique. On parle avec les gens, on boit des coups jusqu'au lever du soleil ... sans oublier que je squatte le pc qui permet de mixer et que je fais danger les Slovaques sur la crème de la crème néo-métal.

    Jeudi matin, le réveil est rude de chez rude et super rapide ... le tattoo shop nous attend. On part vers 9h (quand on est tombé entre 6h et 7h ça fait mal !). On est deux à se faire tatouer fin de matinée. Une bière pour la vie ! Par après, on se fait un petit resto avant de rejoindre le U Ocka, club de la soirée. On zone dans le club fin d'après-midi, en attendant que les choses se passent. On joue vers 22h. Il y a un peu de monde, mais très peu par rapport au club d'en face où il y a un tout gros concert :( Le patron du club semble bien accueillant. Et le concert des Dirty Bees est bien bon devant quelques personnes qui bougent. Un groupe local du nom de Skafander suit avec un set très dans la veine Slackers/Aggrolites. C'est bien foutu ! La soirée se passera au coin du bar avec le patron, en concours d'affond et mythonerie. Le gars nous fait croire qu'il a fait joué Metallica dans son bar ... on fait bien sur semblant d'y croire. On dort à nouveau à la rude sur la scène. Le réveil sera une fois de plus rude ... surtout quand le tenancier nous présente notre note de consommation (qu'il s'était bien gardé de dire qu'elle serait à payer le lendemain).

    On prend la route vers 10h pour Francfurt et une soirée sans concert chez nos potes de Thee Infidels. On est accueilli dans leur local de répet où on passera la soirée à discuter et à boire toutes sortes de boissons. Le samedi, on repart assez tôt pour La Louvière et la Taverne du théâtre. On termine avec un dernier concert à la maison. On arrive assez tôt, on prend donc le temps de repasser chez soi pour être frais et dispo pour la soirée. On revient à la Taverne pour le début de la soirée. C'est l'occasion de recroiser un paquet de potes. Je rate le concert de Primate Trooper's. Mais pas celui des copains de Nina School qui envoie toujours de l'excellent punk rock en live. Un régal de les revoir. Les Dirty Bees sont en forme et balancent à nouveau un excellent set et cette fois-ci devant un public conquis ! Les Smash Hit Combo et leur rapcore assez stéréotypé mais avec beaucoup d'énergie. On se quitte heureux en fin de soirée, à nouveau des souvenirs plein la tête, de nouveaux copains croisés sur la route. Et surtout avec l'envie de repartir.