frank turner

  • Frank Turner - The second Three Years

    Ce The Second Three Years est une compilation reprenant des titres de Frank Turner enregistrés pour des splits, des face B ou des compilations par Frank Turner entre 2009 et 2011. On y retrouve aussi quelques titres live. Le disque est sorti pour l'Europe en novembre 2011 chez Xtra Mile Records et chez Epitaph en 2012 pour le reste du monde.

    C'est clairement destiné aux amateurs du bonhomme. On est loin de la qualité des différents albums de Frank Turner. L'artiste était en train de percer à l'époque en Angleterre et on sent le coup du label qui tente de faire du fric avec des fonds de tiroir. Il y a cependant quelques titres qui valent l'écoute comme le paquet de cover présente sur l'album: Linoleum de Nofx, On a plain de Nirvana, My Poor Friend Me de Bad Religion.

    A conseiller aux fans, les autres foncer plutôt sur les albums studios que sont Love Ire & Song ou Positive Songs For Negative People.

  • Groezrock - Meerhout - 29-30/04/16

    Cette année, ce qui est devenu le plus gros festival européen punk, punk rock et hardcore fêtait ses 25 ans. Pour l'occasion, le festival se payait une date exclusive sur le continent de Rancid en tête d'affiche.

    A côté de cela, il y avait pas mal de changements par rapport aux autres années. Le festival qui ne faisait que grossir depuis ses débuts en 1992 semble avoir pris un coup d'arrêt dans son ascension. Pour la première fois, le Groez proposait moins de groupes que l'année précédente. Une scène passait aussi à la trappe. L'année dernière, le festival proposait 5 scènes. Cette année-ci retour à 4 scènes ... et ce n'est pas la mini scène crée par un sponsor qui allait faire illusion. Car si c'est cool d'annoncer en dernière minute des concerts acoustiques de Mad Caddies, Not on Tour, Frank Turner ... c'est indécent de les proposer sous une simple tonnelle avec un son tout pourri et uniquement accessible à 20 chanceux au premier rang. Le festival commençait aussi plus tard le premier jour (pas plus mal pour ceux qui bossent). Le site a été réaménagé et semble avoir réduit !

    On démarre donc le vendredi, sous la pluie et dans la boue avec The Aggrolites qui ouvre sur la Monster Energy Stage. Agréable surprise de retrouver Nicolas Léonard, ex-Moon Invaders et local de l'étape, à la batterie du groupe californien. Cela ne semble pas les rebuter d'ouvrir et les Californiens proposent un excellent skinhead reggae pour ouvrir le festival avec des classiques comme "Funky Fire" et "Dirty Reggae". Ensuite, direcion Muncie Girls. Le trio anglais se produit sur la Back To Basics stage. Pas mal de monde, le chapiteau est même plein à craquer (ce sera souvent le cas). Par contre, je n'accroche pas trop au concert du trio. Je les ai déjà vu quelques fois dans des lieux plus petits et j'avais bien plus accroché. Je pars d'ailleurs avant la fin afin de profiter à fond du concert des Ricains de Less Than Jake. Le groupe ska/skate punk est revenu au devant de la scène l'année dernière avec un nouvel album et une paire de dates. Cette date est un peu l’apothéose de leur tournée. Avec un set de 50 minutes rempli d'humour, les 5 lascars arrivent à faire sauter le chapiteau dans tous les sens. On retrouve entre autres "Happy man", "9th at pine" et "Look what happened". Parfait pour se défouler les jambes surtout que la pluie a cessé.

    Petit passage ensuite, du côté des Russes de Siberian Meat Grinder. Nouvelle sensation grind/punk. Je les avais déjà vu cet été. C'est loufoque et bien grind ... mais très vite redondant ! La suite, ce sera mister Frank Turner and his sleeping souls. Le bonhomme est en forme et nous offre un excellent concert devant un public conquis. On a droit aux classiques: "Photosynthesis", "Recovery", "I Still believe". Frank est en forme pour le plus grand bonheur du chapiteau. Je passe ensuite m'arrêter devant We"Re Wolves. Un des groupes locaux du festival. Il est vrai que cet année, le Groez a fait l'effort de proposer autre chose qu'un concours international et à la place a été à la recherche de 5 ou 6 groupes belges. Je passe ensuite une partie du temps à trainer du côté des deux chapiteaux de merchandising ... car Terror & Hatebreed, ça ne m'emballe pas des masses.

    Je vais ensuite terminer la soirée par un trio d’ancêtres qui vont assurer ! Ça démarre par le set de Youth Of Today. New York hardcore en plein, set ultra bouillant et public survolté ! Je continue avec No Fun At All qui semble en super forme (bien mieux qu'à son dernier passage ici). Le skate punk des Suédois ne semble n'avoir rien perdu de sa jeunesse. J'ai l'impression de regarder des vielles vidéos de skate des années nonante. La fin de la soirée sera encore mieux avec Rancid.

    Pour les 25 ans du festival, les organisateurs ont convaincu Rancid de venir jouer dans son intégralité l'album "... and out came the wolves". Cela s'annonçait quitte ou double. Lors du passage du groupe en 2012, le concert avait été un vrai massacre avec un Tim Armstrong présent uniquement physiquement sur scène, mais complètement absent. Quel différence avec ce concert. Rancid avec Armstrong en véritable frontman nous a balancé un excellent concert. Le meilleur du groupe qu'il m'a été donné de voir. On a donc eu droit à "...and out came the wolves" avec quelques perles en rappel ("Fall Back down", "I wanna riot", "Honor is all we know", "Tenderloin" et "Radio"). Je suis complètement réconcilié avec Rancid suite à ce concert magistral ... il est temps d'aller greloter une nuit en tente !

    Samedi, après l'apéro au camping ... sous un ciel gris mais sans pluie, direction le site pour les Not On Tour. L'année dernière, le groupe de Tel Aviv avait participé au concours, cette année, il reçoit carrément la chance d'ouvrir la main stage. Un excellent set de 35 minutes. Punk rock avec chant féminin ! Parfait pour continuer l'apéro avec du bon son dans les écoutilles. La suite, ce sera Teen Agers sur la Watch Out Stage, la seule scène en extérieur. Cela ne m'emballe pas des masses. Dès qu'ils finissent retour sous la main stage pour les Suédois de Venerea. Le groupe que m'avait bien bluffé cet été, semble un peu avoir dur avec l'aspect matinal du show. Le monde est là, mais ça ne bouge pas des masses devant le skate punk de Venerea. Je pars avant la fin afin de voir Pears. C'est la dernière sensation de chez Fat Wreck Records. Le groupe malgré le froid et l'heure (13h45) arrive torse nu et remonté comme une pendule. 35 minutes de punk/hardcore ultra efficace dans la tronche ! En sortant du chapiteau, je suis certain d'avoir assisté au meilleur concert du festival ! La suite, ce sera Frank Carter & The Rattlesnakes. L'ex Gallows revient avec un projet toujours aussi violent et punk/hardcore. Super concert, mais cela semble un poil mou suite à la claque Pears.

    Je me dirige ensuite vers Bad Cop/Bad Cop, autre nouvelle sensation de chez Fat Mike. Par contre, ici, c'est la déception. J'ai trouvé leur concert super mou et cela ne m'a pas emballé du tout. Ensuite, petit passage devant Modern Baseball ... dont je ne retiens pas grand chose (l'effet post apéro). Juliette and The Licks, groupe de l'actrice Juliette Lewis fait un peu tâche entre cet enchainement de punk et de hardcore. La chanteuse a beau mettre tout de son côté avec une tenue de scène extravagante et bien américaine, j'ai l'impression que le public applaudit poliment sans plus.

    Par contre, juste après Mad Caddies met tout le monde d'accord avec son ska punk ultra efficace. Le public est surchauffé et connait toutes les chansons par cœur. Ultra efficace comme à son habitude. La suite sera plus dur pour moi ... entre passages au bar et groupes qui s'enchaine. Ce sera SNFU, Iron Chic, Face To Face et ensuite No Use and Friends. Projet avec les musiciens de No Use For A Name et une ribambelle de copains qui vient tenir le micro en lieu et place de feu Tony Sly. On retrouve en vrac les chanteurs de Lagwagon, Venerea, Not On Tour, Face To Face, ... par contre, en fonction du chanteur/de la chanteuse et malgré la set list ultra top, c'est un peu décousu. L'idée est bonne, mais ça manque de liant. Ce concert m'achèvera ... tampis pour les revenants de Sum 41.

    En résumé, les moins ce sera:

    - le réaménagement du site, la météo, Bad Cop/Bad Cop, Teen Agers

    Les plus:

    - Pears, Rancid, Mad Caddies, No Fun At All, Youth of Today, Frank Turner, Less Than Jake.

  • Frank Turner - Positive songs for negative people

    Positive Songs For Negative People est le sixième album de Frank Turner, pas mal surtout que le premier date seulement de 2007. Il est à nouveau sorti chez Xtra Miles (août 2015). On y retrouve 12 titres.

    L'album démarre par The Angel Islington, un titre ultra folk dans la lignée d'un Bob Dylan. Mais très vite, dès la deuxième plage, on replonge dans un univers bien plus rock et punk. Frank Turner allonge ensuite 10 titres hyper teigneux. 10 titres remplis de pêche et de grâce. On est dans la ligne de son album Poetry of the deed. L'album se termine par Song For Josh, une plage acoustique live enregistrée à Washington.

    Le titre annonçait un album plutôt joyeux et cela semble le cas. D'ailleurs Frank Turner est clairement là d'abord pour prendre du plaisir avant de se prendre la tête. Cet album nous promène entre folk et punk; le punk-folk dans toute sa splendeur, comme le britannique sait le faire.

    A ranger à la suite de ces autres albums ! A écouter les jours de pluie !

  • Dropkick Murphys @ Brielpoort - Deinze - 30/01/13

    Comme chaque année, les Dropkick Murphys passent par l'Europe pour une tournée des salles. Cette fois-ci Frank Turner et ses Sleeping Souls accompagnaient le gang de Boston pour toute la tournée.

    Je suis arrivé dans l'immense hangar du Brielpoort à la fin du concert de The Agitators. Ce que j'en retiens, c'est que le son était épouvantable (heureusement ce ne sera pas la cas des deux groupes suivants).

    Frank Turner a débarqué à 20h précises pour 40 minutes de show. L'Anglais et son groupe nous ont fait un excellent show, mais bien trop court ! Le gars était en forme et sautait dans le tous les sens avec une énergie folle. Voici les titres joués: If Ever I Stray, The Road, Peggy Song The Blues, Reasons not to be an idiot, Glory Hallelujah, Long live the queen, Four simple words, Photosynthesis, Try this at hom et I still believe.

    Dropkick est monté sur scène sur le coup de 21h. La première surprise est de ne pas voir arriver Al Barr, le lead chanteur ... et de voir le bassiste de Frank Turner prendre la basse. Ken Casey, habituellement bassiste et second chanteur, occupe seul la scène au chant. Cela fait un grand changement et si Ken Casey est un excellent second chanteur ce n'est pas un frontman. Heureusement, il reprendra la basse et le chant pour la plupart des chansons. Mais alors le scène reste bien vide sans la présence d'Al Barr qui est malade. Et cela laisse la place au public pour chanter avec cette impression de se retrouver dans un karaoké ! Heureusement Frank Turner viendra sauver leur concert en chantant sur le rappel.

    Voici la set list: The boys are back, Burn, Johnny I hardly knew ya, The Warrior's code, Going out in style, Your spirit's alive, Prisoner's song, Forever, The Irish Rover, Peg o' My heart, Take 'em down, Jimmy Collins wake, Boys on the docks, Out of your heads, The Battle rages on, Rose Tattoo, Captain Kelly's kitchen, I'm shipping up to Boston, Worker's sing, Barroom Hero et en rappel (avec Frank Turner au chant): Kiss me I'm shitfaced, Skinhead on the MBTA, TNT reprise d'AC/DC, Citizen CIA. La set list laisse beaucoup de place au dernier album (dont les titres passent sans soucis en live) et à Warrior's code. A mon goût, dommage qu'il n'y ait pas plus de titres de Sing Loud, Sing Proud.

    Ce concert n'est clairement pas le meilleur que j'ai vu de Dropkick, loin de là (mais pas le pire ... devant le premier à Dour et celui de la Lotto Arena). Le groupe devient une machine de guerre pour stade avec des hymnes chantés par la foule, je préférais les shows plus intimistes à l'AB. Les meilleurs morceaux de la soirée seront d'ailleurs ceux avec Frank Turner au chant tant il a fait oublié la présence d'Al Barr malade (bravo cependant au groupe de continuer la tournée sans lui).

  • Mighty Sounds Festival @ Tabor Capuv Dvur - 13-15/07/12

    bombs from heave, dirty blondes, znouzectnost; Mr Cocoman and the solid vibes, The Detectors, Subsource, The Crimson Ghosts, Poison Idea, Talco, The Adolescents, Biohazard, Alborosie, Prague Conspiracy, bloodsucking zombies from outerspace, Los de abajo, discoballs, irie fm, basta fidel, evil mopped, The Upsessions, Queens of everything, los tres puntos, slam & howie and the reservemen, graveyard johnnys, The skints, the peacocks, toy ellis and the magic touch, Dj Roel, the real mckenzies, the locos, the meteors, fast food orchestra, stage bottles, the resignators, the chancers, buster shuffle, crazy arm, Distemper, set your goals, pipes and pints, frank turner, gallows, unholy preachers, street dosg, sonic boom 6Quelques potes sont déjà au festival ... de Dour ; mais depuis que j’ai vu l’annonce de ce Mighty Sounds Festival à Tabor en République Tchèque, mon choix est fait. Je délaisse le festival belge et son affiche trop éclectique ainsi que ses prix élevés pour le Mighty Sounds et son affiche uniquement punk et ska et ses prix attractifs.

    Après un voyage en avion (et la perte d'une tente), je fais Prague-Tabor en train. Je rejoins le couple d’amis qui est arrivé en voiture. Une fois la place achêtée, direction le camping. Celui-ci est divisée en 2 parties, une petite partie payante et une grande partie gratuite. La partie payante semble avoir très peu d’avantages (douche gratuite, lumières et service de gradiennage), nous nous dirigeons vers la partie gratuite. Le camping vaste semble un peu anarchique sans chemins. Grosse déception, la tente que je pensais avoir acquise est une simple bâche (merci madame la vendeuse de m’avoir confirmé que c’était bien une tente !). Mes potes ont heureusement vus un Intersport à quelques centaines de mettre du site avant d’arriver. J’y achête donc une vraie tente ! Une fois installé (vers 15h), direction le site du festival qui vient de commencer.

    Il y a 2 scènes extérieures assez grandes (je dirais +/- 7000 personnes) et une grande scène sous chapiteau (+/- 800 places) ainsi qu’une série de chapiteau avec des dj’s. Le prix de la bière est plus qu’attractif (1€10 pour 0,40 l) et la bouffe est variée (locale et internationale).

    Je passe devant le concert de Bombs From Heaven, groupe tchèque qui envoie du punk rock bien foutu. Je reste quelques minutes avant de me diriger vers Dirty Blondes qui jouent sur la deuxième scène en plein air. C’est un quatuor punk-rock avec chant féminin (il semblerait que pour jouer au Mighty Sounds, il faut soit une contrebasse, soit une femme dans le groupe tant la proportion des groupes comprenant l’un ou l’autre est énorme). C’est super bien foutu, ça envoie pas mal. Ca me fait penser à du Annita Babyface. Très bonne première découverte ! A la fin de leur concert, direction le chapiteau pour les Tchèques de Znouzectnost ( !!!!), les gars envoient du punk-rock bien foutu mais pas trop original. N.V.U est le deuxième groupe à jouer sur la deuxième scène. Les gars sont, semble-t-il, une référence dans la scène punk du pays. Leur musique est très punk plutôt tendance Ramones/Sex Pistols. Bof ! Mr. Cocoman and The Solid Vibes annoncé comme un groupe reggae est plutôt ska punk. Encore un groupe du coin qui joue assez bien. Le deuxième groupe dont je vois le concert en entier, est The Detectors. Les Allemands balancent un punk-rock teinté de street punk vraiment bien foutu. Deuxième découverte du festival. Subsource, jouant sur la Main stage, est décrit dans la programme comme un groupe dans la veine de La Phaze. C’est clair qu’il y a quelques similitudes mais les sons sont plutôt électro/rock ... c’est pas très punk, mais les Anglais font bien danser le public présent. Je passe ensuite voir un bout de The Crimson Ghosts, groupe rockab/rock’n’roll. C’est pas vraiment bien foutu et malgré le grand public présent, je trouve le truc assez mou. Je passe donc voir un bout des légendaires Poison Idea. Le chanteur énorme est bien dégueulasse et n’a pas beaucoup de souffle pour jouer correctement. Ca sonne super punk seconde zone. Les Italiens de Talco jouent devant une main stage bien remplie. Leur ska punk ravi le public présent. Musique dans la veine de Ska-P. Retour, ensuite, à la deuxième scène pour d’autres légendes américaines, j’ai nommé The Adolescents. C’est un plaisir d’enfin voir le groupe ricain. Leur concert me plait bien même si les gars sont un peu statique sur scène. Malgré cela, l’heure passée en leur compagnie passe assez vite tant leurs titres sont un régal pour les oreilles. A la fin de leur concert, direction la grande scène pour le concert des Italiens d’Alborosie. Je ne suis pas un grand fana de reggae, mais le chanteur a malgré tout une putain de voix ! Je quitte leur concert pour le hardcore limite métalcore de Biohazard qui officie sur la seconde scène. J’avais vu le groupe en janvier en salle et j’avais préféré ce concert-là. Malgré tout, ça s’acharne sur ses instruments pour envoyer des gros riffs bien lourds. Le public est totalement conquis par la puissance des Ricains. A la fin de leur set, je vais voir Prague Conspiracy. Je croyais connaître le groupe, mais le groupe que je connais est Prague Ska Conspiracy. Le principe est cependant le même, le groupe avec une chanteuse reprend des standards du punk et du rock ; c’est cool d’entendre du Rancid ! Petite pause bouffe locale, avant le début du concert des Autrichiens de Bloodsucking Zombies from Outerspace. Pendant ce temps, Los de Abajo, sur la main stage, reprend le titre Clandestino de Manu Chao. Bloodsucking Zombie que j’avais eu l’occasion de voir l’année dernière est un quatuor jouant du psycho en étant déguisé en zombie. La musique envoie vraiment bien et c’est assez drôle sur scène avec ce chanteur/batteur qui arrangue la foule tout au long du concert. Très bon concert de leur part. Malheurseument, la pluie fait son apparition durant leur concert et le public disparait petit à petit. A la fin de leur concert, je regarde au loin le ska punk de Discoballs ... jusqu’au moment où la pluie double d’intensité, moment où je décide de rejoindre ma tente pour la première nuit ratant au passage La Fanfare en Pétard et La-Boum.

    Lever assez traditionnel en camping de festival (voisins bruyants, chaaleur dans la tente, ...). Je passe la matinée dans un bar/sandwicherie local qui se trouve dans le même batiment qu’un pépinièriste (ou un truc du genre) ... assez chelou. Le groupe d’ouverture est Irie FM et leur reggae. Pas trop mon truc, je vais voir Basta Fidel sur la deuxième scène. Ska Punk avec chant féminin, assez cool mais pas transcendant. Passage ensuite devant le concert des Autrichiens de Evil Mopped. Punk rock bien couillu et bien foutu. Les gars envoient du bon gros son tendance Motorhead et ce genre de délire. Le premier groupe que je voulais voir de la journée est The Upsessions. J’avais déjà vu, il y a pas mal de temps, le groupe des Pays-Bas et je n’en avais pas beaucoup de souvenirs. Leur skinhead reggae est une pure merveille. Les gars tout habillé en vert et jaune (en dirait les Tortues Ninjas) apportent un rayon de soleil sous le temps couvert de Tabor. Vraiment content d’avoir revu ces derniers. A la fin de leur concert, direction le concert de Queens Of Everything. Groupe de punk/rock’n’roll tchèque qui envoie pas mal. Chouette petite découverte. Los Tres Puntos démarre ensuite son concert sur la grande scène. Le groupe français, un peu hautain dans ses interventions. Les Français parcourent leurs différents albums pour un concert assez chouette de leur part sous une pluie qui ne fait qu’augmenter. C’est d’ailleurs pour cela que je vais sous la chapiteau à la fin de leur concert. Slam & Howie and The Reservemen y jouent. Ce groupe tchèque joue de la country mixée avec du rock’n’roll. Excellente découverte. Leur musique permet de se remuer les jambes et m’a bien fait tripper. Je reste ensuite sous le chapiteau à attendre les Anglais de Graveyard Johnnys. J’avais vu un bout de leur concert cet annéed dans un bar à Mons. Les gars m’avaient laissé une très chouette impression. C’est encore le cas maintenant. Leur rockab fait encore bien mouche et le public est conquis pas le trio anglais. Un tout bon concert avec rappel de leur part. A la fin de leur concert, retour du soleil. The Skints, groupe anglais melant des passages reggae et des passages plutôt ska punk joue sur la grande scène. Leur musique cuivrée et le soleil fait passer un bon moment. The Peacocks et son rock’n’roll jouent ensuite sur la deuxième scène, mais je ne reste pas trop longtemps car j’attends avec pas mal d’impatience le concert de Roy Ellis. A la base, c’était Symarip qui était prévu, mais finalement Roy Ellis était accompagné des Allemands de The Magic Touch. J’ai vraiment adoré le skinhead reggae de ce grand monsieur de la musique ska. Excellent concert avec des titres comme Skinhead Girl, Geronimo et d’autres. Après son concert, petite pause musicale pour s’abreuver (encore) et manger un bout. Je me retrouve aussi sous un chapiteau à danser sur les sons ska et punk envoyé par Dj Roel des Pays-Bas. C’est toujours plaisant d’entendre du Looking Up au fin fond de la Tchèquie !

    The Real McKenzies jouaient devant un public très nombreux sur la deuxième scène du festival. Leur concert fut une grosse déception. Les gars ont joué de manière acoustique la plupart de leurs titres; ça manquait de punch et c’était très mou. Je ne suis d’ailleurs pas resté voir tout leur concert. Vivement un passage en salle, car leurs deux derniers concerts en festival m’ont bien déçu. Je suis donc passé voir un bout du concert de The Locos. Leur ska-punk a ravi le public présent en nombre devant leur concert. Il faudra un jour que l’on m’explique la différence entre Ska-P et The Locos ... car musicalement, je n’en vois aucune. Après eux, les légendaires Meteors jouaient sur la deuxlème scène ... devant un public très clairsemé. Cela ne les pas empêché de faire un excellent concert ! Un des références de la musique psycho ! Un concert nickel ! Passage ensuite devant Fast Food Orchestra, la tête d’affiche tchèque de la journée ... un truc mixant du ska punk et de la pop punk ... bof bof. Le street punk des Allemands de Stage Bottles était bien plus à mon goût ! Toute bonne découverte dont je connaissais juste le nom. A revoir !

    Lever assez tardif pour me diriger à 13h vers le premier groupe de la seconde scène, The Resignators. Encore un groupe tchèque, ils jouent du ska punk assez bien foutu ... parfait pour terminer de se réveiller. A la fin de leur concert, direction la main stage pour le concert des Praguois de The Chancers. Je connaissais déjà ce groupe ska ayant eu à un moment un de leur cd sur mon pc. Ce joue du ska version 2-tone assez bien foutu. Très bonne confirmation de ce que je pensais du groupe. Je suis resté ensuite sur la même scène pour voir les Anglais de Buster Shuffle. C’est la troisième fois que je les vois en deux mois et je ne m’en lasse pas, les gars pratiquent un excellent ska.

    A la fin de leur concert, le vent s’est levé et une grosse pluie a pointé le bout de son nez. J’ai passé une grosse heure à boire des cannettes dans la voiture à l’abri de la pluie. Retour sur le site pour le concert des Anglais de Crazy Arm que j’adore. Malheureusement il y a peu de monde pour leur concert. Celui-ci est cependant, comme à leur habitude, excellent. Les gars sont à 6 avec chanteuse additionnelle et clavier. Le groupe joue principalement des titres de leur dernier album, Union City Breath. Daren pousse même le public à faire une pyramide humaine sur un des titres ... tout ça termine bien évidemment dans la boue. A la fin de leur concert qui a eu du retard, je vois juste le dernier titre des Russes de Distemper ... tanpis ce sera pour une prochaine. Je passe aussi voir un bout du punk/hardcore des ricains de Set Your Goals. Ca envoie du bon son bien lourd ! Retour ensuite sur la grande scène pour les Pipes and Pints. Excellent découverte que ce groupe de street/celtic punk. Ca part dans les sens, le public est au taquet et ça bouge sur scène ! A revoir ! Je les quitte à contre coeur avant la fin, mais je n’ai pas envie de rater une miette du concert de Frank Turner. J’ai bien raison, l’anglais et son groupe, The Sleeping Souls a fait un très bon concert, le meilleur du festival et de loin. Le public a semblé conquis par la prestation de Frank Turner. Voilà la set list du bonhomme:  If every I stray, The road, Peggy Sang The blues, Reasons not be an idiot, Glory Hallelujah, The Real Damage, Wessex Boy, Substitute; Recovery, I’m Disappeared, Long live the Queen, Four simple Words, Try this at home, I still believe et Photosynthesis. Dès que le concert fini, je file voir le punk/hardcore de Gallows. Je les ai déjà vu deux fois (avec leur ancien chanteur) et j’avais deux images différents – un excellent et un concert tout pourri. Cette fois-ci ce sera plutôt un bon concert. Les gars assurent et envoient du lourd. Je pousse ensuite une tête jusqu’au chapiteau pour Unholy Preachers, excellent groupe de garage/rock’n’roll tchèque ... une dernière bonne découverte pour ce Mighty Sounds. Place ensuite au Street Dogs. De nouveau un excellent concert de la part des Bostonniens. On retrouve la même set list que pour leur concert au Magasin 4 en juin. Tout bon ! Je termine le festival par Sonic Boom 6. J’adore le ska/punk/hip-hop des Anglais qui étaient programmés en remplacement des Voodoo Glow Skulls. Malheureusement, ce concert sera bien mauvais. Les gars semblent avoir délaissé le ska/punk pour du hip/hop énergique. Je me force à rester jusqu’au bout mais ça manque de dash ... dommage.

    En résumé, Mighty Sounds est un excellent festival où je compte bien retourner. Pas mal de découvertes locales: Dirty Blondes, Slam & Howie and The Reservemen, Discoballs, Unholy Preachers, The Chancers, Prague Conspiracy et j'en passe. Quelques déceptions: The Real McKenzies et Sonic Boom 6 ainsi que d'autres excellents concerts comme The Adolescents, The Meteors, Crazy Arm, Roy Ellis et Frank Turner

  • Frank Turner - England keep my bones

    frank turnerKeep my Bones est le quatrième album de Frank Turner. Il est ici accompagné par son groupe, The Sleeping Souls. Cet album est sorti en plus de son label anglais (XTRA Miles) sur Epitaph. Frank Turner est devenu "bien gros" surtout en Angleterre où il cartonne et remplit les plus gros salles et il commence aussi à percer pas mal aux Etats-Unis.

    Je suis un gros fan du gars et de sa musique, mais je trouve que ce quatrième album n'a pas la magie des précédents. Il est loin d'être mauvais, mais il a un côté plus pop et moins folk qu'un album comme "Love & Ire Song". Il y a cependant quelques excellents chansons sur cet album comme "I Still Believe", "English curse" (presque seul à la voix tout le morceau), "One foot before the order" et "If Ever I Stray". En gros, si vous aimez sa musique, vous risquez de trouver cet album moins bon que les précédents. Si vous ne connaissez pas, foncez découvrir ... c'est un artiste talentueux qui a réussi à grossir de manière underground.

  • Social Distortion @ Le Trianon - Paris - 04/07/11

    Petit détour par Paris en ce début de juillet pour y apprécier le plateau composé de Social Distortion avec Frank Turner en première partie. Ce dernier a d'ailleurs fait l'ouverture sur la plupart des dates de la tournée des Américains en Europe. L'ouverture des portes était prévue à 19h30 et il fallait être là bien tôt car je suis arrivé à 19h35 dans cette très belle salle parisienne et Frank Turner avait déjà commencé depuis 10 minutes. J'ai raté les deux premies titres de ce concert bien énergique qui m'a semblé très court ... à 19h55, Frank et ses musiciens quittaient déjà la scène. Au programme du concert: Reasons Not to be a idiot, One foot before the other, "Putain de bordel de merde" - une chanson en français dont les seules paroles sont celles du titre - I still believe, Glory Hallelujah, The Road et avec le batteur de Social Distortion deerrière les fûts: Photosynthesys.

    Social Distortion est arrivé sur scène une quarantaine de minutes après le fin du concert de Frank Turner avec comme décor de scène une rue (feu rouge, ...). Pendant plus d'une heure trente on a eu droit à une très bonne set list et je suis d'ailleurs content de ne pas les avoir vu juste quarante minutes en festival. Les titres joués ont été: Road Zombie, Bad Luck, Nickels and dimes, Story of my life, Mommy's little monster, 1945, Machine Gun Blues, Ball& Chain, Sweet and Lowdown, Reach for the sky, Dear Lover, Prison Bound, Down Here avec Frank Turner en guest, So FAr Away, une reprise de Hank Williams. Ensuite, on a eu droit à un gros rappel avec Don't Drag me Down, California, Can't Take it with you et Ring Of Fire de Johnny Cash en clôture.

    Je ne suis pas mécontent d'avoir fait le déplacement jusque Paris pour voir le groupe de Mike Ness et le punk rock bien classe qu'ils balancent sur scène.

  • Un nouvel album

    Pour Frank Turner. Celui-ci est sorti début juin.

  • Frank Turner - Sleep is for the week

    ftsleepSleep is for the week est le premier album de Frank Turner. Il est sorti en 2007. Cet album pose déjà les bases des autres albums de l'Anglais. On retrouve sur ce premier effort 13 titres folk pop acoustique. Cet album n'atteint pas encore la qualité des deux suivants, même si certaines chansons sont déjà d'un très bon niveau et que l'on retrouve tous les ingrédients des deux autres albums de Frank Turner (je n'aurais peut-être pas dit cela si j'avais découvert les albums dans l'ordre).

    On retrouve cependant déjà certaines perles sur cet album (que Frank joue encore en concert) comme Back in The day, Wisdom Teeth, The Ballad of me and My Friend.

    En résumé, le premier album de Frank Turner, Sleep is for the week, est déjà très bon mais est loin d'être son meilleur.

  • Frank Turner - Poetry of the deed

    6f9b2f274e9885596083312e2ebb1738Frank Turner a quitté son groupe Million Dead en 2005. Depuis, chaque année, il y a sorti soit un album, soit un ep. Poetry of The Deed est son troisième full album. On y retrouve 13 titres du chanteur/guitariste anglais qui a signé sur Epitahph. Cet album a été enregistré accompagné de son groupe. Les 13 titres sont dans la veine du précédent album en étant cependant moins folk et beaucoup plus "anglais".

    J'écoute cet album depuis que je l'ai acheté (mi novembre) au moins une fois par semaine et je n'arrive pas à me lasser de ses ballades pop-folk tellement le tout est parfait et la voix de Frank Turner est vraiment impressionnante. J'aime particulièrement The Road, Isabell et Poetry of The Deed.

    Je sais que je le dis souvent, mais précipitez-vous sur cet album de Frank Turner ! Une petite merveille !

  • Frank Turner - Love ire & song

    lisJ'ai découvert Frank Tuner lors d'un concert punk. Il dénottait avec ses chansons pops/punks au milieu du punk. Seul avec sa guitare, il a su ce soir là, convaincre et éblouir le public. Son dernier album est exactement du même accabit. Il est à conseillé à tous les fans de Nikola Sarcevic, Jonah Matranga et Joey Cape.

    Au programme du disque 12 pops songs où la guitare (accompagné de violon et de batterie) laisse un grande place à la superbe voie de Frank Turner. Douze titres parfois très doux, parfois assez enragés, comme le titre pouvait le laisser présager ! Du bonheur pour les oreilles !