• Overweight - Chapter 11

    overweightOverweight est un groupe belge de ska-punk. Chapter 11 est, si je ne me trompe, le deuxième ep du groupe de Leuven. On retrouve sur cet album autoproduit 5 titres de pur ska-punk. On est face à un bon groupe de ska-punk qui ne sort pas lot, mais qui à l'inverse n'a rien d'un mauvais élève. Les 5 titres comprennent tout ce qu'il faut pour que leur ska punk soit réussi: des bons cuivres, des breaks, des choeurs à la pelle, un chant plus que correct et de l'énergie. D'ailleurs dommage que l'on ne retrouve que 5 titres.

    Donc si tu aimes le ska bien énergique, ce ep devrait plus que certainement te plaire.

  • Un retour !!!!

    Les Bruxellois de Looking Up ont annoncé publiquement leur retour. Un concert est prévu début septembre !!!!

  • Dour Festival @ Site de la Machine à feu - Dour - 14-17/07/11

    romano nervoso,buenas ondas,rolo tomassi,great moutain fire,drums are for parade,misteur valaire,gallows,channel zero,orchestre poly-rythmo de cotonou,kyuss live!,cypress hill,vismets,spank rock,les ogres de barback,the selecter,arma gathas,stupeflip,the jb conspiracy,i'm from barcelona,primitiv,papa roach,yew,the ghost inside,skindred,madball,neurosis,klaxons,anthrax, shitmat, bonaparte, le bal des enragés, shantel & bukovina club orkestar, AaRON, blood red shoes, tokyo ska paradise orchestra, los petardos, socalled, ultraphallus, k-branding, russian circles, the ocean, mahala raï banda, the bewitched hands, gaëtan rousselCette année, arrivée très tôt à Dour le mercredi vu que je bossais au montage. Installation de la tente dans un camping privé à peine plus loin que le camping B du festival. C'est déjà le bonheur ... peu de voisins et surtout pas de voisins bruyants ... et ce en plus de la propreté presque maintenue durant 5 jours ainsi que l'accès à de l'eau et à une vraie toilettes à 10 pas de la tente.

    Le jeudi, j'arrive sur le site assez tôt. Celui-ci a pas mal changé cet année. On retrouve une septième scène. Il y aura aussi deux scènes presque spécifique durant 3 jours, la Cannibal Stage typée punk/métal/hardcore et De Balzaal typé drum'n'bass, dubstep (une scène où je ne mettrai d'ailleurs pas les pieds!). Il n'y aussi plus qu'une scène extérieure la Last Arena (pas plus mal, vu le temps mausade auxquels on a eu droit).

    Le premier groupe a ouvrir cette 23ème édition, sont les presque locaux de Romano Nervoso. Je suis toujours autant fan du truc et les gars assurent. Pendant une quarantaine de minutes, ils ont parcouru leur premier album avec aussi une reprise des Damned (et non pas The Tellers). Parfait pour ouvrir les hostilités. Place ensuite à Buenas Ondas sur le même stage ... concert qui termine sous la pluie. J'avais préféré leur prestation à Couleur Café. Leur musique mexicaine ravit cependant une bonne partie du public présent. Retour ensuite à la ClubCircuit pour Rolo Tomassi et comme il y a deux ans au même endroit, je n'y arrive toujours pas. Je ne supporte pas ce chant qui n'a rien de féminin mais qui est plutôt canin et puis cette musique destructurée c'est vraiment pas fait pour moi. Je quitte le concert pour voir le concert des Belges de Great Moutain Fire, mais leur pop bien douce ne me convient pas des masses. Je rate Systema Solar ... pas envie de me faire mouiller la tronche devant du latino. Je retourne donc attendre le set des Drums Are For Parade. Ils sont pour l'occasion accompagné d'une section cuivre ... malheureusement à part un poil de lourdeur en plus, ceux-ci n'apportent rien à la musique de Drums Are For Parade. Cela n'empêche que le trio gantois envoie un excellent concert avec du son bien lourd. Je vais ensuite jeter un coup d'oeil aux Québéquois de Misteur Valaire ... ça sent le playback à plein nez. Du très mauvais Bloodhound Gang et ce sans l'humour de ces derniers. Retour au ClubCircuit pour la dernière fois de la journée pour Gallows, un des concerts que j'attendais le plus de ce festival. C'était le dernier concert du groupe avec leur chanteur celui-ci quittant la barque. Malheureusement pour cette dernière date, le gars était malade. Je les avais vu l'année dernère au Pukkelpop et les gars m'avaient foutu une belle claque avec leur hardcore bien "anglais" et avec la présence d'un chanteur super exité. Cette année-ci, il était juste super malade et le set en a perdu toute sa part de follie. Bien mais sans plus. Retour sur la Last Arena pour le plus grand groupe de métal belge qui s'est reformé l'année dernière, Channel Zero. De nouveau, déception. C'est mou, ça semble vieux et sans dash. Je ne comprends pas trop la hype que procure leur retour. Changement de style complet avec l'Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou. C'est de la musique béninoise (et africaine) dans toute sa splendeur ... ça change et apporte un peu de fraicheur dans un festival. Impeccable pour remettre une dose de bonne humeur. Dès la fin de leur concert, retour sur la Mains Stage, pour un autre grand retour, celui de Kyuss (appelé Kyuss Live! car le dernier membre ne veut pas lacher le nom malgré son succès dans tous ses autres projets). Le son est nickel pour le concert de Kyuss et le concert l'est tout autant ... dommage que l'absence d'un homme cause un aussi gros trou. Enfin, Garcia, Nick Oliveri, Brant Bjork et d'un guitariste intérimaire s'en sortent très bien. Je reste ensuite attendre avant le concert de Cypress Hill. Là, nouvelle déception mais causée plus par le son que le groupe et la set list qui était bien cool. Mais au delà du vingtième rang, on n'entendait plus rien et "encore moins" en fonction du vent. Quel gâchis. Après Cypress Hill, j'ai été Spank Rock ... rien à voir avec leur nom, les gars font du hip-hop. Je passe donc mon chemin pour aller voir le début des Bruxellois de Vismets.  Ces derniers sont le groupe à la mode "estampillé Pure FM" du moment. J'aime assez bien leur musique, mais là, le concert démarre devant très peu de gens et une grosse faute de goût; ils font déshabiller une fille du public sur scène (avant d'en avoir fait renoncer une première imprévue(?) ...). Les gars semblent juste avoir le gros cou, après 3 titres et autant de pauses sur scène, je jette l'éponge. I'm from Barcelona joue pour finir sur la Main Stage après un retard sur la route leur concert a été déplacé en clôture de la Last Arena. Les Suédois font toujours autant de la musique pour gens heureux, ça procure de bons moments de sourire ... dommage qu'une série de musicien, ne servent strictementt à rien et sont juste là pour faire nombre. J'ai voulu terminer la soirée par Primitiv Beatbox ... mais je suis arrivé un brin trop tard. 

    Vendredi, j'ai fait l'impasse sur les premiers groupes pour démarrer la journée un peu après 15h avec le concert des JB Conspiracy. C'est juste parfait de démarrer la journée avec du ska punk de ce niveau. J'ai cependant mieux aimé leur dernier concert à Mons au café du Parc. Ils sont bons sur grande scène, mais ils sont clairement meilleurs dans les petits lieux. J'ai ensuite pris le temps de migrer vers la Last Arena pour le concert des Papa Roach, je suis juste resté une minute, le temps de voir leur grand drapeau ... et de me rendre compte que le métal n'est toujours pas ma tasse de thé surtout quand on est proche du 0% niveau originalité. Je me suis "enfui" au concert de Yew et son rock teinté de celtic et de folk irish. Je dirais du groupe et du concert: bien mais sans plus. Après Yew, place au punk/hardcore bien violent de The Ghost Inside. Bonne découverte dans le domaine. Je suis ensuite resté sous la Cannibal boire des coups et attendre le concert de Skindred. Je les avais déjà vu et ils m'avaient laissé une bien meilleure impression il y a quelques années. Je ne suis d'ailleurs pas resté tout le concert allant attendre celui de Stupeflip. Je les avais déjà vu deux fois il y a quelques années lors de leurs premiers albums. J'avais eu à l'époque beaucoup moins cette impression de grosse escroquerie. Le groupe a joué devant un Dance Hall plein à craquer, on a eu droit à des nouveaux titres mais pas mal d'anciens comme J'fume plus de shit ou A bas la hiérarchie ... mais je reste toujours avec ce goût d'escroquerie en bouche et ce même 4 jours après. Après Stupeflip, petit passage hardcore avec les New Yorkais de Madball ... les gars envoient à mort, mais c'est toujours pas ma tasse de thé le NYHC original. Je vais ensuite voir Neurosis, mais je suis vite lassé par le côté trop lent et trop lourd de leur métal. Il faudrait que je les vois en salle et pas après 2 jours de festival pour m'en faire une meilleure idée. Je passe voir un boût des Klaxons, mais plus pour pouvoir voir Keira Knightley qui vient supporter son mari chanteur qu'autre chose. Je termine la journée, niveau concert avec Anthrax. Et avec comme commentaire, un bien mais sans plus. Cette deuxième journée aura été bien plus mauvaise musicalement que la précédente.

    Samedi matin, c'est début de matinée apéritif matinal dans le camping et c'était mauvaise idée ... Je monte sur le site pour le concert de The Selecter qui était programmé bien tôt (14h20) pour ce groupe légendaire niveau ska. Le concert est vraiment bon. On a droit à la formation originelle et aux titres phares du groupe avec entre autres Missing Words et Two Much Pressure. Le bonheur. Je passe ensuite rejoindre les potes qui étaient au concert des Uncos qui avait lieu en même temps. Je regarde le concert de Arma Gathas et son gros hardcore bien lourd qui me laisse tout à fait indifférent, ce qui ne semble pas être le cas des gros hardcoreux présents dans la fosse. Après ça, l'apéro matinal completé par les bières et autres boissons bues depuis le reveil ... me fait juste pousser mon nez devant le concert des Ogres de Barback avant un gros off day :)

    Le dernier jour a démarré avec le concert de Los Petardos et leur rock festif. Je trouve que les Caroloregiens n'ont pas grand chose d'original dans leur musique, mais j'attendrai de les voir une fois en salle pour me faire un meilleur avis. Place ensuite au noise/sludge de Ultraphallus. j'ai bien aimé la prestation des Liégeois. Un bon truc bien lourd de barré. A la fin de leur concert, j'ai vite été voir la fin de Socalled et leur musique tzigane avec des touches yiddish. Très belle découverte, dommage que je n'ai vu que dix minutes des Canadiens. Retour ensuite à la Petite Maison dans la Prairie pour K-Branding. Cela faisait un paquet d'années que je n'avais plus vu les Bruxellois et leur noise teinté de jazz et de post-punk. J'ai bien aimé leur concert mais je regrette qu'il ait un peu perdu le côté jazz de leur musique. Après, direction The Ocean et son hardcore bien lourd et technique. Toujours pas mon truc. Retour à la petite maison dans la prairie pour Russian Circles. Ayant déjà bouffé deux groupes bien lourd depuis le matin, je commence un peu à saturer (surtout un dimanche matin) et je quitte le concert vers la moitié pour me diriger vers un tout autre style et Mahala Raï Banda avec sa musique balkanique. Ca danse dans tous les coins du chapiteau et c'est bien en place. Avant Gaëtan Roussel, je passe voir un bout de The Bewitched Hands et sa pop bien gentille. Gaëtan Roussel est une nouvelle déception. Ce qu'il n'a plus rien avoir avec Louise Attaque; son projet solo a perdu toute la magie qui se trouvait dans son groupe. On est plutôt face à de la pop avec une touche electro et un gars qui prend son pied au chant devant cette musique qui n'a rien de particulier. Je reste tout le concert, mais même sur la longueur, le gars n'arrive pas à me convaincre. Après cela, je file attendre le concert de Tokyo Ska Paradise Orchestra (encore un groupe qui a un abonnement à Dour). Les Japonais font un excellent concert et rassasie le public présent devant eux. Toujours aussi classe et jamais lassant. Lorsqu'ils finissent, je vais voir un bout du concert de Blood Red Shoes. Pop/rock/electro ennuyeuse. AaRON arrive ensuite à 22h sur la Last Arena. J'aime assez bien la musique du duo français. Sur scène, il y a quelques musiciens aditionnels et un décor qui met en avant leur musique hyper douce et calme. Malheureusement autant certains titres assurent sur cd, autant en live, ça reste très mou et très propre. J'adore aussi le chanteur qui tente de passer pour un foufou, en faisant des trucs hyper bateau sur scène. Je pars après avoir entendu Lily. Tout autre ambiance sous le Dance Hall avec Shantel & Bucovina Club Orkestar. Grosse prestation de la part du groupe tzigane. Le public est fou furieux et danse dans tous les sens et le groupe ne fait rien pour calmer l'affaire. Impeccable ! Quand ils finissent, je pars attendre les furieux du Bal des Enragés. Le mix des combo punk/metal/hardcore français qui sont une quinzaine de musiciens et qui se relayent sur scène pour balancer des reprises, ça envoie une putain de claque. Au niveau des titres, on retrouve un Rage, Sham 69, Porcherie des Bérus, Cayenne de Parabellum, ... A la fin de leur concert, je passe voir le début du concert de Bonaparte, mais j'accroche pas du tout au truc. Je termine mon Dour par Shitmat et son mix teinté d'influence tzigane et electronique.

    Au niveau positif, je retiendrai de ce Dour:

    Romano Nervoso, The Selecter, Drums Are For Parade, Shantel, TSPO, Kyuss Live !, Le Bal des Enragés et quelques découvertes. La nouvelle disposition du site n'est pas si mal et on a l'impression d'avoir plus d'espace, le côté posé des gens cette année. Le son correct sous les chapiteaux. Le fait d'avoir mis la Drum'n'bass et les trucs plus électros uniquement dans un chapiteau.

    Au niveau négatif, je retiendrai:

    Les problèmes de son pendant Cypress Hill, les prix, les groupes que l'on voit partout, Gaëtan Roussel, The Vismets, la pluie, la boue.

  • Freygolo - We all have a voice

    freygoloMalheureusement  à l'heure où vous lirez ces lignes, il vous sera impossible de revoir les Freygolo en concert, le groupe ayant splitté quelques mois après la sortie de son dernier album. C'est bien dommage car ce disque des Nicéens est une très belle réussite.

    Avec Po Box, les Freygolo sont le fer de lance de ska punk made in France et comme les Po Box, ils ont eu l'occasion de tourner à l'étranger et ont eu l'occasion de se faire une belle base de fans à travers le monde. Ils ont aussi été assez intelligent pour ne pas se cantonner uniquement au ska punk classique. C'est encore le cas sur cet albu, We all have a voice. On a des titres bien ska-punk comme le titre d'ouverture "Sitting on a time bomb" avec la présence de quelques notes de clavier qui apporte un plus à l'album. Le deuxième titre va encore plus loin dans la veine ska-punk; Dead and Gone aurraot pu être joué par Mad Caddies que cela n'aurait choqué personne ! Human's chronicle continue dans la lancée. Avec "The girl that I want", on change de registre; Freygolo nous sort un petit bien ska, influence Slackers. Les gars nous replacent ensuite 3 titres bien ska, avec l'excellent Holy Story, pour nous rejouer le coup d'un titre ska en huitième position avec Friday night. Les 3 derniers titres reviennent vers du ska punk bien old school. J'aime bien les plages 10 et 11 qui sont liées entre elles.

    Freygolo, nous sort donc ici un excellent album de ska-punk. Mais pas uniquement. Je n'ai qu'un regret à l'écoute de ce titre ... c'est que le groupe a cessé ses activités !

  • Random Hand @ Rock Café - Leuven - 11/07/11

    Random Hand est pour moi, un des meilleurs groupes de ska punk actuel. RdR Booking avait organisé un petit concert de dernière minute pour eux en ce lundi de fête de la communauté flamande de Belgique. Je pris donc la direction de Leuven pour ce concert. Peu de monde en ce lundi au Rock Café (une quinzaine de spectateurs), mais cela n'a pas empêché les Anglais de faire un concert comme si ils étaient en tête d'affiche du Glastonbury festival. Quelle putain d'énergie le groupe dégage ! En un peu moins d'une heure le combo a parcouru ses trois albums pour un concert plus qu'énergique. On était pas nombreux, mais la chaleur est vite devenu étouffante ! Même si je les ai déjà vu près de 5 fois cette année, les Random Hand ont encore réussi à me foutre une belle claque musicale !

  • Fights and Fires - Proof that ghosts exist

    1305029974.jpgFights and Fires est un quatuor anglais (de Worcester) qui balancent depuis 2009 du punk/hardcore. Le groupe est pas mal passé par la Belgique et j'ai eu l'occasion de les voir un paquet de fois en concert. Sur scène, le groupe balance en une grosse demi heure du punk rock teinté de hardcore. Il est en de même sur disque. Proof that ghosts exist est la deuxième sortie des Anglais. Ils avaient déjà sorti un cinq titres en 2009 sur le même label, Lockjaw Records. On retrouve ici en plus les Suisses de Bad Mood Rcds pour aider à la sortie de ce premier album complet comprenant onze titres. Ce disque inséré dans un très beau digipack vert, est une belle réussite. Au niveau musical, on a toujours à faire à de l'excellent punk hardcore avec pas mal de choeurs. Je conseille ce disque aux fanas de groupe comme Gallows, Comeback Kid, The Bronx et des trucs moins pechus comme This is A Standoff et autres. A écouter sans modération !

  • Cheribibi - Noumero 2

    cheribibiCheribibi est un zine français terriblement bien foutu. Son contenu est hyper bien foutu et hyper bien détaillé. Il n'en sort d'ailleur qu'un par an. Au sommaire de ce numéro 2, on retrouve une interview de The Slits, Dennis Alcapone, George Dekker et Dave Barker. On retroue aussi un dossier sur le théâtre jamaïcain, sur le punk texan, sur le Western italien, l'histoire de Cheribibi. On retrouve aussi une nouvelle de Steve Goodman. Un inédit pour le zine.

    Zine à conseiller pour les amateurs de lecture underground !

  • The Slackers - New Year's day

    the slackersNew Year's Day est un excellent 45t sorti sur Urban Pirate Records. Sur ce 45t, The Slackers reprend le titre de U2 en deux versions, une version très ska sur la première face et un remix de cette même version avec des sons plus dubs sur la deuxième face. Reprise vraiment bien foutue !

  • Dub Inc - Hors controle

    dub incHors Controle est le dernier album des Stéphanois de Dub Inc. Il est sorti en 2010 sur leur label, Diversité. C'est le quatrième album studio du groupe (leur discographie compte aussi deux ep et un live). En une grosse dizaine d'années, le groupe est devenu un des plus gros groupes de reggae que compte la France.

    Sur cet album, on retrouve tous les ingrédients qui ont fait (et qui font) la recette du groupe. Le duo de chanteurs est toujours en forme. Les deux voix se complètent à merveille. Et les textes sont toujours aussi engagé et contre les politiques d'immigration et d'exclusion actuellement en place en France et en Europe ("Tu fermes ta porte, mais tu es le bienvenu chez moi", "Né en France ! Yeah, je l'aime cette terre" dans Tout ce qu'ils veulent; "Ce qui rapporte le plus, c'est la peur du voisin" dans Dos à Dos). Au niveau musical, on est toujours avec un reggae assez posé avec présence de son ragga et de son dub.

    Cet album n'a pour moi pas la force de leur excellent album "Dans le décor", mais il n'en est pas moins, une réussite. Pas mal de titres sont fait pour fonctionner en live (Funambule, Fils de, Dos à Dos, ...), là où le groupe est une vrai machine de guerre. J'aime aussi particulièrement le titre El Djazzair aux sons arabisants avec la présence de Jimmy Oihid et Amazigh Kateb en invité. Hors controle est un très bon album de la part des Dub Inc et qui continuera à les faire connaître et grandir dans la scène reggae française.

  • Eleven ! + Struggling For Reason @ Taverne du théâtre - La Louvière - 09/07/11

    Deux excellents groupes en concert ce samedi soir à la Taverne du théâtre. Malheureusement, malgré leur qualité, trop méconnu. Struggling For Reason a ouvert les hostilités avec son punk-rock bien ficelé. C'est toujours aussi bien en place et ça envoie sur scène avec des titres plus anciens et des nouveaux qui devraient se trouver sur le nouvel ep à venir. Eleven ! a continué dans une veine plus rock'n'roll. Le trio a balancé un concert identique aux précedents avec des titres tirés de leur unique album. 

  • Fat 32 - Hard Drive

    fat 32Fat 32 est un duo français composé d'une batterie et d'un clavier. Le nom du groupe est tiré d'un nom de système de fichiers informatiques. Sur ce 45t, on retrouve deux fois le même titre, Hard Drive, dans deux versions différentes. Avec ce titre, on est dans une ode aux jeux vidéos avec pas mal de référence dans le morceau. Le musique est de la musique electronique, à la limite de la techno/house des années 90'. C'est à la base pas trop mon style, mais j'avais flashé sur le groupe en live et j'aime assez bien ce disque sorti sur Gaffer Rcds.

  • Un nouveau chanteur

    Le groupe Anglais Gallows change de chanteur ...

  • Une mort de courte durée

    Vandal X qui a cessé ses activités en début d'année annonce déjà son retour !

  • 8°6 Crew - Old Reggae Friends

    8°6 crewLe 8°6 Crew est un groupe de reggae/ska français. Le groupe s'est formé en 1995 et a sorti un excellent album en 1998, Bad Bad Reggae. En 2002, le groupe stoppe ses activités mais revient sur scène quelques années plus tard en 2008. En 2010, le groupe sort un troisième album: Old Friends Reggae.

    On retrouve sur cet album 14 titres de ska, de reggae, de skinhead reggae avec une belle présence des cuivres. Le son de cet album sonne très ska anglais. Quand on voit la pochette avec cette vieille photo de terrain de foot, on ne peut d'ailleurs que penser à l'Angleterre. Le groupe balance des titres soit en français, soit en anglais. Les paroles parlent des engagements et revendications du groupe. C'est peu dire que le groupe est contre l'esthablisment: "Le système abuse et c'est inacceptable" (Le Juge), "Y'a pas ces relous de keums en bleu" (Old Reggae Friends), ...

    Avec la version vinyl du l'album, on a droit en plus à un 45T reprenant 3 autres titres qui sont exactement dans la même veine: Still Rebel, I Need Help et United.

    Ce disque et ce groupe est fait pour tous les amateurs de ska et de reggae et qui n'ont rien contre les groupes chantants en français :)

  • Fights and Fires @ Le Cheminot - Mons - 08/07/09

    fights and fires, wolves screamConcert placé sous le signe du punk bien violent ce soir au Cheminot. Quel plaisir (même si ça ne fait pas bonheur de tout le monde) que les bars soient devenus non fumeurs ... c'est bien plus agréable de suivre les concerts, mais malheureusement moins de gens dans les bars et plus dehors.

    Wolves Scream ouvrait les hostilités. Je ne les avais jamais vu et ce fut une très belle découverte. Les cinq gars balancent un mix de punk/hardcore et de screamo. Il y a aussi quelques sons electros avec l'apport d'un PC. Les gars sont vraiment bien au point et malgré le fait que je ne suis pas un féru de ce style de musique, j'ai vraiment apprécié le concert et la musique. Dommage pour la petite coupure dûe à un corde cassée. A revoir absolument. Les Fights and Fires ont suivi avec un set tout aussi énergique. Les Anglais ont joué pas mal de titres de leur nouvel album. Comme à chaque fois, le chanteur a parcouru la scène et le groupe hyper bien en place a balancé de l'excellent punk/hardcore.

    En résumé, une soirée musicale qui fait un bien fou aux oreilles en demande de violence bieen rapide !

  • C'est la fin

    Les Nicéens de Freygolo annoncent la fin du groupe ...

  • Red Hot

    Les Californiens annoncent leur nouvel album pour la fin du mois d'août.

  • Gizelle Smith @ Le Bar du Matin - Bruxelles - 07/07/11

    Soirée à la cool prévue au Bar du Matin avec quelques potes. Il y avait ce jeudi soir le concert de Gizelle Smith, une chanteuse soul de Londres. La musique jouée par son groupe est bien en place et sa voix bien soul est bien maitrisée. Pour tous les amateurs de Amy Winehouse sobre ! Très bonne découverte soul.

  • Un nouveau retour

    Les Français de Zebda sont de retour. Tournée prévue en novembre.

  • Secret Chiefs 3 @ Taverne du théâtre - La Louvière - 06/07/11

    fat 32, secret chiefs 3Pas mal de monde en ce mercredi soir à la Taverne du théâtre et sa nouvelle terrasse, il est vrai que l'ancien guitariste de Mr Bungle et son nouveau projet était présent. Les Français de Fat 32 ont ouvert les hostilités. Le duo: clavier/batterie envoie de la noise vraiment bien trippante. Les instruments et les musiciens se répondent tout au long des morceaux et malgré la petite coupure électrique le concert m'a vraiment épaté. Un groupe à revoir absolument. Place ensuite à Secret Chiefs 3, le nouveau projet d'un ex Mr Bungle. Là, par contre, malgré la qualité du truc, ce n'était vraiment pas mon truc. Les 5 musiciens sont déguisés en "moine" ou proche. La musique, elle est trop mystique/ésotérique à mon goût.

  • De retour

    Le groupe ISP prépare son retour avec un nouveau batteur et un nouveau chanteur.

  • Social Distortion @ Le Trianon - Paris - 04/07/11

    Petit détour par Paris en ce début de juillet pour y apprécier le plateau composé de Social Distortion avec Frank Turner en première partie. Ce dernier a d'ailleurs fait l'ouverture sur la plupart des dates de la tournée des Américains en Europe. L'ouverture des portes était prévue à 19h30 et il fallait être là bien tôt car je suis arrivé à 19h35 dans cette très belle salle parisienne et Frank Turner avait déjà commencé depuis 10 minutes. J'ai raté les deux premies titres de ce concert bien énergique qui m'a semblé très court ... à 19h55, Frank et ses musiciens quittaient déjà la scène. Au programme du concert: Reasons Not to be a idiot, One foot before the other, "Putain de bordel de merde" - une chanson en français dont les seules paroles sont celles du titre - I still believe, Glory Hallelujah, The Road et avec le batteur de Social Distortion deerrière les fûts: Photosynthesys.

    Social Distortion est arrivé sur scène une quarantaine de minutes après le fin du concert de Frank Turner avec comme décor de scène une rue (feu rouge, ...). Pendant plus d'une heure trente on a eu droit à une très bonne set list et je suis d'ailleurs content de ne pas les avoir vu juste quarante minutes en festival. Les titres joués ont été: Road Zombie, Bad Luck, Nickels and dimes, Story of my life, Mommy's little monster, 1945, Machine Gun Blues, Ball& Chain, Sweet and Lowdown, Reach for the sky, Dear Lover, Prison Bound, Down Here avec Frank Turner en guest, So FAr Away, une reprise de Hank Williams. Ensuite, on a eu droit à un gros rappel avec Don't Drag me Down, California, Can't Take it with you et Ring Of Fire de Johnny Cash en clôture.

    Je ne suis pas mécontent d'avoir fait le déplacement jusque Paris pour voir le groupe de Mike Ness et le punk rock bien classe qu'ils balancent sur scène.

  • Plazey Festival @ Parc Elisabeth - Bruxelles - 03/07/11

    W.Victor, Babylon CircusJe voulais à la base aller voir Manu Chao à Anvers ce 03 juillet, mais lorsque j'ai vu l'annonce la date était déjà bien sold out et les prix sur les sites de revente dépassait les 100€ la place. J'ai donc dû faire une croix sur le concert de Manu Chao. J'ai découvert en dernière minute (vers 17h30), l'affiche du Plazey Festival (et j'ai dès lors regretté de ne pas l'avoir vu plus tôt, ayant raté le samedi 02 les terribles Dr. Blue Beat). Je suis arrivé au Parc Elisabeth vers 19h, juste pour le début du concert de W.Victor. Il y avait pas mal de monde dans le parc, mais l'ambiance était plus tôt baba cool: assis dans l'herbe tranquille avec de la musique sur scène en fond. Peu de personne se sont levés pour le concert de W.Victor. Pourtant cela valait vraiment la peine. C'est un mix entre Arno (pour la présence du chanteur) et de la musique italienne et balkanique. Le groupe avec les deux cuivres ont vraiment bien assuré. Très belle découverte ! Pour l'arrivée de Babylon Circus changement de style, la foule a fait fois dix et tout le monde est debout en train d'attendre le groupe qui aura une demi heure de retard (les gars étaient-ils encore au Night Shop en train d'acheter de la bière ... en effet en arrivant sur place vers 19h, le chanteur de Babylon était en train d'acheter des bières dans le night shop du coin). Le groupe a démarré le concert par de la musique et du bruit. Ils ont ensuite traversé leurs albums en piochant des titres dans toute leur discographie. L'ambiance était au rendez-vous tout comme l'énergie dépensée par le groupe sur scène. Bravo aussi au chanteur qui fait l'effort de parler le néerlandais.

    En résumé, une bonne soirée musicale de dernière minute ...

  • The Jb Conspiracy - This machine

    the jb conspiracyThis is machine est actuellement le dernier album des Anglais de JB Conspiracy mais date déjà d'il y a quelques années, 2007 plus exactement. The Jb Conspiracy nous balance du ska punk vraiment bien ficelé et bien posé. Ils sont six et ont pas mal de cuivres (3) et deux claviers au maximum en fonction des chansons. Sur cet album, on retrouve douze titres qui sont des petites merveilles dans le domaine ska punk. Si vous aimez les groupes suivants: Capdown, Catch 22, Mad Caddies ... foncez découvrir cet album de The Jb Conspiracy, vous ne pourrez pas être déçu.

  • Ca arrive

    Le nouvel album de Dolores Riposte est prévu pour avant cette fin d'année 2011.

  • En studio

    Les Bordellais de The Helltons sont en studio pour enregister un deuxième album.

  • Main Square @ Arras - 01/07/11

    the chemical brothers, limp bizkit, shaka ponk, the gaslight anthem, welling walrus, jenny & johnny, eels, beady eye, linkin park, queens of the stone ageLe premier jour du Main Square à Arras me plaisait bien, les autres jours, il y avait trop peu de groupes vraiment tentant (PJ Harvey, Kaiser Chiefs, Triggerfinger). Arras est un jeune festival (à l'échelle européenne) et est un peu le Rock Werchter des Français. C'est Live Nation, la même boîte qui est derrière les deux festivals et l'affiche est très similaire (d'ailleurs les deux festivals ont lieu en même temps). Je suis arrivé sur le très beau site du festival (au centre de la citadelle d'Arras) vers 15h. Le temps d'attendre (longtemps) une navette , nous voilà sur place . Le premier groupe que je vois est Welling Walrus, un trio français qui fait du rock bien foutu, de manière assez burlesque et avec humour. Pas trop mal. A la fin de leur concert, direction la grande scène pour attendre The Gaslight Anthem. Première déception: le son de la grande scène n'est vraiment pas top (et ce sera le cas toute la journée). Je ne connaissais pas le quatuor américain, mais on m'en avait dit pas mal de bien. J'ai trouvé le punk rock teinté de passages rock'n'roll et de passages plus émo, un peu mou. Avant de me refaire une idée, j'irai les revoir dans une salle pour juger tant cette scène semblait grande pour eux. A la fin de leur concert, petite pause, le temps d'attendre Shaka Ponk. Avec les Shaka Ponk on est assez proche de X-Makeena et d'autres trucs plus electro/rock avec des touches hip hop. Le groupe et son couple de chanteur/euse envoient vraiment un truc très énergique, mais c'est pas la genre de musique qui me fait réagir. Je pars, donc jeter un coup d'oeil sur l'autre scène. J'y retrouve Jenny & Johnny, un trio qui jouent du pop rock bien foutu. C'est frais, c'est bien joué mais ça ne sort pas du lot. 

    A 19h10, c'est au tour de Limp Bizkit de monter sur la grande scène. Le groupe est en forme et le concert est dans la même trempe que celui du Pukkelpop de l'année dernière. Le tout se passe dans une bonne ambiance avec des interludes entre les chansons assez drôle: Fred Durst qui fait chanter l'hymne national français ... La set list est clairement composée des titres les plus connus: Shotgun, My Generation, Living it up, Hot Dog, My Way, Break Stuff, Take A look Around, Faith (George Michaël), Behind Blues Eyes (The Who), Rollin'. Mais, il y a de nouveau une petite déception due à l'organisation ... pendant les mini blancs entre les titres, on entend le concert de la deuxième scène. Je reste ensuite sur la grande scène pour le concert que j'attendais le plus, celui des Queens of The Stone Age. J'ai raté pour cause de sold out leurs deux concerts en salle du mois de mai et leur concert de l'année dernière au Pukkelpop m'avait mis une belle petite claque. Les gars arrivent sur scène, dix minutes avant l'horaire prévu et c'est parti: Nicotine, Valium, Vicodin, Marijuana, Ecstasy and Alcohol. Bam direct dans la tronche avec le titre: Feel Good Hit of The summer. La set list sera vraiment du même accabit: The Lost Art of Keepin a secret, You think I ain't worth a dollar, Burn the witch, Do it again, Better living through chemistry, Make it wit chu, Little sister, The fun machine took a shit and died, 3's & 7's, Go with the flow et pour finir No One Knows suivi de Song for the dead ... le seul regret est qu'il manque Sick pour le reste rien à redire surtout que le groupe est très bien en place et que cela envoie du très lourd. A la fin de leur concert, je quitte ette scène ... et vu le monde qui fait le chemin inverse pour aller voir Linkin Park, ça devient bien dangereux de sortir, mais je persévère et je vais attendre sur la petite scène pour le concert de Eels. E est accompagné d'un batteur, d'une basse, de deux guitaristes et d'une section de cuivres: trompette et trombonne ou flûte. Particularité, tous les musiciens sont barbus (et pas un peu !). Le concert fait la part belle aux nouveaux morceaux sans cependant oublier les anciens qui sont revisités (surtout avec la présence des cuivres). Ca donne vraiment bien sur des titres comme Novocaïne for the soul ou Beloved Monster. Le concert de Eels sera pour moi le meilleur concert de la soirée. L'ambiance et l'athmosphère instaurée par le groupe donnent une impression de magie. A la fin de leur set, je vais voir la fin du concert des Linkin Park. Cela semble un concert best of qui ne laisse pas le public indifférent. Par la suite, retour sur la petite scène pour y découvrir, Beady Eye, le nouveau projet des anciens Oasis sans Noël Gallagher. En résumé, ça sonne comme du Oasis sauf qu'il y a moins de public et que celui-ci ne semble pas encore connaître les chansons. Sur scène, c'est assez mou.

    The Chemical Brothers clôturait la grande scène du festival. Comme à chaque fois, le duo Anglais qui utilise à merveille les écrans géants a fait danser la plaine du festival sous leur son électro: Hey Boy, Hey Girl, Galvanize, Block Rockin Beats entre autres ... parfait pour terminer le festival.

    Je retiendrai de ce Arras Main Square en positif: la prestation de Eels, The Chemical Brothers et celle des QOTSA ainsi que les parkings et navettes gratuites. Par contre, en négatif, je retiendrai pas mal de points: les problèmes de sons, le goulot entre les deux scènes, le manque de papier dans les Cathy cabine, les prix (3€ pour une Heineken plate, ça fait mal au fion) et le manque de rapidité aux différents stands.