faith no more

  • Faith No More - Angel Dust

    Faith No MoreLes bacs de solde, toujours un bon moyen de compléter sa discographie avec des trucs qu'il te manque et qui coûte pas cher. Angel Dust est sorti en 1992 et est le deuxième album de Faith No More avec Mike Patton au chant (le quatrième en tout). On retrouve en tout 14 titres sur l'album.

    Pour la suite, place à la chronique du sites Les Eternels.

    Faith No More était l'un des groupes les plus prometteurs du début des années 90 et surtout l'un des plus avant-gardistes. Avec Angel Dust, ils avaient même réussi le pari de sortir le chef-d'oeuvre que tout le monde attendait, celui qui ferait entrer FNM dans la cour des grands comme on dit. Enfin, Angel Dust n'a en fait rien de prévisible et a plutôt été incompris à l'époque de sa sortie. C'est sûr que le grand public ne s'attendait pas vraiment à ça après l'énorme succès de The Real Thing. La logique aurait voulu que FNM évolue vers un style encore plus commercial et tape à l'oeil histoire de vendre encore plus. Mais non, on a bien à faire à des artistes, donc ils ont préféré prendre des risques avec cet album hors-normes qui, forcément, aura beaucoup moins de succès que The Real Thing. Ce ne sont pourtant pas les singles qui manquent avec "A Small Victory", "Everything's Ruined", le grandiose "Midlife Crisis" et même la ballade "I'm Easy", une reprise de Lionel Ritchie pour se faire du blé quand même, faut pas perdre les bonnes habitudes ! Difficile de faire plus commercial que ces vocaux rappés sur fond de claviers de riffs heavy bien propres. Et pourtant, rien que ces singles sont succulents, avec des mélodies typiques patoniennes, tout en gardant une bonne dose de fun US.

    Mais tout ça n'est rien à comparé du reste de l'album qui joue même à fond sur les contrastes, une des grandes spécialités de FNM. Les progrès accomplis sont impressionnants, surtout au niveau du chant de Mike Patton, lequel ne se contente plus de brailler mais parvient enfin à bien moduler sa voix entre les passages rap, les mélodies pop et les grands moments de colère (sûrement ce qu'il sait faire de mieux !). Au passage, ces 3 facettes du chant représentent ce qu'on appellera plus tard le néo-metal. En écoutant des titres aussi agressifs que "Caffeine" ou "Jizzlobber", pas besoin de chercher bien loin d'où viennent les influences des groupes de néo, la classe en plus. Angel Dust est un disque complètement barré, avec des structures de compositions atypiques, n'hésitant pas à mélanger différentes couleurs musicales qui n'ont à priori rien à faire ensemble.

    -"Land of Sunshine" : très bonne introduction, beaucoup d'énergie, on retrouve le style FNM avec les bons vieux riffs bien heavy de Jim Martin et les claviers envoutants, un peu dans la lignée de "From Out of Nowhere", avec le refrain nian nian en moins. La fin style "opera" est marrante.
    -"Caffeine" : véritable décharge haineuse de Mike Patton, avec une rythmique de plomb, une ambiance bien glauque au milieu du morçeau avec la basse et des montées d'adrénalines hallucinantes.
    -"Midlife Crisis" : surement ce que FNM a fait de mieux dans un registre people-rap-jack, ça vous prend aux tripes, encore plus "qu'Epic" !
    -"RV" : du "piano-bar western" bien pépère, mais quand le morçeau devient nerveux, c'est encore une fois du grand art, quel talent et quel refrain !
    -"Smaller and Smaller" : assez épique celle là, avec le chant majestueux de Patton, et un refrain bien gueulard. Et comme contraste, on a droit à un petit passage au milieu avec des phrasés type "africains" comme pour donner un peu de joie de vivre au morçeau. Préfigure le style du groupe de metal Yearning.
    -"Everything's Ruined" : le moins commercial et le plus mélancolique de tous les singles présents sur Angel Dust, un véritable condensé de tous les styles abordés par FNM, rap-metal, refrain pop, p'tit air au piano facilement mémorisable, tout y est (manque juste un passage hargneux en fait, mais bon c'est un single alors !!!) !
    -"Malpractice" : le morçeau le plus malsain de l'album, avec de nombreuses cassures dans le rythme, et beaucoup de claviers pour faire flipper l'auditeur. Et avec au milieu, un p'tit passage style berceuse pour calmer le tout, excellent !
    -"Kindergarten" : du rap-metal mélodique, si si ça existe ! dommage qu'il y ait un peu trop de claviers !
    -"Be Aggressive" : ça débute par une intro de claviers assez inquiétante mais c'est pour ensuite se retrouver avec un morçeau finalement très cool, funky.
    -"A Small Victory" : un autre single sympathique, les sonorités chinoises sont marrantes, mais un peu cul-cul la praline ! heureusement qu'il y a le pont rap-metal survitaminé pour sauver le tout !
    -"Crack Hitler" : vraiment bizarre ce morçeau, style BO de K2000 et de James Bond. Guitare funky, ambiance un peu flippante et toujours cette rythmique qui groove à donf. Le refrain avec les "Hail hail hail !!!" sur fond de grosse guitare, bof, ça casse tout !
    -"Jizzlobber" : le seul morçeau de l'album écrit par Jim Martin (ce qui expliquera plus tard son éviction du groupe, vu qu'il ne s'investissait pas assez et son style de jeu de guitare trop "déjanté" faisait chier les autres membres du groupe), et ça s'entend, la guitare prend toute la place ! Une grande compo en tout cas, très violente, avec un rythme soutenu et des riffs ultra-heavy ! Et ça se termine en apothéose avec des claviers style "orgue d'église" flippants, in your face !
    -"Midnight Cowboy" : rien de tel qu'une p'tite reprise de John Barry pour calmer le jeu, très agréable en plus.
    -"Easy" : une ballade de Lionel Ritchie nullissime, y'a pas d'autres mots ! On peut voir les limites vocales de Mike Patton sur ce titre, car il a encore une voix de gamin. Y'a juste le solo d'amusant, c'est tout.


    FNM impose un nouveau style de metal avec Angel Dust, moderne et bien éloigné des idées préconçues que l'on peut avoir sur le mot fusion, généralement associé à toute la vague de groupes rap-metal comme Rage Against the Machine. La façon propre à FNM de mélanger divers styles musicaux influencera de nombreux groupes à l'avenir, des groupes pas forcément issus de la même scène (ce qui prouve bien l'étendu du répertoire de FNM). On peut citer, entre autres, System of a Down ou Yearning !