blur

  • Blur - The Magic Whip

    En guise d'intro, voilà la genèse de ce huitième album de Blur.

    En mai 2013, le groupe doit se produire sur la scène du festival Tokyo Rocks, au Japon, mais le festival est intégralement annulé pour des raisons inconnues. Coincé à Hong Kong pendant 5 jours, avec rien d'autre de prévu, le groupe travaille de nouveaux morceaux, pour passer le temps, aux studios Avon - ce qu'annonce Damon Albarn pendant le concert qu'il donne à l'AsiaWorld–Expo. Albarn déclare ensuite qu'il ne sait pas si les morceaux qu'ils ont alors écrits seront publiés un jour.

    En juillet 2014, il explique : "Nous avons écrit environ 15 chansons... L'ennui, c'est que, si j'avais été capable d'écrire les paroles sur le moment, tant qu'on était là-bas, nous aurions fini l'album. Mais parfois, quand vous ne faites pas les choses tout de suite, ça s'en va, et je ne sais pas ce que je pourrais chanter aujourd'hui sur cet album. Il y a d'excellentes mélodies, mais ça pourrait simplement être un de ces albums qui ne sort jamais."

    En novembre 2014, Coxon reprend les enregistrements, et germe l'idée d'enregistrer un nouvel album avec le groupe Blur. Il reçoit l'accord d'Albarn pour travailler davantage sur les enregistrements avec le producteur Stephen Street, pendant qu'Albarn assure la tournée de son album solo, Everyday Robots (2014). Coxon raconte : "J'arrêtais pas de penser à ces enregistrements qu'on avait faits à Hong Kong, et je me rappelais le plaisir qu'on avait pris. Je m'en serais voulu si je n'y avais pas jeté un nouveau coup d’œil".

    Stephen Street avait collaboré aux albums solo de Coxon, mais pas avec Blur depuis leur album éponyme de 1997. Coxon invite en cachette le bassiste Alex James et le batteur Dave Rowntree pour de nouvelles sessions d'enregistrement pour étoffer les compositions. Les morceaux pratiquement finis, Coxon envoie la musique à Albarn pour savoir si ça avait le potentiel pour en faire un album. Sur le chemin du retour de sa tournée australienne, en décembre, Albarn s'arrête de nouveau à Hong Kong pour y chercher une inspiration pour des paroles. Les voix chantées sont finies d'enregistrer vers la fin janvier 2015, et le mastering de l'album achevé le 18 février 2015. (Source Wikipedia)

     

    A l'instar d'un Refused (voir chronique précédente), Blur réussit son retour alors que plus personne n'attendait le groupe. Blur reprend là où il était resté avec Think Tank. On navigue dans un très belle musique pop teinté d'un paquet d'expérimentations. Blur est arrivé au statut du groupe qui réussit à se réinventer et à faire ce qu'il veut ! Graham Coxon est ultra présent avec sa guitare et ses riffs bourrés d'inventivité. Damon Albarn n'est pas loin de ses projets solos avec ce nouvel album de Blur. Le groupe ne cherche plus à réussir des singles et des tubes comme à l'époque de Girls & Boys. Le groupe semble uniquement se faire plaisir en expérimentant et en jouant ce qui lui plait. Les amateurs du Blur des années nonante ne se retrouveront probablement pas dans cet album (c'était déjà le cas avec les 2 précédents d'ailleurs); mais les 4 Anglais continuent leur route sans se soucier d'autrui ! Et moi, ça continue à me plaire !

     

  • Blur - 21

    En juillet 2012, en annonçant son retour avec une nouvelle tournée, Blur a aussi annoncé la sortie d'un coffret vinyl contenant tous leurs albums. Ce coffret reprend donc les albums Leisure (1991), Modern Life Is Rubbish (1993), Parklife (1994), The Great Escape (1995), Blur (1997), 13 (1999) et Think Tank (2003).

    Blur a démarré en plein courant Britpop dont ils sont devenus avec Oasis un des fers de lance. D'ailleurs la Britpop peut se résumer au conflit entre Blur et Oasis avec une petite place pour Suède. Le groupe a d'ailleurs gagné le combat, Oasis étant enterré suite à des conflits internes.

    Blur c'est un paquet de singles qui ont cartonné et marqué une époque comme Song 2, Country House, Girls and Boys et j'en passe. Blur c'est aussi un album parfait comme 13 et une prise de risque musicale comme Think Tank.

    Blur, c'est Damon Albarn, génial dandy & arty popstar. C'est Graham Coxon, guitariste hors norme. Le tout accompagné de Alex James à la basse et Dave Rowntree à la batterie.

    Blur, c'est aussi pour moi, le groupe de la fin des années nonante. C'est l'échappatoire parfait au punk que j'écoute habituellement !

  • Damon Albarn infatigable ?

    Pas mal d'actualité pour le chanteur de Blur. Premièrement Blur sort un DVD et un Cd de leur concert de reformation à Hyde Park en 2009.

    Damon Albarn annonce aussi un nouveau Gorillaz et un nouveau The Good, The Bad and The Queen.

    On parle aussi d'un supergroupe avec lui et Fléa (Red Hot).

  • Pourvu qu'il y en ait plus qu'un

    Blur a prévu un concert le 03 juillet 2009. Il faut savoir que le groupe n'a plus rien fait ensemble depuis 2000, même si ces membres n'ont pas été avares en projet parallèle.