drums are for parade

  • Power Festival @ Place communale - La Louvière - 20-21/07/12

    dead elvis, the damned, klingonz, the mahones, king kurt, guerilla poubelle, koffin kats, union jack, kabul golf club, 7weeks, The K., corbillard, the last row, hell-o-tiki, drums are for parade, eths, the ocean, resistance, komah, deville, deepshow, sons of disaster, vandal x, wolves scream, arkham disease, for 24lives, kaptain oatsPour sa huitième édition, le Power Festival revenait sur la place communale de La Louvière avec deux scènes en extérieur. Le festival démarre le vendredi avec une programmation plus métal et aussi régionale. J'arrive pour la fin du concert de Kaptain Oats, vainqueur du concours. For 24 lives, autre groupe régional, joue sur la grande scène. Les gars font du rock psyché sans chant quelque part entre Mars Volta et des trucs plus consensuels. Le manque de chant me pousse à dire que leur concert est un peu trop long. Avec Arkham Disease on change complétement de style, les gars jouent du death metal (ou un truc du genre) ... pas mon truc. Retour sur la grande scène pour le harcore moderne des Wolves Scream. Les Namurois font un bon concert et font bien bouger le plublic présent. Changement radical ensuite avec le duo noise de Vandal X. J'adore toujours autant la musique des gars d'Hasselt. Mais la scène est un peu grande pour eux et le public assez clairsemé. Dommage. Sons Of Disaster envoie ensuite du tout bon rock'n'roll sur la grande scène. Le public semble aussi conquis par la prestation haute en couleurs des Bruxellois. Ensuite, on a droit à 3 groupes qui font du metalcore, Deepshow, Komah et Resistance ... c'est toujours pas mon truc. Au milieu de ce trio, chouette découverte que le rock des Suédois de Deville. Ca me fait penser à des trucs comme Stone Temple Pilots ou autre Soundgarden ... en plus rentre dedans. The Ocean, les Allemands, jouent ensuite sur la petite scène. J'avais un meilleur souvenir de la musique des Allemands. Leur concert m'a déçu. Place ensuite à la tête d'affiche de ce premier jour avec ETHS. C'est juste drôle ! La soirée se termine avec le rock stoner des Gantois de Drums are For Parade sur la petite scène. J'ai hâte de les voir en salle. Place ensuite à une after qui ne finit pas dans la Taverne.

    Retour sur le site du Power le samedi pour l'ouverture du festival. Hell-O-Tiki est le premier groupe à jouer et ce devant peu de monde. J'ai cependant plus qu'apprécié leur musique surf. A revoir ! On reste dans la même veine avec The Last Row et ses reprises rock'n'roll. Parfait pour démarrer la journée. Corbillard monte ensuite sur la grane scène pour défendre son punk-rock en français. Les gars malgré l'heure presque matinale joue devant pas mal de monde. On a droit à une set list classique de leur part (L'alternative, A voix cassé, ...). Changement radical de style avec le rock/grunge de The K.. Ces gars sont clairement pour moi, un des groupes belges qui aura marqué cette année 2012. Leur rock n'a rien à envier à des trucs comme At-The Drive In et Refused. Malgré quelques problèmes de sons, les gars assurent le show. Je zappe un peu le concert de 7Weeks et je regarde brièvement celui de Kabul Golf Club qui balance aussi de l'excellent rock teinté de gros rock et de noise. Union Jack me fout ensuite une belle claque. Les Parisiens font le meilleur, pour moi, concert du festival. Leur bad ska chanté à 2 voix fonctionne à merveille. J'adore ! Dès qu'ils finissent, je vais voir le psycho/rokab des ricains de Koffin Kats. Très bon concert du trio, même si j'avais préféré leur concert vu ce début d'année au DNA. Leur set se compose principalement des morceaux du dernier album sorti début 2012. Guerilla Poubelle, dont c'est le retour en Belgique, monte ensuite sur la grande scène devant un public plus que conquis. Les gars ne se prennent pas la tête et passe autant de temps à parler et à vanner le public que de jouer des morceaux. Pour une fois, il n'oublie pas de jouer Demain il pleut (avec aussi Tapis Roulant et une tripotée d'autres morceaux). J'écoute de loin le psycho des Anglais de King Kurt qui suivent. J'en fais de même pour le celtic punk des Mahones. Même si ces derniers me font une excellente impression. Klingonz et son psycho teinté d'humeur déboule ensuite sur la petite scène. Les gars sont déguisés en clown et assurent le show. Très belle découverte ! Les légendes de The Damned clôture le programme de la grande scène avec une collection de tubes. Voici d'ailleurs la set list: Wait for the blackout, Lively arts, Silly Kids Games, Stretcher case, I just can't be happy today, New Rose, Disco Man, Eloise, Love Song, Neat neat neat, History of the world, Fan Club, Ignite, Jet boy jet girl, Anti pope et Smash It Up. Dead Elvis clôture lui le festival avec ses reprises en solo et teinté de psycho et de rockab d'Elvis.

    Comme depuis, quelques années, le Power Festival propose une des meilleures programmations belges de l'été à un prix attractifs. J'attends l'année prochaine avec impatience !

  • Dour Festival @ Site de la Machine à feu - Dour - 14-17/07/11

    romano nervoso,buenas ondas,rolo tomassi,great moutain fire,drums are for parade,misteur valaire,gallows,channel zero,orchestre poly-rythmo de cotonou,kyuss live!,cypress hill,vismets,spank rock,les ogres de barback,the selecter,arma gathas,stupeflip,the jb conspiracy,i'm from barcelona,primitiv,papa roach,yew,the ghost inside,skindred,madball,neurosis,klaxons,anthrax, shitmat, bonaparte, le bal des enragés, shantel & bukovina club orkestar, AaRON, blood red shoes, tokyo ska paradise orchestra, los petardos, socalled, ultraphallus, k-branding, russian circles, the ocean, mahala raï banda, the bewitched hands, gaëtan rousselCette année, arrivée très tôt à Dour le mercredi vu que je bossais au montage. Installation de la tente dans un camping privé à peine plus loin que le camping B du festival. C'est déjà le bonheur ... peu de voisins et surtout pas de voisins bruyants ... et ce en plus de la propreté presque maintenue durant 5 jours ainsi que l'accès à de l'eau et à une vraie toilettes à 10 pas de la tente.

    Le jeudi, j'arrive sur le site assez tôt. Celui-ci a pas mal changé cet année. On retrouve une septième scène. Il y aura aussi deux scènes presque spécifique durant 3 jours, la Cannibal Stage typée punk/métal/hardcore et De Balzaal typé drum'n'bass, dubstep (une scène où je ne mettrai d'ailleurs pas les pieds!). Il n'y aussi plus qu'une scène extérieure la Last Arena (pas plus mal, vu le temps mausade auxquels on a eu droit).

    Le premier groupe a ouvrir cette 23ème édition, sont les presque locaux de Romano Nervoso. Je suis toujours autant fan du truc et les gars assurent. Pendant une quarantaine de minutes, ils ont parcouru leur premier album avec aussi une reprise des Damned (et non pas The Tellers). Parfait pour ouvrir les hostilités. Place ensuite à Buenas Ondas sur le même stage ... concert qui termine sous la pluie. J'avais préféré leur prestation à Couleur Café. Leur musique mexicaine ravit cependant une bonne partie du public présent. Retour ensuite à la ClubCircuit pour Rolo Tomassi et comme il y a deux ans au même endroit, je n'y arrive toujours pas. Je ne supporte pas ce chant qui n'a rien de féminin mais qui est plutôt canin et puis cette musique destructurée c'est vraiment pas fait pour moi. Je quitte le concert pour voir le concert des Belges de Great Moutain Fire, mais leur pop bien douce ne me convient pas des masses. Je rate Systema Solar ... pas envie de me faire mouiller la tronche devant du latino. Je retourne donc attendre le set des Drums Are For Parade. Ils sont pour l'occasion accompagné d'une section cuivre ... malheureusement à part un poil de lourdeur en plus, ceux-ci n'apportent rien à la musique de Drums Are For Parade. Cela n'empêche que le trio gantois envoie un excellent concert avec du son bien lourd. Je vais ensuite jeter un coup d'oeil aux Québéquois de Misteur Valaire ... ça sent le playback à plein nez. Du très mauvais Bloodhound Gang et ce sans l'humour de ces derniers. Retour au ClubCircuit pour la dernière fois de la journée pour Gallows, un des concerts que j'attendais le plus de ce festival. C'était le dernier concert du groupe avec leur chanteur celui-ci quittant la barque. Malheureusement pour cette dernière date, le gars était malade. Je les avais vu l'année dernère au Pukkelpop et les gars m'avaient foutu une belle claque avec leur hardcore bien "anglais" et avec la présence d'un chanteur super exité. Cette année-ci, il était juste super malade et le set en a perdu toute sa part de follie. Bien mais sans plus. Retour sur la Last Arena pour le plus grand groupe de métal belge qui s'est reformé l'année dernière, Channel Zero. De nouveau, déception. C'est mou, ça semble vieux et sans dash. Je ne comprends pas trop la hype que procure leur retour. Changement de style complet avec l'Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou. C'est de la musique béninoise (et africaine) dans toute sa splendeur ... ça change et apporte un peu de fraicheur dans un festival. Impeccable pour remettre une dose de bonne humeur. Dès la fin de leur concert, retour sur la Mains Stage, pour un autre grand retour, celui de Kyuss (appelé Kyuss Live! car le dernier membre ne veut pas lacher le nom malgré son succès dans tous ses autres projets). Le son est nickel pour le concert de Kyuss et le concert l'est tout autant ... dommage que l'absence d'un homme cause un aussi gros trou. Enfin, Garcia, Nick Oliveri, Brant Bjork et d'un guitariste intérimaire s'en sortent très bien. Je reste ensuite attendre avant le concert de Cypress Hill. Là, nouvelle déception mais causée plus par le son que le groupe et la set list qui était bien cool. Mais au delà du vingtième rang, on n'entendait plus rien et "encore moins" en fonction du vent. Quel gâchis. Après Cypress Hill, j'ai été Spank Rock ... rien à voir avec leur nom, les gars font du hip-hop. Je passe donc mon chemin pour aller voir le début des Bruxellois de Vismets.  Ces derniers sont le groupe à la mode "estampillé Pure FM" du moment. J'aime assez bien leur musique, mais là, le concert démarre devant très peu de gens et une grosse faute de goût; ils font déshabiller une fille du public sur scène (avant d'en avoir fait renoncer une première imprévue(?) ...). Les gars semblent juste avoir le gros cou, après 3 titres et autant de pauses sur scène, je jette l'éponge. I'm from Barcelona joue pour finir sur la Main Stage après un retard sur la route leur concert a été déplacé en clôture de la Last Arena. Les Suédois font toujours autant de la musique pour gens heureux, ça procure de bons moments de sourire ... dommage qu'une série de musicien, ne servent strictementt à rien et sont juste là pour faire nombre. J'ai voulu terminer la soirée par Primitiv Beatbox ... mais je suis arrivé un brin trop tard. 

    Vendredi, j'ai fait l'impasse sur les premiers groupes pour démarrer la journée un peu après 15h avec le concert des JB Conspiracy. C'est juste parfait de démarrer la journée avec du ska punk de ce niveau. J'ai cependant mieux aimé leur dernier concert à Mons au café du Parc. Ils sont bons sur grande scène, mais ils sont clairement meilleurs dans les petits lieux. J'ai ensuite pris le temps de migrer vers la Last Arena pour le concert des Papa Roach, je suis juste resté une minute, le temps de voir leur grand drapeau ... et de me rendre compte que le métal n'est toujours pas ma tasse de thé surtout quand on est proche du 0% niveau originalité. Je me suis "enfui" au concert de Yew et son rock teinté de celtic et de folk irish. Je dirais du groupe et du concert: bien mais sans plus. Après Yew, place au punk/hardcore bien violent de The Ghost Inside. Bonne découverte dans le domaine. Je suis ensuite resté sous la Cannibal boire des coups et attendre le concert de Skindred. Je les avais déjà vu et ils m'avaient laissé une bien meilleure impression il y a quelques années. Je ne suis d'ailleurs pas resté tout le concert allant attendre celui de Stupeflip. Je les avais déjà vu deux fois il y a quelques années lors de leurs premiers albums. J'avais eu à l'époque beaucoup moins cette impression de grosse escroquerie. Le groupe a joué devant un Dance Hall plein à craquer, on a eu droit à des nouveaux titres mais pas mal d'anciens comme J'fume plus de shit ou A bas la hiérarchie ... mais je reste toujours avec ce goût d'escroquerie en bouche et ce même 4 jours après. Après Stupeflip, petit passage hardcore avec les New Yorkais de Madball ... les gars envoient à mort, mais c'est toujours pas ma tasse de thé le NYHC original. Je vais ensuite voir Neurosis, mais je suis vite lassé par le côté trop lent et trop lourd de leur métal. Il faudrait que je les vois en salle et pas après 2 jours de festival pour m'en faire une meilleure idée. Je passe voir un boût des Klaxons, mais plus pour pouvoir voir Keira Knightley qui vient supporter son mari chanteur qu'autre chose. Je termine la journée, niveau concert avec Anthrax. Et avec comme commentaire, un bien mais sans plus. Cette deuxième journée aura été bien plus mauvaise musicalement que la précédente.

    Samedi matin, c'est début de matinée apéritif matinal dans le camping et c'était mauvaise idée ... Je monte sur le site pour le concert de The Selecter qui était programmé bien tôt (14h20) pour ce groupe légendaire niveau ska. Le concert est vraiment bon. On a droit à la formation originelle et aux titres phares du groupe avec entre autres Missing Words et Two Much Pressure. Le bonheur. Je passe ensuite rejoindre les potes qui étaient au concert des Uncos qui avait lieu en même temps. Je regarde le concert de Arma Gathas et son gros hardcore bien lourd qui me laisse tout à fait indifférent, ce qui ne semble pas être le cas des gros hardcoreux présents dans la fosse. Après ça, l'apéro matinal completé par les bières et autres boissons bues depuis le reveil ... me fait juste pousser mon nez devant le concert des Ogres de Barback avant un gros off day :)

    Le dernier jour a démarré avec le concert de Los Petardos et leur rock festif. Je trouve que les Caroloregiens n'ont pas grand chose d'original dans leur musique, mais j'attendrai de les voir une fois en salle pour me faire un meilleur avis. Place ensuite au noise/sludge de Ultraphallus. j'ai bien aimé la prestation des Liégeois. Un bon truc bien lourd de barré. A la fin de leur concert, j'ai vite été voir la fin de Socalled et leur musique tzigane avec des touches yiddish. Très belle découverte, dommage que je n'ai vu que dix minutes des Canadiens. Retour ensuite à la Petite Maison dans la Prairie pour K-Branding. Cela faisait un paquet d'années que je n'avais plus vu les Bruxellois et leur noise teinté de jazz et de post-punk. J'ai bien aimé leur concert mais je regrette qu'il ait un peu perdu le côté jazz de leur musique. Après, direction The Ocean et son hardcore bien lourd et technique. Toujours pas mon truc. Retour à la petite maison dans la prairie pour Russian Circles. Ayant déjà bouffé deux groupes bien lourd depuis le matin, je commence un peu à saturer (surtout un dimanche matin) et je quitte le concert vers la moitié pour me diriger vers un tout autre style et Mahala Raï Banda avec sa musique balkanique. Ca danse dans tous les coins du chapiteau et c'est bien en place. Avant Gaëtan Roussel, je passe voir un bout de The Bewitched Hands et sa pop bien gentille. Gaëtan Roussel est une nouvelle déception. Ce qu'il n'a plus rien avoir avec Louise Attaque; son projet solo a perdu toute la magie qui se trouvait dans son groupe. On est plutôt face à de la pop avec une touche electro et un gars qui prend son pied au chant devant cette musique qui n'a rien de particulier. Je reste tout le concert, mais même sur la longueur, le gars n'arrive pas à me convaincre. Après cela, je file attendre le concert de Tokyo Ska Paradise Orchestra (encore un groupe qui a un abonnement à Dour). Les Japonais font un excellent concert et rassasie le public présent devant eux. Toujours aussi classe et jamais lassant. Lorsqu'ils finissent, je vais voir un bout du concert de Blood Red Shoes. Pop/rock/electro ennuyeuse. AaRON arrive ensuite à 22h sur la Last Arena. J'aime assez bien la musique du duo français. Sur scène, il y a quelques musiciens aditionnels et un décor qui met en avant leur musique hyper douce et calme. Malheureusement autant certains titres assurent sur cd, autant en live, ça reste très mou et très propre. J'adore aussi le chanteur qui tente de passer pour un foufou, en faisant des trucs hyper bateau sur scène. Je pars après avoir entendu Lily. Tout autre ambiance sous le Dance Hall avec Shantel & Bucovina Club Orkestar. Grosse prestation de la part du groupe tzigane. Le public est fou furieux et danse dans tous les sens et le groupe ne fait rien pour calmer l'affaire. Impeccable ! Quand ils finissent, je pars attendre les furieux du Bal des Enragés. Le mix des combo punk/metal/hardcore français qui sont une quinzaine de musiciens et qui se relayent sur scène pour balancer des reprises, ça envoie une putain de claque. Au niveau des titres, on retrouve un Rage, Sham 69, Porcherie des Bérus, Cayenne de Parabellum, ... A la fin de leur concert, je passe voir le début du concert de Bonaparte, mais j'accroche pas du tout au truc. Je termine mon Dour par Shitmat et son mix teinté d'influence tzigane et electronique.

    Au niveau positif, je retiendrai de ce Dour:

    Romano Nervoso, The Selecter, Drums Are For Parade, Shantel, TSPO, Kyuss Live !, Le Bal des Enragés et quelques découvertes. La nouvelle disposition du site n'est pas si mal et on a l'impression d'avoir plus d'espace, le côté posé des gens cette année. Le son correct sous les chapiteaux. Le fait d'avoir mis la Drum'n'bass et les trucs plus électros uniquement dans un chapiteau.

    Au niveau négatif, je retiendrai:

    Les problèmes de son pendant Cypress Hill, les prix, les groupes que l'on voit partout, Gaëtan Roussel, The Vismets, la pluie, la boue.

  • Première parade

    Sortie la semaine prochaine du premier album des Gantois de Drums Are For Parade