• Tarantino - Best Of B.O.

    the tornadoes, Urge overkill, Nancy SinatraIl y a quelques années les Inrockuptibles sortaient un numéro spécial Tarantino (à l'époque d'Inglorious Bastards). Le magazine était accompagné d'une vidéo reprenant les meilleures titres parus sur les B.O. du bonhomme. Et la moindre des choses à dire, est que le sieur Tarantino a très bon goût (et que les BO de ses différents films sont parfaites).

    On retrouve sur cette petite compile des classiques comme Nancy Sinatra et son Bang Bang tiré de Kill Bill ! L'excellent Girl, You'll Be a Woman Soon d'Urge Overkill apparenté à Pulp Fiction tout comme le Bustin' Surfboards des Tornadoes. Comme les films du maître, cette BO est classieuse et est un vrai plaisir pour les oreilles ! Sans oublier des titres tirés du très musical Boulevard de la mort ! On y retrouve dix titres venant des films étant sorti avant Inglorious Bastards.

  • We'll Find Later @ Mj Ecaussinnes - Ecaussinnes - 27/08/12

    overweight, we'll find laterPetit concert sous le signe du ska proposé ce lundi soir à la Mj d'Ecaussinnes. Les Bordellais de We'll find later ont débuté les hostilités. Leur musique qui m'a fait penser à du Union Jack m'a bien plu même si le groupe ne semblait pas trop à l'aise et n'a clairement pas du faire son meilleur concert. Je ne demande qu'à revoir devant plus de monde et dans de meilleure condition.

    Les Belges d'Overweight suivaient et ceux-ci ont, je trouve, fait un excellent concert. Ca sonnait bien et le groupe a bien géré malgré le peu de monde présent. De mieux en mieux en concert ...

  • Black Sheep - The straight line will take you only the death

    black sheepComment chroniquer ce dernier album des Black Sheep ... je suis le groupe depuis près de 5 ans et je les vois en concert minimum 20 fois par an ! Je vais quand même tenter de rester objectif et décrire ce deuxième album. Il est à nouveau sorti chez Guerilla Asso (et Bad Mood).

    Que de chemin parcouru depuis 2008 et "Premières conclusions". Le line up du groupe a changé. Jerem, ex-Happening Leek a fait son apparition à la guitare en lieu et place de Noar qui a quitté le groupe. Le groupe a aussi décidé d'augmenter les watts; les passages skacore présents sur le premier album ont complètement disparu. Black Sheep délaisse un peu les influences comme Union Jack ou Leftover Crack pour se diriger vers un punk/hardcore plus classique mais néanmoins tout aussi efficace. Les gaillards nous balancent 14 morceaux (dont Don't Give Up que l'on retrouve 2 fois - en acoustique et en électrique) super efficaces. Black Sheep semble avoir voulu supprimer tous les côtés superflus du punk/hardcore pour aller à l'essentiel. La plupart des morceaux ne dépassant pas 2minutes30. Je suis entièrement conquis par leur évolution, ce sont d'ailleurs les pistes les plus rapides du cd qui ont ma préférence: All you need is love but all I got is hate et 4 wheels of hell. Comme d'habitude une grande place est laissé aux choeurs ... du pur bonheur !

    Les Black Sheep ont su évoluer sans faire de concessions. Je conseille ce disque à tous les amateurs de punk-rock. C'est clairement ce qui se fait de mieux dans le style en Belgique francophone (-qui a dit "pas uniquement !"). Foncez achêter, commander, écouter ce disque !

  • A Wilhem Scream @ Shaka Laka - Hazebrouck - 23/08/12

    a wilhem scream,face the fax,black sheep,kill for peaceJe suis arrivé lorsque le premier groupe venait de monter sur scène. Je ne connaissais Kill For Peace que de nom. Les gars font du hardcore (tendance Do Or Die, ...). Ce n'est pas trop mon truc même si ils font déjà bien bouger le public présent. Black Sheep suit avec le retour de Jérem à la guitare. Les gars font un bon concert devant un public assez nombreux qui semble conquis. La set list ressemble à celle de la tournée avec quelques "vieux titres" comme Sabotage, This is not a Michaël Jackon gigs et pas mal de nouveaux comme 10 years, Don't Give Up, 4 wheels of hell. Les Flamands de Face The Fax que j'ai eu l'occasion de voir il y a un mois suivent. Devant un public qui les découvre les gars font un tout bon concert. Comme dit précédemment, belle évolution depuis quelques années.

    A Wilhem Scream clôture la soirée, la salle est remplie et les murs sont bien suintants avec la chaleur qui règne dans le Shaka Laka. Cela n'empêchera pas une bonne partie du public de pogoter et de chanter sur la plupart des titres des ricains. A revoir dans des conditions ... moins humides pour que le concert soit vraiment bon.

  • Listener @ Madame Moustache - Bruxelles - 21/08/12

    eleven !, listenerMardi soir, direction Madame Moustache pour un concert qui s'annonce sold out. J'arrive donc assez tôt. Il y a pas mal de monde devant chez Madame Moustache. Je rentre sans trop de problème. Eleven ! attaque vers 20h15. Le set est, comme d'habitude, court mais très intense. Dommage que le son ne suit pas. Le salle se remplit assez bien durant leur set et la chaleur va se faire ressentir bien vite.

    Je ressors prendre l'air avant le concert de Listerner et effectivement le sold out annoncé a bien lieu. Je regarde de loin le groupe (du bar même), malheureusement, on n'entend pas grand chose et c'est assez dur vu la disposition de la salle de se frayer un chemin pour mieux voir le concert. C'est dommage car la musique de Listener semble bien cool. A revoir dans de meilleures conditions.

  • Black Sheep @ The straight line will take you only the death France Summe Tour

     

     

     

    black sheep, pogo assaut, bien à toi, mon autre groupe, stygmate, rené binamé, 70's Pornographik Men, Flagship, Rien à foutre, the ba froggies, intenable, sock-7;, I.M.O.D.I.u.M, fortune cookie club, Damages & ParanoÏa08 août 2012.

     

     

     

    J’accompagne Black Sheep pour une douzaine de jours en tournée en tant que roadie. Le départ m’est donnée début d’après-midi à Bruxelles pour rejoindre le groupe sur ses terres, à Mouscron. Pendant que les gars font une dernière répetition, je tchecke le stand merch.

     

     

     

    La première date a lieu à Lille, salle l’Imposture ... à quelques kilomètres de la Belgique. L’Imposture est un petit café concert bien accueillant. Cette date fait un peu office de release party. Effectivement, c’est la première date où Black Sheep a son nouvel album sous le bras: The Straight Line Will Take You Only To Death. Les locaux de Flagship ouvrent la soirée. Les gars sont assez jeunes et cela se ressent dans leur musique. On navigue entre des influences métal et des trucs plus punks. Black Sheep attaque vers 21h30. Les gars sont motivés et le public pas énormément nombreux semble content du concert. Pas mal de nouveaux titres sont joués pour la première fois (ou presque) et ceux-ci semblent bien fonctionner en concert. Voici d’ailleurs, la set list de base de la tournée (de manière générale) : Ten Years, Bored to seems, All you need is love, Tattoos and changes, Friendship, Wrong Escape, This is not a Michael Jackson gig, We try, Those ghosts, Wheels of Hell, Dead End, Sabotage et Don’t give up.

     

     

     

    Après le concert, retour à Mouscron pour une dernière nuit en Belgique avant le vrai depart en tournée.

     

     

     

    09 août 2012

     

     

     

    Le van ayant déjà été chargé la veille, on récupère tous les zikos sur Mouscron et on attend Alex, à la gare. Ce dernier remplacera Jérem à la gratte sur la tournée. A 11h30, après une petit Jupiler en terrasse, on prend la route pour Tours ultra motivé par ces 10 jours de tournée qui nous attendent.

     

     

     

    On arrive à Tours vers 16h30 après un trajet sans fioritures. On joue dans un lieu qui s’appelle l’Académie de la bière ... ça s’annonce donc pas trop mal. D’ailleurs le bar a une belle carte de bières belges. On ne sera pas trop dépaysé. On arrive sur Tours en même temps que Fortune Cookie Club et I.M.O.D.I.U.M, deux des autres groupes de la soirée. Après avoir retrouvé l’organisateur, Brice. On va un peu glander tous ensemble le long de la Loire.

     

     

     

    A 18h, on retourne au bar pour s’installer. Vers 20h alors que la Kwak (au fût) coule à flot, Sick-7, groupe local démarre. J’accroche pas trop à leur truc. Les I.M.O.D.I.U.M suivent. Je les avais vu pour la dernière fois il y a deux ans, je trouve que leur truc a vraiment bien évolué. Les Monégasques assurent leur set sans trop de difficulté devant une salle bien remplie. Je découvre ensuite les Québequois de Fortune Cookie Club. On retrouve dans ce groupe un ancien Old School Politics. J’aime assez bien leur musique qui me fait penser à des trucs plus « Fat Wreck » comme Flatliners. Les Black Sheep terminent la soirée avec un très bon concert. Alex à la guitare, pour son premier concert avec eux s’en sort avec les honneurs.

     

    On ne s’éternisera pas trop au bar après les concerts, surtout que les groupes ont fait place à un DJ « hors pair ». On boit encore quelques coups avec les autres groupes tout en remballant le matos. Avec Black Sheep, on loge chez Mélanie (qu fait partie de l’orga de ce soir) où on s’endormira assez vite ... devant quelques coquillettes.

     

     

     

    10/08/2012

     

     

     

    Après plusieurs déboires pour se trouver une date et malgré une proposition de dernière minute, ce vendredi sera un day off. On a prévu de faire étape pour la soirée chez Louis de l’orga « Des ciseaux et une photocopieuse » où l’on retrouvera quelques Wank For Peace. Mais, on passe d’abord l’après-midi à Tours pour se restaurer et glander le long de la Loire. Avant de décoller, on recroise I.M.O.D.I.U.M et Fortune Cookie Club pour un dernier aurevoir. Après deux heures de route, on arrive à Angers où on est super bien accueilli chez Louis. La soirée bien bibitive (trop pour certains) se passe dans la bonne humeur et dans la déconnade. On découvre le Beer Pong, sorte de Ping Pong sans raquette et agrémenté de pas mal de boissons alcoolisées.

     

     

     

    11/08/2012

     

     

     

    Après un réveil tardif et un plan tatouage avorté (ce ne sera pas le seul de la tournée), on se met en route pour le PMU de Treillières. La date est organisée par Fab des Justin(e). On arrive vers 17h30 sur place, on discute avec Fab et les quelques personnes déjà présentes. Ce bar semble être le seul de Treillières (petite ville typique de banlieue française). Damages et Paranoïa sera le premier groupe de la soirée. J’accroche pas du tout à leur post/punk avec des claviers. Je préfrerai le groupe suivant : 70's Pornographik Men. Ces derniers jouent du punk influencé par des trucs comme les Bérus et cette scène française. Sur le coup de 23h, Black Sheep attaque. Ce concert avec un son nikel, sera pour moi, le meilleur concert de la tournée. Le public est bien attentif au set des BxS et ces derniers envoient la purée. On a droit à Saborage avec Fab et Olar des Justin(e) comme guests. Une fois le concert fini, la soirée n’a fait que commencer. Meilleur concert et meilleur after de la tournée : du sucre, du Jean-Jacques Perret, des farandoles, du rhum, ...

     

     

     

    12/08/2012

     

     

     

    Deuxième day off de la tournée. On arrive d’abord à faire ouvrir la pizzeria de Treillières censée être fermée le dimanche (on a bien sympathisé avec Pierrot, le patron, la veille). On se farcit donc d’énormes pizzas à la crème de Whisky pour le dîner. Ensuite, les Black Sheep délirent en enregistrent un titre chez Fab. Vers 18h, on redescend vers Nantes où l’on passe la soirée dans un très chouette bar (La Maison) ; où l’on sympatisera avec presque tout le monde.

     

     

     

    13/08/2012

     

     

     

    Vers 13h, départ pour Bordeaux. La route se passe sans soucis et on arrive devant le Chabi, bar de ce soir. En descendant du van, on tombe nez à nez avec Vincent McDoom qui boit des coups en terrasse. Avant de s’installer, on retrouve quelques potes bordelais ; on fait une visite express du quartier. Puis, on descend le matériel et on s’installe pour le concert de ce soir. The Bad Froggies, jeune groupe ouvre la soirée devant une salle assez peu remplie. Intenable, nouveau projet du guitariste et du chanteur de Nina School suit. Le batteur de Helltons est derrière les fûts. Musicalement, on est dans un style punk assez mélo. J’ai bien aimé leur truc. Black Sheep suit ensuite avec un concert gâché par des problèmes techniques. Le groupe a des problèmes avec un ampli, pête des cordes de guitare, une corde de basse et même la peau de la grosse caisse. Je trouve que malgré cela les gars s’en sont bien sortis. On aura à nouveau droit à une très chouette after avec pas mal de potes dans un bar pirate.

     

     

     

    14/08/2012

     

     

     

    On se lève super tôt (moins de deux heures après avoir été dormir pour certains) pour aller se faire tatouer. On a enfin un plan qui se concrétise. On va très vite déchanter, on est tombé dans le meilleur salon de chat et de dauphin de France, mais pour le reste ... on oublie !

     

     

     

    On part dès lors en direction d’Albi pour le concert de la soirée. Il commence à faire une chaleur bien torride et on ne rêve que de plan d’eau ou de piscine. On arrive au Gambrinus, bar de ce soir vers 16h. Dès le départ, les gars de l’asso organisant le concert nous mettent l’eau à la bouche : ce soir, ce sera open bar et possibilité d’aller au plan sleeping de ce soir avant le concert .... l’endroit a une piscine extérieure ! Le bonheur.

     

     

     

    Le concert a lieu durant un tournoi de beer-pong. Ca boit et ça joue dans tous les coins du bar ! Mais les gens sont réceptifs au concert des Black Sheep qui à mon goût manque de pêche. La sono n’est pas super cool et je n’arrive pas « à rentrer » dans le concert. Ce sera pour moi, le pire concert de la tournée. On recroise aussi quelques potes des Charly Fiasco. L’after sera aussi pas mal ... avec piscine et drame conjugual !

     

     

     

    15/08/2012

     

     

     

    On est reparti pour un day off ... on passe la matinée et la moitié de l’aprèm dans la piscine avant de décoller pour Clermont-Ferrand où Yohan de Tony Wanks nous accuielle pour la nuit. On arrive vers 20h30 à Clermont et la ville semble morte. Il fait mauvais, les jeunes n’ont pas l’air de s’amuser. On craint la soirée pourrie. Heureusement Yohan nous fera changer d’avis en nous montrant de très chouettes bars.

     

     

     

    16/08/2012

     

     

     

    Après une dernière vaine recherche pour un plan tattoo, on visite la ville de Clermont avant le départ pour Paris. Après 4h30 de route, on arrive au Rigoletto à Paris. On joue dans la cave d’un bar/restaurant. Malgré la sono pourrie et le manque de lumière, le lieu est bien cool. Bien à toi ouvre la soirée. C’est de nouveau un truc qui ne sera pas trop dans mes goûts. Les gars jouent un genre de post rock ... c’est bien en place, mais c’est vraiment pas ma came. Je revois par contre Mon Autre Groupe avec plaisir. C’est à nouveau une nouvelle formule avec Fanny au chant. C’est toujours aussi violent, ça tabasse toujours tout en un minimum de temps. Parfait ! Black Sheep suit avec un excellent concert. La soirée se termine pénard chez Till.

     

     

     

    17/08/2012

     

     

     

    Alors qu’un day-off est à nouveau censé être prévu, on arrive à s’incruster en dernière minute, sur un plan à Montreuil où les René Binamé jouent. On rejoint le bar dans l’après-midi après être passé par chez Big Fernand, probablement le meilleur resto à hambuger de Paris. On joue dans un bar en tout premier. La salle est encore un peu vide, mais les personnes présentes semblent apprecié le concert des Black Sheep. Je découvre ensuite Stygmate. Ce quatuor joue du punk influencé par les grands frères français comme les Bérus et OTH (dont ils feront une reprise). Je trouve le concert un peu long, mais ça me fait pas mal penser aux Diego Pallavas. On regardera la début du concert de Binam’ qui jouera devant une salle bondée. On s’écoute un petite « La vie s’écoule » avent de rejoindre Noyon (endroit du concert du lendemain et plan de logement de la soirée).

     

     

     

    18/08/2012

     

     

     

    On passe l’aprés-midi devant un énorme barbecue et ensuite à la recherche d’un plan d’eau. A la cool ! On rejoint la Paillotte vers 19h. Le patron du bar est bien craignos ! Il ne semble pas content, fait tout le temps tout changer ... un vrai patron de bar du fin fond de la France !

     

     

     

    Rien à Foutre débute la soirée. Les gars font quelques reprises (Tim Vantol, Dolores Riposte), mais ce n’est pas encore trop au point. Pogo Assaut s’en sortira mieux même vu leur jeune âge. Black Sheep fait ensuite un excellent concert devant un public surchauffé qui pogote et stage dans tous les sens. Excellent pour clôturer cette tournée !

     

  • Les Rasoirs Electriques - DiWhy ?

    les rasoirs electriquesDiWhy ? est le deuxième groupe des Rasoirs Electriques. Il sort sur plusieurs labels français (Guerilla Asso, You'Re Fired entre autres). Cette fois-ci, le disque a été enregistré par les 4 compères (contrairement au premier): Alex (ex-batteur de Leptick Ficus et batteur de GxP) à la gratte et au chant, Antho (Pretty Johnny et Nina School) à la batterie, Lucas à la basse et Raph (ex-Leptick Ficus) à la deuxième gratte.

    Musicalement, les gars balancent un punk-rock rapide bien pêchu et efficace. Les morceaux dépassent rarement les 2 minutes. On est dans la veine de trucs comme The Briefs ou Good Riddance. Au niveau des textes, Alex critique la société actuelle. Tout le monde en prend pour son grade, les syndicats (Les Salariés de la SNCF), les boulots de merde (Au petit Casino) et même les (certaines) orgas des concerts (DiWhy?).

    Même si ce n'est plus la même voix, on sent les influences de Leptick Ficus sur ce disque et ce n'est pas pour me déplaire. A conseiller à tous les amateurs de bon punk rock en français.

  • Resurrection Fest @ Viveiro (Espagne) - 02-04/08/12

    tim vantol, back to 1984, dead kennedy's, anti flag, berri txarrak, good riddance, g.a.s drummers, suicidal tendencies, against me !, descendents, mxpx, proud'z, suicide silence, municipal waste, glassjaw, soziedad alkoholica, unearth, moksha, more than a thousand, strengt aproach, reel big fish, set your goals, agnostic front, h2o, nasum, pianos become the teeth, converge, this is hell, adriftPremier week-end d'août et hop, direction la Galice pour un festival melant du hardcore et du punk. Le Resurrection Fest a une affiche allechante avec des groupes comme Converge, Descendents, Anti-Flag et Against Me ! et le prix est assez attractif (55€/3 jours).

    Après deux jours de descente en voiture jusqu'au nord de la Galice, j'arrive le mercredi soir au Resurrection Fest et après une rapide réflection, direction le camping munucipal avec son confort en lieu et place du parc où il est possible de camper gratuitement (au lieu de 7€/jour dans le camping ... mais une vraie douche chaude et sans file ainsi que de vraies toilettes ... ça n'a pas de prix).

    Le jeudi, j'arrive assez tôt sur le site du festival après avoir visité la petite ville de Viveiro. Le site n'est pas très grand (un peu plus d'un terrain de foot) avec d'un côté une main stage en plein air et de l'autre une scène sous chapiteau. Le début du festival est très hardcore bourrin avec des groupes comme Another day will come, Moshka et Adrift. Il existe aussi une petite scène dans un coin du festival ... mais la programmation des deux premiers jours est clairement régional et les groupes qui y jouent, se ressemblent tous avec leur hardcore/métal. Le premier groupe que je voulais voir était More Than A Thousand. Leur concert est juste drôle. Le truc reprend tous les clichés du hardcore moderne mais sans aucune classe. Le truc semble bancal et le chant est horrible. Léger changement de style ensuite avec This is Hell et son métal bien bruyant. Ca envoie et le public commence à être chaud bouillant. Pas trop mon truc cependant. Le dernier groupe à être annoncé est Strenght Approach. Leur hardcore me plait encore assez bien même si je commence à en avoir plein les oreilles. Avec Converge, on change à nouveau de style et leur truc est beaucoup plus dense ... mais pas assez pour m'empecher de digérer dans le fond du chapiteau la gros burger que je viens de m'enfiler. Leur concert dure en plus une heure, cela est bien trop long pour un gars qui ne connait pas trop le groupe. Suite à Converge, retour sur la grande scène pour Reel Big Fish. Leur ska punk est vraiment, on ne peut plus basique et ne m'emballe pas du tout ! Arrive ensuite Pianos Become The Teeth, première découverte du festival. Les gars jouent aussi du hardcore moderne. Mais ils envoient bien et leur son se détache de tout ce que j'ai entendu dans le style depuis le début de la journée (... enfin !). Set Your Goals fait un bien meilleur set qu'au Mighty Sounds et cette fois-ci, j'accroche vraiment bien à leur punk-rock. A revoir pour un avis définitif. Les métalleux de Nasum clôture la soirée sur la petite scène. Du bon gros métal bien drôle ... bof bof ! Sur la main stage, Agnostic Front fait un excellent concert, bien meilleur que les derniers concerts que j'ai vu du groupe. On a entre autres droit à Believe, Gotta Go et plein d'autres pour le plus gros bonheur du public venu en nombre pour les New Yorkais. H2O termine la soirée devant un parterre qui se vide petit à petit. Malgré cela, les gars font un très bon concert, même si la scène semble bien trop grande pour eux.

    Le vendredi, j'arrive beaucoup plus tard sur le site du festival, n'ayant pas envie de ma farcir la tripotée de premiers groupes jouant du hardcore. J'arrive sur le site pour le concert de MxPx Allstar. Leur punk-rock qui n'est pas très original, n'arrive pas à me faire décoller ... même si leur son me fait plaisir aux oreilles. Le reste de la journée sera assez pourrie à mon goût avec Proud'z, Unearth, Suicide Silence, Municipal Waste et Soziedad Alkoholica (genre de Slayer espagnol). Heureusement le concert de Againt me ! vient me ravir au milieu de ces gros castards bien bruyant. Against Me ! fait un excellent concert de près d'une heure avec des titres tirés de tous leurs albums. Le public est conquis, le concert est presqu'aussi bien que leur dernier vu en salle, il y a moins d'un an. glassjaw clôture les concerts sous la tente. J'avais un bon souvenir du groupe ricain et leur concert n'est pas trop mal, même si après quelques chansons, je me lasse de leur musique. Juste après, place aux vétérans: Suicidal Tendencies débarque sur la grande scène pour un excellent concert. Bien meilleur que leur passage en janvier en Belgique. Les papys vont faire chanter la foule et lui donner du plaisir pendant une grosse heure. Mike Muyr est en forme et court d'un bout à l'autre de la scène. Parfait ! A la suite, deuxième groupe de papys avec les Descendents. C'est une des raisons principales de ma venue en Espagne et je ne suis clairement pas déçu par leur concert. Les 4 gars assurent le show et la set list n'oublie aucun tube: Everything sucks, Hope, Silly girl, Pop, I'm the one, Bear, Talking, Pervert, Clean, My Age, Van, Grow Up, Rotting Out, All-O-Gistics, Nothing with you, Coffe mug, Bikeage, Get old, Suburdan, I like food, Get the time, Weinerschnitzel, Coolidge, Thank you, Loser, Sour Grapes, Kabuki girl, Descendents !

    Le samedi, je démarre par la programmation de la mini scène qui propose des groupes acoustiques. Back to 1984 est un quatuor qui propose du chouette folk/punk bien dansant. A nouveau une bonne petite découverte. Je ne regarde cependant pas le concert en entier pour profiter pleinement de celui des Andalous de G.A.S. Drummers. Il me semble que je connaissais déjà le punk-rock des gars ... mais impossible de me souvenir de où ni de comment. Leur concert est vraiment cool et les gars assurent devant assez peu de monde. Par la suite, retour devant la petite scène pour Tim Vantol et son folk acoustique. Tim joue quelques titres de son nouvel album qui devrait sortir cette année et pas mal de vieux titres (road sweet road, ...). Le gars qui a passé 3 jours sur le festival semble hyper heureux d'être là et passe son temps à remercier tout le monde. Son concert est suivi par celui d'Anti-Flag en acoustique. On semble aussi nombreux devant cette mini scène que le public devant Skarhead sur la grosse scène. J'ai pas trouvé le set des deux gras d'Anti-Flag vraiment exceptionnel. Par la suite, on sort du festival boire quelques coups et on rate à nouveau un gros paquets de groupes metal/hardcore. Je reviens sur le site pour l'excellent concert de Good Riddance. J'avais déjà eu l'occasion de voir une partie de leur concert au Groezrock cette année. Et là, je suis bien content de voir l'entièreté de leur set tant les gars assurent. Une bonne idée que celle d'avoir reformé le groupe. Par la suite, je passe voir les Basques de Berri Txarrak. Je pense que si je prends la peine d'écouter leur zik, je pourrais vraiment mieux apprecié leurs futurs concerts. Anti-Flag revient, cette fois-ci, sur la grande scène pour un concert en électrique. J'avais un peu de mal avec le groupe à ces débuts. Après ce concert d'un haut niveau, je change complètement d'avis et j'avoue que les gars de Pittsburg m'ont mis une petite claque. Les ricains ont balancé tous leurs tubes sans oublier quelques titres de leur nouvel album. Le public est ravi et ne semblait pas en attendre tant ! Juste parfait ... un des concerts de l'année ! Je termine le festival en allant voir le concert de Dead Kennedy's ... mais je en reste pas jusqu'au bout car plus de 1600km nous attendent de suite pour rentrer en Belgique.

    En résumé, les Resurrection Fest est, avec moins de moyen (et pour seulement sa sixième édition), le Groezrock espagnol ... mais avec vraiment beaucoup (trop) de hardcore. A réfléchir ... mais peut-être à l'année prochaine !

  • The Flatliners - Destroy to create

    the flatlinersThe Flatliners est un groupe de Toronto (Canada) qui a bien grossi depuis ce premier album sorti en 2005. A l'époque cet album va déjà faire connaître les Canadiens au monde entier même si les gars ont juste entre 18 ans et 20 ans. Avec cet album, on se rend compte que l'on a devant nous, un des groupes pouvant assurer l'avenir du punk-rock à grande échelle. Le quatuor place déjà son nom sur la scène nord américaine.

    Avec ce Destroy to Create, les Flatliners met déjà la barre très haut et entre dans la cour des grands comme Suicide Machines, Operation Ivy et d'autres légendes. Les gars balancent 13 titres de ska core sans l'aide d'aucuns cuivres ni d'autres fioritures. A 4, les gars s'en sortent haut la main avec un chant hyper impressionnant (surtout pour un gars d'à peine 18 ans) et un groupe qui assure derrière.

    Destroy To Create est devenu depuis lors un classique dans la discographie de tous les amateurs de bon punk rock à la NOFX, Operation Ivy, Rancid ou les Européens de Po Box.

  • Eleven ! @ Le Libr Air - Bruxelles - 28/07/12

    Les Bruxellois de Eleven ! jouaient au Lib'Air en cette fin juillet. Les gars ont joué une petite quarantaine de minutes devant un café bien rempli et bien conquis par leur musique. Hormis deux nouvelles chansons, on a eu droit à la plupart des titres de leur album de 2009: Back at The Wall, Dance all right?, R'n'r station et quelques autres. Parfait pour combler un samedi soir de vacances !

  • This is the end ...

    ... La Phaze stoppe ses activités en fin 2012.

     

  • Power Festival @ Place communale - La Louvière - 20-21/07/12

    dead elvis, the damned, klingonz, the mahones, king kurt, guerilla poubelle, koffin kats, union jack, kabul golf club, 7weeks, The K., corbillard, the last row, hell-o-tiki, drums are for parade, eths, the ocean, resistance, komah, deville, deepshow, sons of disaster, vandal x, wolves scream, arkham disease, for 24lives, kaptain oatsPour sa huitième édition, le Power Festival revenait sur la place communale de La Louvière avec deux scènes en extérieur. Le festival démarre le vendredi avec une programmation plus métal et aussi régionale. J'arrive pour la fin du concert de Kaptain Oats, vainqueur du concours. For 24 lives, autre groupe régional, joue sur la grande scène. Les gars font du rock psyché sans chant quelque part entre Mars Volta et des trucs plus consensuels. Le manque de chant me pousse à dire que leur concert est un peu trop long. Avec Arkham Disease on change complétement de style, les gars jouent du death metal (ou un truc du genre) ... pas mon truc. Retour sur la grande scène pour le harcore moderne des Wolves Scream. Les Namurois font un bon concert et font bien bouger le plublic présent. Changement radical ensuite avec le duo noise de Vandal X. J'adore toujours autant la musique des gars d'Hasselt. Mais la scène est un peu grande pour eux et le public assez clairsemé. Dommage. Sons Of Disaster envoie ensuite du tout bon rock'n'roll sur la grande scène. Le public semble aussi conquis par la prestation haute en couleurs des Bruxellois. Ensuite, on a droit à 3 groupes qui font du metalcore, Deepshow, Komah et Resistance ... c'est toujours pas mon truc. Au milieu de ce trio, chouette découverte que le rock des Suédois de Deville. Ca me fait penser à des trucs comme Stone Temple Pilots ou autre Soundgarden ... en plus rentre dedans. The Ocean, les Allemands, jouent ensuite sur la petite scène. J'avais un meilleur souvenir de la musique des Allemands. Leur concert m'a déçu. Place ensuite à la tête d'affiche de ce premier jour avec ETHS. C'est juste drôle ! La soirée se termine avec le rock stoner des Gantois de Drums are For Parade sur la petite scène. J'ai hâte de les voir en salle. Place ensuite à une after qui ne finit pas dans la Taverne.

    Retour sur le site du Power le samedi pour l'ouverture du festival. Hell-O-Tiki est le premier groupe à jouer et ce devant peu de monde. J'ai cependant plus qu'apprécié leur musique surf. A revoir ! On reste dans la même veine avec The Last Row et ses reprises rock'n'roll. Parfait pour démarrer la journée. Corbillard monte ensuite sur la grane scène pour défendre son punk-rock en français. Les gars malgré l'heure presque matinale joue devant pas mal de monde. On a droit à une set list classique de leur part (L'alternative, A voix cassé, ...). Changement radical de style avec le rock/grunge de The K.. Ces gars sont clairement pour moi, un des groupes belges qui aura marqué cette année 2012. Leur rock n'a rien à envier à des trucs comme At-The Drive In et Refused. Malgré quelques problèmes de sons, les gars assurent le show. Je zappe un peu le concert de 7Weeks et je regarde brièvement celui de Kabul Golf Club qui balance aussi de l'excellent rock teinté de gros rock et de noise. Union Jack me fout ensuite une belle claque. Les Parisiens font le meilleur, pour moi, concert du festival. Leur bad ska chanté à 2 voix fonctionne à merveille. J'adore ! Dès qu'ils finissent, je vais voir le psycho/rokab des ricains de Koffin Kats. Très bon concert du trio, même si j'avais préféré leur concert vu ce début d'année au DNA. Leur set se compose principalement des morceaux du dernier album sorti début 2012. Guerilla Poubelle, dont c'est le retour en Belgique, monte ensuite sur la grande scène devant un public plus que conquis. Les gars ne se prennent pas la tête et passe autant de temps à parler et à vanner le public que de jouer des morceaux. Pour une fois, il n'oublie pas de jouer Demain il pleut (avec aussi Tapis Roulant et une tripotée d'autres morceaux). J'écoute de loin le psycho des Anglais de King Kurt qui suivent. J'en fais de même pour le celtic punk des Mahones. Même si ces derniers me font une excellente impression. Klingonz et son psycho teinté d'humeur déboule ensuite sur la petite scène. Les gars sont déguisés en clown et assurent le show. Très belle découverte ! Les légendes de The Damned clôture le programme de la grande scène avec une collection de tubes. Voici d'ailleurs la set list: Wait for the blackout, Lively arts, Silly Kids Games, Stretcher case, I just can't be happy today, New Rose, Disco Man, Eloise, Love Song, Neat neat neat, History of the world, Fan Club, Ignite, Jet boy jet girl, Anti pope et Smash It Up. Dead Elvis clôture lui le festival avec ses reprises en solo et teinté de psycho et de rockab d'Elvis.

    Comme depuis, quelques années, le Power Festival propose une des meilleures programmations belges de l'été à un prix attractifs. J'attends l'année prochaine avec impatience !