ducking punches

  • Ducking Punches - I am Arturo Bandini

    ducking punchesDucking Punches est un anglais qui joue du punk acoustique teinté de folk/pop. Ce I'm Arturo Bandini est sorti en 2012 et est son deuxième 7 pouces (en plus d'un album sorti en 2010). L'album est sorti chez Lokjaw Records.

    Comme à chaque fois avec Ducking Punches, le visuel est d'une très grande qualité et les dessins de la pochette valent vraiment le détour. Ducking Punches navigue dans un univers folk/punk; quelque part entre un Frank Turner et un Beans on Toast. Les 4 titres devraient plaire au plus grand nombre et je suis d'ailleurs assez étonné par le peu de visibilité qu'à actuellement Ducking Punches tant la qualité est là ! Comme pour chaque enregistrement (et pour certains concerts), Dan (le chanteur) est entouré d'un groupe pour mettre en boîte ces 4 titres.

    Petite remarque complémentaire sur le titre de l'album (après un passage par google).

    Arturo Bandini est tout d'abord un personnage largement autobiographique puisqu'il présente des similitudes évidentes avec John Fante :

    - le métier : écrivain ;
    - les origines : américain issu de l'immigration italienne ;
    - le caractère : plein de contradictions, avide de liberté, politiquement incorrect.

    Le livre "Demande à la poussière" ("Ask the dust" - par ailleurs adapté à l'écran à travers un film avec Colin Farrell et Salma Hayek dans les rôles principaux) relate une partie intéressante de la vie de John Fante à travers Arturo Bandini. Il dépeint la dure vie de l'écrivain raté, les difficultés à être reconnu, édité, à accepter les critques d'autrui sur ses oeuvres. Par ailleurs, la relation conflictuelle d'Arturo avec Camilia Lopez révèle un homme qui cache sa peur de la femme et son manque de confiance en lui sous une arrogance qui le rend détestable.

    Le personnage de Bandini est également présent dans le roman éponyme, notamment. Le style de Fante est sans concessions, il dépeint le réel tel qu'il le perçoit sans mettre d'eau dans son vin ni chercher des mots édulcorés pour décrire des aspects de la réalité qui ne le sont pas. Dan Fante, le fils de John Fante, écrit également dans ce style-là.

    Pour mener votre vie à la Bandini, donc, soyez un vagabond, un zingaro sans attaches, crachez sur la morale religieuse, vivez dans la misère, méprisez vos semblables, volez des bouteilles de lait, ne payez pas votre chambre d'hôtel, soyez maladroit en amour et écrivez beaucoup !

    Cela semble en tout cas pouvoir convenir en plein à Ducking Punches ! Reste à lui espérer une carrière à la Frank Turner !

  • River Jumpers @ London Calling - Bruxelles - 19/02/13

    gemini benoid, ducking punches, struggling for reason, river jumpersAprès le lundi à Namur, phase deux avec le mardi à Bruxelles. Gemini Benoid s'est incrusté en ouverture. Il chante seul avec sa guitare en français. Il se débrouille même si son incruste fait tache dans la soirée. Ducking Punches suit, le gars a un peu récupéré de voix par rapport à la veille et le concert est légèrement meilleur même si on est loin de ce que j'ai déjà vu de lui. Après une heure d'acoustique place à de l'électrique avec les presque locaux de Struggling For Reason qui nous envoie un bon set d'une quarantaine de minutes. Comme d'habitude, les costards sont de sortie et l'énergie est là. Impeccable ! Les River Jumpers comme la veille mette ensuite la barre encore plus haut avec du punk rock de grande qualité et un set tout en puissance ! Vraiment impressionnant !

  • River Jumpers @ Petit Bitu - Namur - 18/02/13

    ducking punches,river jumpers,the octopussy'sDe retour de tournée ... avec l'envie de repartir; j'ai trouvé le moyen de prolonger un peu l'ambiance tournée avec quelques concerts. Pour le premier, direction le Petit Bitu à Namur pour un passage des excellents Anglais de River Jumpers. Ducking Punches et son folk punk ouvre la soirée. Le gars n'a déjà plus de voix et peine à s'en sortir, il sera heureusement aidé par ses potes de River Jumpers. Ça sonne bien, mais on est loin de la claque prise lors de ses derniers concerts. The Octopussy's suit avec du punk-rock tendance Lagwagon. C'est bien foutu, mais pas très original. Les gars s'en sortent plutôt bien et maitrisent leur sujet. Avec l'arrivée de River Jumpers on arrive à un niveau supérieur. C'est hyper en place. Les gars assurent et tabassent tout durant une grosse demi-heure. Excellent concert des gars de Brighton !

  • Struggling For Reason @ Fish and Chips Tour - 31/10/12 - 03/11/12

    struggling for reason, river jumpers, Xup-Sup, Ducking Punches, Vice Like Grip, Sad sally, BoundaryJ'ai eu l'occasion d'accompagner comme roadie/merchboy/men in charge les cocos de Struggling For Reason pour 4 dates en Angleterre. Je pique le compte rendu fait par le groupe.

    Au niveau des groupes vus, j'ai encore pris deux claques avec River Jumpers et son punk-rock vraiment très bien foutu. J'ai aussi adoré (et découvert) Ducking Punches. Mention B aussi pour Xup-Sup et Vice Like Grip (2x)

     

    SFR : Fish & Chips Tour 2012

    Yeah les mecs !! On est content, parce que pour la première fois, on va traverser la Manche pour la faire (en quelque sorte), et quémander une substantielle obole aux Rosbifs en leur délivrant nos derniers airs à la mode,
    On se retrouve chez Lau le mardi soir afin de passer la nuit ensemble, se faire quelques Manatane et décoller à l'aube pour ne pas rater notre rende

    z-vous avec le shuttle. On embarque sans encombres pour une traversée de l'Eurotunnel au son d'Alain Turban. On passe 30 minutes dans un vortex spatio-temporel pendant lequel le temps ne passe pas. En gros : On a une demi-heure pour se murger force 1000, et ça ne compte pas car on arrivera en Angleterre 5 minutes avant notre départ... magique !

    31-10-12 : HALIFAX – Cookie's Bar

    Notre première date est gérée par notre regretté Andy, qui gaspille son talent et son sourire chez Johnny, et on fonce à gauche toute vers Halifax, au Cookie's Bar.
    Endroit minusule, rock'n' roll au possible, un juke box nous le confirme illico avec une programmation allant de Rancid à Agnostic Front, en passant par Rise Against et Nofx. Yeah !
    On est le seul groupe à jouer ce soir. Niele, le patron, nous fait faire le tour du proprio. On dort à l'étage, dans un second bar... wow... ça s'annonce festif !
    Bon concert, chouette ambiance, qui va crescendo après les multiples tournées de Fireball et autres Goldbombs. Paroxysme quand Andy II (le serveur du Cookie's) se ramène avec plein de spéciales Belges et se pique de nous mettre notre race. Pari tenu. Mr Jean-Pierre, cravate autour de la tête, enfile les Kwak, Dyson est lancé comme un rocher sphérique dans Indiana Jones, Matu parle fort mais ça c'est normal... on regagne l'étage tard, très tard. Un faux mouvement de dyson allume les frigos... signe du destin ! La soirée se poursuit -où se termine- en roue libre. On est pas plus malins, mais on a passé une sacrée bonne soirée !

    On émerge péniblement vers 12h00, et on se tape un mémorable fish'n'Chips dans le centre de Halifax. Quelques courses pour glaner des provisions de bouche, et en route pour Nuneaton.

    01-11-2012 : NUNEATON -Railway's Tavern

    Après 2 heures de route, on arrive au bar. Chouette endroit, beau bar bien achalandé. Et la bière du mois est la Black Sheep (feat. Vankou) !!! Vous y croyez, vous ?
    On place le matos, et on attend les groupes qui nous accompagnent ce soir en tuant le temps de la manière la plus judicieuse qui soit : on goûte plein de trucs. Souper saucisses-haricots, grosses chopes et bonne humeur. Les gars de Sad Sally arrivent, suivis de ceux de Boundary. Le concert commence. Pas des masses de gens. On fait du cinéma, de la magie (domaine dans lequel Alex excelle), puis on balance le set. Belle énergie, son de porc.
    Par contre, le promoteur de ce soir s'est éclipsé à notre sortie de scène. Mmmmmhhhrrrmrmrmrmrhrhrhrhr... on était sensés dormir chez lui, et il avait notre cachet. Avouez que la situation est extrêmement embarrassante. Fort heureusement les tenanciers du railway viennent à la rescousse et nous proposent non seulement de squatter leur étage pour la nuit, mais aussi un défraiement !!! La clâââââsse !!! après la fermeture et une dernière (très grosse) bière, on monte le sleeping dans un salon qui ferait passer la crust house pour un Relais-Château ! Mais on dort comme des marmottes ! Matu s'est fait un nouvel ami canin en la personne de Whisper et sa petite langue râpeuse. Wif wif wouf.

    NB : c'est fou ce que les angliches sont balèzes pour se foutre leur race à toute heure du jour et de la nuit. Faut dire qu'il fait noir à 16h00, et que les distractions sont rares. En plus, on passe pour des princes de l'élégance. On songe sérieusement à se faire nationaliser.

    Sur le coup de 11h00, on charge le van et on s'apprète à gagner Brighton, non sans avoir tapé la discute avec un poivrot local qui tente le français à tout prix. Durte...

    02-11-2012 BRIGHTON – Cowley Club

    On arrive dans Brighton, le Knokke-le-Zoute Angliche, bien tôt. Le temps de se garer comme des forains devant le club, on décharge le matos dans une librairie libertaire contestataire à qui on ne la fait pas. La blinde de bouquins engagés, de slogans à scander le poing levé, de discours alter-ultra-contra tout le bazar;
    Puis des affiches contre l'avortement aussi...
    On va jouer ce soir avec les copains de River Jumpers, stars punk-rock locales qui viennent de sortir leur nouvel album, et qui clôturent leur tournée, ainsi que Vice Like Grip, avec qui on avait partagé l'affiche à Namur. Puis découverte : Ducking Punches, folk-rock de Norwich.
    On se tape un petit thaï histoire de colmater les brèches et éponger les grosses pils, on boit quelques bières plates en jouant au ping-pong et on se met en mode fête, devant le show de Vice Like Grip. Bin les gailards balancent un punk-rock mélo super bien foutu avec brio. La barre est mise haut d'emblée. Suit le one man show de Ducking punches, le meilleur qu'il nous soit donné de voir depuis bien longtemps ! Folk songs habitées et gars super cool. On poursuit les hostilités avec un show meilleur que la veille selon les organisateurs, moins bon selon la police. Mais les chemises sont trempées, ce qui est révélateur ! Puis River Jumpers.La claque. Un set tiré au cordeau et maîtrisé, sans doute grâce aux 9 jours de tournée. Rien à dire, ça joue !!! On finit proprement en vidant le bar au propre comme au figuré, puis on roule jusque chez Paul, le bassiste de River Jumpers, qui nous héberge.
    C'est sans conteste l'endroit le plus petit et inapproprié pour faire dormir 6 punks même avinés ! Après la tournée des bars louches, Mr Pierre se retrouve sur un palier, les jambes dans le vide, Matu sur le sol de la cuisine, le nez dans les poubelles, Lau sous l'escalier, Jay sur un canapé enfant, Alex sur un matelas humide, entre deux moissonneuses batteuses, et Dyson frôle la crise de nerfs malgré son éthylisme avancé propre à lisser avec philosophie les aspérités de la vie.
    Le lendemain matin, on assiste à la naissance d'un mythe : SEMI-BRILLANT, héros des temps modernes. Un seul mot d'ordre : Prestance et vigilance. Tiens, ça en fait deux.

    Pub, match de foot, chili con carne, Guinness, courses express puis route vers Hastings au son des Serviettes, de Patrick Sébastien, le troubadour que le monde entier envie à la France,

    03-11-2012 HASTINGS – The Tubman

    Arrivée en grandes pompes. On décharge au lance-pierres et on pourrit d'emblée l'ambiance grâce à une programmation judicieuse sur le juke-box de l'établissement. On danse. On rit. On sue. On boit.
    Les gaillards de River Jumpers et de Vice Like Grip arrivent, ainsi que les mecs de Xup-Sup. Gros plateau, car ces gars ne sont pas des clients . On a pu juger sur pièce la veille en ce qui concerne VLG et les River, mais Xup-Sup ne doit pas pâlir, ils balancent un punk-rock bien foutu qui fout la gnake ! Ducking Punches est aussi de la partie et fait aussi bien que la veille. On est fan !
    On joue au billard, sapés comme des milords (et Jay perd comme une lamentable merde : si vous voulez épater votre -future- copine en rossant un riche entrepreneur belge au snooker, c'est l'homme qu'il vous faut !!!), on écoute les excellents groupes, on boit de coups et en définitive on a le droit de jouer 20 minutes... la douche écossaise chez les rosbifs... un comble !
    La fin de soirée est plus nébuleuse : on est complimentés, on nous paye des coups, Monsieur Jean-Pierre se transforme en disque jockey intarrissable et Semi-Brillant vient sauver une soirée que l'on pensait déclinante. Ambiance chelou, gens allumés, cidres, bières, cidres, panthères, bières, Madness, bières. Aaahhh, et bières aussi. Quoi, je l'avais déjà mentionné ?
    On fait la fiesta jusqu'au bout de la nuit. On se lève à contre-coeur mais on a un shuttle à prendre. La presque routine : on charge l'estafette, on ouvre les grosses Stella sous l'oeil bienveillant de Semi-Brillant et on décolle. Une seule chanson en boucle pour faire la route : les serviettes. Saviez-vous qu'on peut l'écouter 122 fois entre Hastings et Gembloux ?
    Bon, bin, ça, c'est fait. On est rentrés et tristes. Mais pas démoralisés pour deux sous : on va bosser sur le nouvel EP et préparer les prochaines tournées (Et faire tourner les serviettes)! Stay tuned !!!